FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Aero A.304
Constructeur : Aero Vodochody Narodni Podnik
Désignation : A.304
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante : A.204, A.300
Mise en service : 1939
Pays d'origine : Tchécoslovaquie
Catégorie : Bombardiers avant 1950
Rôle et missions : Bombardier léger de reconnaissance, avion de soutien opérationnel, entraînement avancé.

HISTOIRE

Aero A.304 :
Un bombardier de qualité construit en trop faible série”

L’histoire de l’aéronautique est totalement intriquée entre aviation civile et militaire. Ce ne sont absolument pas deux mondes totalement hermétiques l’un vis-à-vis de l’autre. Les passerelles entre machines sont fréquentes, et notamment du fait que les avions de ligne font de très bonnes plateformes pour le développement d’appareils militaires. Un fait qui d’ailleurs est connu depuis les origines de l’aviation. Durant l’entre-deux-guerres il n’était pas rare que de tels appareils donnent naissance à des bombardiers à l’image du Junkers G-38 allemand débouchant sur le Mitsubishi Ki-20 japonais. Pourtant la majorité des chantiers de ce genre se fit dans le même pays. Un des exemples les plus frappants est le bimoteur Aero A.304 tchécoslovaque.

C’est au début de l’été 1936 que la force aérienne tchécoslovaque émit un cahier des charges relatif à un bombardier léger apte aux missions secondaires de reconnaissance tactique. Le marché était destiné aux seuls avionneurs locaux. Trois constructeurs y répondirent : Aero, Letov, et Praga.
Chacun apporta un avion très différent de ses concurrents. Ils reçurent les désignations d’Aero A.304, Letov S-50, et Praga E-51.

Sans doute le plus classique dans sa conception l’Aero A.304 se présentait comme une évolution de l’avion de ligne léger A.204 qui avait volé quelques mois plus tôt. D’une capacité de six à huit passagers pour un rayon d’action de 900 kilomètres cet avion arrivait sur un marché où étaient déjà présents des avions techniquement très réussis comme l’Airspeed AS.6 Envoy britannique ou le Caudron C.440 Goéland français. D’ailleurs aucune compagnie ne voulut donner suite à l’A.204. Afin de ne pas totalement perdre les investissements consentis, sur fonds propres, dans le programme de cet avion civil Aero s’en servit dans le cadre du programme de bombardier léger de reconnaissance.

Un second exemplaire, désigné donc Aero A.304, fut de ce fait construit mais sans la moindre capacité d’accueil pour passagers. En lieu et place une soute à bombes permettant l’emport de douze munitions de 20 kilogrammes chacune fut installée. Une bombe de 300 kilos ou deux de 150 pouvaient aussi y prendre place. L’armement défensif se composait de trois mitrailleuses ZB-30 de facture tchécoslovaque et de calibre 7.9 millimètres. La première était installée en position de chasse et les deux autres étaient mobiles : une en position ventrale et la seconde dans une tourelle dorsale. L’avion était animé par deux moteurs à neuf cylindres en étoile Walter Super Castor d’une puissance unitaire de 425 chevaux. L’A.304 était prévu pour un équipage de trois membres, l’opérateur radio pouvant servir aussi bien l’une et l’autre des mitrailleuses mobiles. L’officier bombardier, en charge aussi des prises de vue photographiques lors des missions de reconnaissance prenait place dans le nez vitré. Le pilote disposait donc d’un cockpit monoplace.
Le prototype réalisa son premier vol en septembre 1937.

Déjà quelques semaines plus tôt l’Aero A.304 avait été déclaré vainqueur vis-à-vis de ses deux concurrents. En juillet 1937 l’état-major tchécoslovaque avait estimé en effet que la configuration bipoutre du Praga E-51 et le train fixe caréné du Letov S-50 en faisaient des avions inadaptés. En fait depuis le début Aero était parti favori du concours.
Quinze avions furent donc commandés. Quelques menues améliorations furent cependant apportées à l’A.304 comme une plaque de blindage sous le ventre de l’avion, afin de protéger l’équipage des tirs de DCA.

