À Gaza les Alliés parachutent l’aide humanitaire aux populations en danger.

Le samedi 7 octobre dernier le groupe terroriste islamique Hamas frappait l’état hébreu avec une rare violence dans ce qui reste les attaques terroristes les plus barbares à l’encontre d’Israël. Dès lors ce dernier lança l’opération Swords of Iron par lequel ses armées et aviations allaient traquer les assassins et bombarder la «bande de Gaza». Plus de cinq mois plus tard la situation humanitaire sur place est dramatique et a obligé les forces aériennes de plusieurs pays alliés à engager des missions de largages de vivres afin de sauver le plus de vies civiles sur place. Des missions qui sont parfois vues comme des trahisons par les Israéliens.

Armée de l’Air et de l’Espace, Éjercito del Aire y del Espacio, Luftwaffe, Royal Air Force, ou encore US Air Force n’hésitent désormais plus à déployer leurs avions cargos dans des missions d’aérolargage à basse et moyenne altitude. Les résultats ne sont d’ailleurs pas toujours au rendez-vous puisque l’espace aérien gazaoui demeure en partie fermé par Heyl Ha’Avir. Pourtant cette dernière n’osera jamais empêcher des Airbus Defence A400M Atlas ou des Lockheed-Martin C-130J/J-30 Super Hercules d’expédier couvertures, matériels médicaux, médicaments, et vivres à destination des populations palestiniennes de l’enclave.

Un Lockheed-Martin HC-130J Combat King II du 129th Rescue Wing de l’US Air Force se prépare pour une mission sur Gaza.

De ce fait les équipages alliés sont obligés de survoler la côte de Gaza, le long de la Méditerranée. Ils larguent via la rampe arrière de leurs avions de transport tactique les palettes chargés et effectivement le plus gros atterrit correctement. Le plus gros oui, pas l’intégralité. Lors des premières missions, notamment une menée par un A400M Atlas de l’Armée de l’Air et de l’Espace au début du mois, une partie des parachutes a dérivé et les colis ont fini en mer à quelques dizaines de mètres de la plage. Plusieurs jeunes Gazaouis ont été obligé de se mettre à l’eau afin de tout faire pour repêcher la cargaison, souvent au péril de leur vie. Dorénavant les aérolargages sont plus précis et… très réguliers.

Largage franco-allemand depuis un C-130J-30 Super Hercules de la Luftwaffe.
Là si les Gazaouis ne comprennent pas que ces colis viennent de France on ne peut plus faire grand-chose.
Les fabricants de drapeaux sont les autres grands gagnants de ces opérations aériennes.

On peut se dire bien sûr que ces vols humanitaires sont largement insuffisants et ne représentent qu’une goutte d’eau au milieu des besoins des Gazaouis. Et c’est sans doute vrai. Pourtant ils permettent de se rendre compte que la communauté internationale, et notamment les Alliés, n’ont pas baisser les bras et n’ont pas laisser tomber Gaza. Rappelons qu’actuellement les populations de ce territoire célèbrent le Ramadan, une des périodes les plus importantes pour les fidèles musulmans. Et dans le même temps des dizaines de milliers d’enfants et d’adultes sont en danger de mort ! Leur survie vient donc (partiellement) du ciel, de gros avions quadrimoteurs.

Photos © Luftwaffe, ministère des Armées, Royal Air Force, et, US Air Force.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

3 réponses

  1. Combien de largages et d’aide de la Russie de poutine ? Ha bah rien! Quedal, nada
    Alors qu’il était si fier poutler de parader avec des responsables du Hamas il y’a quelques mois…

  2. Il largue deja en ukraine, mais du sous munitions, de la rodeuse…
    Puis disons qu’ils a en travers une certaine confession depuis une semaine…

  3. Le hamas demande de ne plus larguer de colis alimentaire, affirmant que des gens ne sachant nager s’y noient en voulant récupère les dits colis, ils ne peuvent saisir ces produits pour ensuite les revendre, alors ils inventent des noyades de Gazaouis qui cherchent ainsi l’alimentation pour la famille, jusqu’à montrer un corps retiré de la mer devant les camera de leurs vidéastes inféodés.

    Les Américains et les Européens continue a parachuter en attendant que le port artificiel que l’US Marine construit pour des livraisons maritimes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sondage

"Si la France devait mettre une des personnalités aéronautiques suivantes au Panthéon, laquelle vous semblerait la plus logique ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

Sikorsky HO4S Horse

L’une des fonctions les plus connus des voilures tournantes est le sauvetage en mer. C’est aussi une des plus dangereuses pour les équipages. Cela a

Lire la suite...