La Russie a de plus en plus peur du F-16 Fighting Falcon, et elle le démontre.

Vont-ils réussir à faire de l’avion de l’année 2023 l’avion de l’année 2024 ? Depuis une grosse dizaine de jours les médias d’état de Moscou, et leurs relais sur internet, n’ont plus que lui à la bouche : le General Dynamics F-16 Fighting Falcon. Plus l’échéance des premiers avions opérationnels en Ukraine approche et plus le Kremlin dévoile sa peur viscérale à l’encontre de cet avion vieux pourtant d’un demi-siècle. Bon OK ça n’a rien de nouveau, mais cela n’en demeure pas moins extrêmement surprenant de la part d’un pays qui se définit toujours comme une superpuissance diplomatique et militaire.

Qu’ils s’appellent Pervy Kanal sur les petits écrans russes, Tass ou Interfax comme agences de presse, ou bien encore Avia.Pro et Topwar sur le web tous ces médias n’ont qu’un seul son de cloche quand il s’agit de parler du General Dynamics F-16 Fighting Falcon : le discréditer et le ridiculiser. Après tout c’est de bonne guerre puisque l’avion de combat américain de 4e génération est devenu l’objet de fantasmes de tant de journalistes ou supposés tels en Russie. Et comme on dit parfois : «plus c’est gros et plus ça passe».

Alors que les chiffres officiellement acquis par Kyïv et par les Alliés parlent d’un maximum de 60 à 72 exemplaires du F-16MLU livrés dans les prochains mois les médias russes eux n’hésitent pas à affirmer que l’OTAN livrera entre 160 et 200 de ces chasseurs monoréacteurs. Dans le même temps les «experts aéronautiques» des médias russes indiquent que selon eux les pilotes ukrainiens seront incapables de voler sur ces avions car trop éloignés de leurs MiG-29 et Su-27 habituels. À croire que l’information de leur entraînement aux États-Unis et en Europe n’est pas parvenue jusqu’à eux. Mais bon soit, passons. Dans le même temps on a appris grâce à ces sites russophones (qui écrivent également dans un français assez approximatif) que l’Ukraine ne possèderait plus aucune base aérienne capable de recevoir les F-16 en question puisqu’elles auraient été visées par des frappes aériennes de l’aviation stratégique russe. On découvre notamment que cela concernerait aussi des bases tellement secrètes que même l’OTAN ignorait leur existence.

Et depuis 36 heures une nouvelle «info» les excite tous : l’arrivée progressive de la munition française de précision AASM. Un armement air-sol modulaire qui selon eux serait actuellement en cours d’adaptation afin de pouvoir être fixé sous tous les avions ukrainiens, et en premier lieu sous les F-16 Fighting Falcon. Là encore la prose russe est un doux mélange de ridiculisation de l’AASM qu’elle estime inférieure à n’importe quelle munition russe mais aussi totalement imprécise.

En fait entre leur entreprise désormais permanente de ridiculisation et de désinformation autour du General Dynamics F-16 Fighting Falcon (et donc désormais aussi de l’AASM) se dessine un schéma qui ne peut être animé par Moscou que par un seul sentiment : la peur. Oui le Kremlin est effrayé par l’arrivée prochaine de l’avion américain entre les mains de pilotes ukrainiens qui n’auront qu’une seule idée en tête : chasser l’envahisseur et lui faire payer ses crimes. Ajoutez à cela une munition française de précision connue pour son efficacité et vous comprendrez aisément pourquoi les propagandistes de Vladimir Poutine ont tout intérêt à partager leur trouille avec leurs concitoyens. La rhétorique de cette «opération militaire spéciale» visant à la «dénazification de l’Ukraine» ne marchant plus, au point que certains responsables locaux parlent désormais ouvertement de guerre, on sent que maintenant les médias vont jouer la carte de la victimisation d’une Russie seule contre tous. Et dans cette logique le F-16 fait figure d’arme absolue des Alliés contre la pauvre petite Russie.

À qui peut bien s’adresser cette propagande visant à discréditer le chasseur américain ? En langue russe ça c’est forcément pour les Russes eux même et au delà pour leurs amis de Biélorussie. Mais en anglais et en français à qui cela peut-il profiter ? Eh bien à celles et ceux qui ne croient pas forcément l’information vérifiée, celle des journalistes et des médias sérieux, des BFMTV, des Franceinfo, des LCI, ou encore des France 24, des journaux papier, et de l’AFP. Et bien sûr aux pays francophones désormais inféodés au pouvoir moscovite et que l’on trouve principalement en Afrique sub-saharienne. On sait également que les sites internet russes qui aiment tant taper sur le F-16 et le ridiculiser sont fréquemment lus par les adeptes des théories du complot et par plusieurs factions extrémistes en marge de l’arc républicain. Agrégés les uns aux autres cela fait au final bon petit paquet de personnes qui ingurgitent et assimilent la propagande russe sans jamais se demander si celle-ci est crédible. Et qui au final «savent» quand nous autres ne sommes à leurs yeux que des «moutons». Il a finalement bon dos ce cher Panurge !

