Bombardier: nouveau look, nouveau souffle

Après de sombres années de restructuration, l’avionneur canadien Bombardier a le vent dans les voiles et se tourne résolument vers l’avenir. Pour refléter ce dynamisme, Bombardier s’est récemment doté d’un nouveau logo baptisé Mach, comme l’unité de mesure de la vitesse du son. Un clin d’oeil au modèle d’avion Global 8000, dont la certification est en cours, et dont la vitesse flirte avec le mur du son. Le nouveau slogan de l’entreprise, «La rencontre du coeur et du savoir-faire», rend hommage aux employés fiers de travailler pour cette entreprise innovante.

Bombardier compte 18000 employés dans le monde, dont 9550 au Québec et 2200 en Ontario. Tous les appareils des familles Challenger et Global sont assemblés au Canada alors que la nouvelle division militaire de Bombardier est implantée à Wichita au Kansas. L’assemblage des avions Global se fait dorénavant dans une nouvelle usine à la fine pointe de la technologie inaugurée récemment sur les terrains de l’Aéroport international Pearson à Toronto. Rappelons que les appareils Global étaient auparavant assemblés dans une usine de l’ancien aérodrome Downsview, près du centre-ville de Toronto. Les terrains ainsi libérés et vendus à prix d’or par Bombardier sont destinés au développement résidentiel et commercial. Véritable travail d’artisans, la finition luxueuse des avions Global et Challenger est effectuée à Montréal où sont également assemblés les appareils Challenger.

Pour répondre à un carnet de commandes bien rempli, Bombardier accélère la cadence de production de ses avions. Le nom du client anonyme ayant commandé une douzaine d’appareils Challenger 3500 à la toute fin de l’année 2023 a récemment été dévoilé. C’est l’américain NetJets qui annonce du même souffle avoir pris pas moins de 232 options d’achats du modèle Challenger 3500, un contrat estimé à 6 milliards de dollars si toutes ces options se transforment en commandes fermes. Cette annonce réaffirme la suprématie du Challenger 3500 dans la catégorie des avions superintermédiaires. Dans la catégorie des bizjets luxueux à large cabine et à très long rayon d’action, Bombardier et Gulstream se disputent la première place. N’en déplaise à ses concurrents, Bombardier a bien l’intention de continuer à innover et prospérer.

Bombardier Global
PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Marcel
Marcel
Fils d’un aviateur militaire (il est tombé dedans quand il était petit…) et biologiste qui adore voler en avion de brousse, ce rédacteur du Québec apprécie partager sa passion de l'aéronautique avec la fraternité francophone d’Avions Légendaires.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

2 réponses

  1. Au risque de choquer certains je trouve qu’avec ce nouveau look l’avionneur canadien perd un peu de son identité, en se rapprochant esthétiquement parlant de son concurrent continental Gulfstream. C’est dommage à mon sens. Mais bon il faut bien que Bombardier se prépare à perdre des parts de marché avec l’arrivée prochaine du Dassault Aviation Falcon 10X. Car lui ne vient pas pour enfiler les perles, et encore moins pour compter les points. Le Falcon 10X compte bien tuer le marché des avions d’affaire très long courrier très hauts de gamme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

Blériot 111

À bien des égards l’entre-deux-guerres fut une période faste pour les évolutions technologiques en matière aéronautique. Entre 1914 et 1918 celles-ci s’étaient limitées, pour d’évidentes

Lire la suite...