FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Agusta AZ-8
Constructeur : Agusta S.p.A.
Désignation : AZ-8
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante : AZ-8L
Mise en service : 1959
Pays d'origine : Italie
Catégorie : Avions de transport
Rôle et missions : Prototype d'avion de ligne, avion de transport militaire

HISTOIRE

Agusta AZ-8 :
Un concentré de mauvaises idées et d'anachronismes”

Au milieu des années 1950 l’Italie se rêvait à nouveau en puissance aéronautique comme elle le fut du temps du régime fasciste. Malheureusement pour elle la fuite des cerveaux dans les années 1930 lui avait été fatale et de nombreux ingénieurs ayant émigrés aux États-Unis ou en Grande Bretagne ne revinrent jamais. Ils avaient fait leur vie là-bas, plusieurs y avaient même changé de nationalité. De ce fait la plus part des programmes qui furent lancés à cette époque étaient de qualité assez médiocre voire franchement nulle. Parmi ces avions au demeurant ratés figurait un étonnant quadrimoteur de transport civil et militaire construit à un seul exemplaire : l’Agusta AZ-8.

C’est en 1956 que Rome réclama que les avionneurs italiens travaillent sur un avion court et moyen courrier permettant d’embarquer entre 20 et 30 passagers sur une distance comprise entre 550 et 2500 kilomètres. Les perspectives officielles étaient d’une quarantaine d’exemplaires commandée par la compagnie Alitalia. Les propositions n’affluèrent pas, à tel point même que le président du conseil (équivalent italien du premier ministre en France) tapa personnellement du poing sur la table.
Sans trop de convictions l’ingénieur en chef d’Agusta, le très respecté Filippo Zappata, avança un avant-projet assez étonnant : un quadrimoteur à aile basse doté de moteurs de faible puissance.
Désigné AZ-8 un prototype fut officiellement commandé.

Les raisons mêmes de ce programme étaient complexes. Certes Alitalia devait se séparer de ses vieux Douglas C-47 Skytrain hérités de la Seconde Guerre mondiale et désormais inadaptés au système commercial européen mais un avion comme l’Agusta AZ-8 n’avait rien de séduisant. À la même époque le transporteur italien regardait plutôt du côté des Pays-Bas et du révolutionnaire Fokker F27 Friendship pour remplacer ses Dakota. Dans le même temps l’Italie devait montrer au monde entier qu’à l’instar de la France elle avait su relever son industrie aéronautique du conflit. C’est pourquoi les autorités italiennes misèrent énormément sur cet avion, le présentant comme révolutionnaire.

Extérieurement l’Agusta AZ-8 se présentait sous la forme d’un quadrimoteur à aile basse cantilever de construction entièrement métallique. Il était animé par quatre moteurs à neuf cylindres en étoile Alvis Leonides Mk-503 de facture britannique d’une puissance unitaire de 545 chevaux. Son poste de pilotage était prévu pour trois membre d’équipage : un pilote, un copilote, et un radio-navigateur. La cabine de son côté pouvait accueillir 22 passagers en deux classes ou 26 en une seule. Il possédait un train tricycle escamotable et un empennage classique.
C’est dans cette configuration qu’il réalisa son premier vol le 9 juin 1958.

Officiellement présenté quelques jours plus tard l’avion fut rapidement la risée de la presse spécialisée. Un journaliste britannique le surnomma même : «Little Armagnac». Il s’agissait d’une référence au SNCASE SE-2010 Armagnac, un avion de ligne français beaucoup plus gros conçu dix ans plus tôt et construit à seulement neuf exemplaires. Les ressemblances entre les deux avions étaient en effet troublantes, à la différence près en effet de la taille.
Surtout dès le début de l’année 1959 la compagnie Alitalia annonça refuser catégoriquement la version commerciale AZ-8L de cet avion qu’elle jugeait inutile, trop lent, et trop peu polyvalent pour ses lignes européennes et intérieures.

Le gouvernement italien se retrouva donc avec l’avion sur les bras et le fit entrer en service au sein de l’Aeronautica Militare. Sauf que celle ci n’avait nullement besoin de lui. Elle volait elle aussi sur des Douglas C-47 Skytrain qui lui suffisaient largement. Finalement repeint dans une livrée mixte et arborant les marquages militaires l’Agusta AZ-8 fut affecté à une unité de liaisons aériennes et de transport de hautes personnalités basée près de Rome. Configuré pour 22 passagers dans une classe unique l’avion n’avait pas forcément mauvaise réputation, étant jugé agréable à piloter par les équipages militaires. Simplement il était inadapté à toute fonction militaire. Incapable d’assurer des missions de transport de fret ou de largages de parachutistes son rayon d’action était très juste pour rejoindre les bases de l’OTAN réparties en Europe de l’Ouest.
Finalement l’AZ-8 resta en service dans l’aviation militaire italienne de juin 1959 à novembre 1962, réalisant au total moins de 300 heures de vol. N’ayant plus aucun intérêt cet étonnant quadrimoteur fut envoyé à la casse.

Après cet échec Zappata délaissa la conception et la construction d’aéronefs à voilures fixes et se lança dans celles d’hélicoptères. Il eut un peu plus de nez, produisant notamment le surprenant Agusta A-101 et lançant sur le marché un des hélicoptéristes majeurs des 50 années à venir.
Dire que l’AZ-8 était un mauvais avion revient à enfoncer une porte ouverte. Mais l’ingénieur n’est pas le seul fautif. Le cahier des charges déjà laissait entrevoir un plantage dans les grandes lignes. Il est juste dommage que les Italiens n’aient pas pensé à préserver ce surprenant avion de transport demeuré à l’état de prototype.

 

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Agusta AZ-8, en configuration Aeronautica Militare
Envergure : 25.00 m
Longueur : 19.44 m
Hauteur : 6.60 m
Motorisation : 4 moteurs en étoile Alvis Leonides Mk-503
Puissance totale : 4 x 545 ch.
Armement :
Charge utile : 22 passagers
Poids en charge : 11300 kg
Vitesse max. : 415 km/h à 3000 m
Plafond pratique : 7500 m
Distance max. : 1100 Km à charge maximale
Equipage : 4
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Agusta AZ-8

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Agusta AZ-8

VIDÉO

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données