L’annexion des Sudètes en septembre 1938 par l’Allemagne nazie conduisit la force aérienne tchécoslovaque à passer commande pour quatre Aero A.304 supplémentaires. Dans le même temps elle demanda à l’avionneur d’en dériver une version de pur bombardement moyen, destinée au remplacement des Bloch MB.200 d’origine française localement assemblés par Avia et n’ayant jamais vraiment montrés de qualités remarquables.
Assez étonnamment le futur avion reçut la désignation d’Aero A.300.

En 1938 Aero prospecta plusieurs pays européens afin de placer son bombardier de reconnaissance à l’étranger. Malgré de bonnes pistes avec la Belgique et l’Estonie ces deux pays déclinèrent finalement l’offre. Par contre la Grèce passa commande pour vingt A.304 et la Roumanie pour douze.

La Tchécoslovaquie savait pertinemment qu’Adolf Hitler envisageait d’annexer rapidement la Bohème-Moravie, c’est à dire la moitié ouest du pays. Elle se préparait donc à la guerre. Et les dix-neuf bombardiers légers de reconnaissance A.304 s’inscrivaient dans cette logique.
Les six premiers exemplaires de série entrèrent en service en janvier 1939. Ils ne purent cependant pas empêcher le rattachement deux mois plus tard de cette région au IIIe Reich sous la forme du protectorat de Bohème-Moravie. Face aux chasseurs Messerschmitt Bf 109B de la Luftwaffe les A.304 n’auraient eu aucune chance.
Les dix avions construits furent alors rapatriés vers la Slovaquie devenue indépendante par la force des choses.

L’effondrement tchécoslovaque eut pour effet immédiat l’arrêt du programme A.304 et par ricochet de celui de l’A.300. Seuls dix avions allaient donc servir sous cocarde tchécoslovaque, devenue slovaque. D’autres avions étaient encore en cours d’assemblage quand les troupes allemandes prirent d’assaut les usines Aero en avril 1939. Deux exemplaires ont été saisis par la Luftwaffe et affecté à la Flugzeugfuhrerschule A/B.71, une école de perfectionnement au pilotage des bimoteurs.
Sous l’influence du prêtre ultra nationaliste Jozef Tiso devenu dictateur la Slovaquie prit la décision à l’été 1939 de rejoindre le giron de l’Axe tout en demeurant indépendant. Les Aero A.304 ne servirent donc jamais contre l’Allemagne nazie.

Ils connurent pourtant le feu. En juillet 1941 quatre d’entre eux furent déployés en renfort de la Luftwaffe en URSS. Berlin venait de se retourner contre son ex-allié Moscou au cours de l’opération Barbarossa. Les Aero A.304 slovaques furent surtout engagés dans des missions de harcèlements contre les troupes de l’Armée Rouge en déroute. Dotés de bombes de 10 et 20 kilogrammes chacune ils firent des ravages. Pourtant l’arrivée de l’hiver russe les cloua rapidement au sol. L’inversion de la guerre dans la région les empêcha de revoler.

Les Aero A.304 furent retirés du service en Slovaquie en 1943. Trois exemplaires furent livrés à la Bulgarie qui les employa principalement dans des missions secondaires comme l’entraînement avancé jusqu’à la fin du conflit.
Ce bimoteur avait la réputation d’être un avion agréable à piloter, et parfaitement adapté à sa mission. Sa production fut cependant largement insuffisante.

 

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Aero A.304
Envergure : 19.20 m
Longueur : 13.20 m
Hauteur : 3.45 m
Motorisation : 2 moteurs en étoile Walter Super Castor
Puissance totale : 2 x 425 ch.
Armement : Trois mitrailleuses de calibre 7.9mm et 300 kg de bombes.
Charge utile :
Poids en charge : 4355 kg
Vitesse max. : 225 km/h à 1750 m
Plafond pratique : 6300 m
Distance max. : 1200 Km à charge maximale
Equipage : 3
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Aero A.304

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Aero A.304

VIDÉO

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données