Photo © US Air Force

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

12 réponses

  1. Personnellement on s’en fou que leurs bombes soit au cm pres alors que les occidentaux sont au decimetre.
    Il est malheureusement prouvé que le scalp fait régulièrement mouche ou meme récemment le neptnue ukrainien meme si soit disant imprécis. Cqfd

    Esperons simplement que le f16 puisse mettre au tapis les avions « denazifieur »

  2. Bonjour Arnaud, Staff et passionnés.
    Commentaire très opportun compte tenu des déclarations de le duce ex soviétique rendues publiques aujourd’hui.
    Les F-16 MLU, vieux de quarante ans, font peur à l’ex-Union soviétique.
    Pour de nombreuses raisons, je ne crois pas que les ex-combattants soviétiques tant vantés (Sukhoi et MIG) soient capables de contrer le Fighting Falcon ou, en tout cas, de garantir la supériorité aérienne.
    L’ancienne défense aérienne soviétique m’inquiète bien plus. Les capacités du SA-21 Growler sont encore inconnues.
    Je souhaite à la vaillante Ukraine de parvenir bientôt à une paix victorieuse.
    Traduit avec Google

  3. Toujours de bons articles plaisants à lire et écrits avec recul, sans dogmatisme. Merci Arnaud encore…
    Une question que je me pose est le stationnement de ces avions: on a vu dans les médias des « bases » improvisées utilisant des autoroutes pour les quelques aéronefs ukrainiens encore disponibles, mais cacher et disperser autant d’avions (la soixantaine mentionnée, pas les centaines de la propagande pro-russe…) ce n’est pas une mince affaire et cela ventile également tout le support (mécaniciens, pièces de rechange/munitions, outillages…) aux quatre coins de l’Ukraine façon puzzle.
    Sait-on si les bases de l’Otan en Pologne, Roumanie etc. seront utilisées pour loger ces avions sans risque de bombardement adverse sauf si l’ours russe veut s’attirer des représailles et si tel est le cas (et même si de tels oiseaux voleront sous cocarde ukrainienne et avec pilotes ukrainiens), est-ce qu’opérer depuis des pays de l’Otan mènerait à qualifier ces derniers de co-belligérants? J’avoue ne pas avoir fait « droit de la guerre » en 1ère langue au collège…

    1. Pour des raisons de souveraineté les futurs F-16 MLU ukrainiens seront stationnés sur les bases des forces aériennes ukrainiennes. On parle beaucoup de celle de Lviv dans l’ouest du pays. C’est actuellement le nid des Sukhoi Su-24 Fencer.

    2. Bonjour Éric,
      J’espère que les Alliés fourniront à la vaillante Ukraine les moyens nécessaires pour vaincre l’ex union soviétique et expulser l’envahisseur de la Patrie.
      Cependant, l’hébergement des F-16 sur les bases de l’OTAN ce serait de la folie. Une déclaration de guerre à l’ex union soviétique aux conséquences catastrophiques. Surtout parce que les Alliés ne sont pas prêts aujourd’hui pour une guerre et que les dirigeants ( mais aussi le peuple ) sont très confus.
      Les F-16 ( j’espère qu’ils seront nombreux ) devront donc opérer à partir de bases ukrainiennes. Il est plutôt nécessaire d’assurer un approvisionnement supplémentaire en missiles anti-aériens pour assurer la sécurité des bases.
      J’espère également que les hypocrites ne contesteront pas l’utilisation des Fighting Falcons sur les anciens territoires soviétiques. Même en profondeur, si nécessaire.
      L’Ukraine a été attaquée et a le droit de réagir en frappant n’importe quelle cible dans l’ex-Union soviétique. Également à Vladivostok. Avec le plus grand engagement à minimiser les pertes civiles. Si possible.
      Je souhaite à l’Ukraine une paix victorieuse.
      traduit avec Google

    3. Biensur que la mafia Moscovite et les troll Russes ont peur du f16 malgrés leurs dires.
      Malgrés l’aviation Ukrainienne qui est petite et qui a subit pas mal de rafistolages, les Russes ont subit et subissent de nombreuses pertes.
      Contrairement à ce que les pro russes aiment bien répéter en boucle ( la secte) en disant que jamais le f16 ne pourra décoller d’ukraine car les pistes sont trop sales ect ect, totalement faux.
      Les Ukrainiens ont des autoroutes prévu pour cela.

      Les Russes peuvent menacer et faire ce qu’ils veulent mais ils n’ont pas les moyens d’ouvrir un second front, contre l’otan cette fois ( pologne ou baltique).
      Si la Russie attaque uniquement la Pologne même sans l’aide de l’otan, elle ce cassera les dents dessus.
      Ils le savent et bluff.

      Le chiffre de 60 f16 fera la différence mais le temps presse.

  4. Bonjour,
    des F16 qui font sens pour les pilotes confirmés en cours de transformation, mais des Rafale ou des Eurofighter pour les jeunes pilotes qui débutent leur formation comme évoqué dans un précédent article…On peut rêver.

  5. Bonjour Arnaud,
    pourquoi ne sitez-vous jamais Cnews comme chaîne d’infos ? Ne fait-elle pas le même travail que les autres, même si, je vous l’accorde, l’info est quelques fois « dirigé ».
    En tout cas merci pour la qualité et la précision de votre site.
    Un lecteur assidu.

  6. Elle est très dirigée vers la fachosphère qui ici d’après mes lectures est peut apprécier.
    Mais je regarde ces chaînes qui me permettent d’avoir des arguments contre la désinformation organisée par la Russie, la Chine et ces Français amoureux du pouvoir dictatorial.

  7. plus on en parle, plus on n’en a peur, pour inverser la tendance, technique de com vieille comme le monde. vu que dans l’etat que dans lequel doit etre l’armee russe dans son ensemble, ce n’est clairement pas un bonne nouvelle pour eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sondage

"Si la France devait mettre une des personnalités aéronautiques suivantes au Panthéon, laquelle vous semblerait la plus logique ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

Sikorsky HO4S Horse

L’une des fonctions les plus connus des voilures tournantes est le sauvetage en mer. C’est aussi une des plus dangereuses pour les équipages. Cela a

Lire la suite...