FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : De Havilland D.H.102 Sea Vampire
Constructeur : De Havilland Aircraft Company Ltd.
Désignation : D.H.102
Nom / Surnom : Sea Vampire
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1947
Pays d'origine : Royaume-Uni
Catégorie : Chasseurs de l'après-guerre
Rôle et missions : Chasseur monoplace, biplace de transformation opérationnelle.

HISTOIRE

De Havilland D.H.102 Sea Vampire :
Le premier jet embarqué britannique”

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale chaque pays industrialisé voulait pouvoir concevoir son propre chasseur à réaction. Depuis l’avènement des Gloster MeteorMesserschmitt Me 262 Schwalbe, et autres Bell P-59 Airacomet tout le monde avait compris qu’ils avaient révolutionné le domaine du vol. Mais le nec plus ultra était alors de disposer de jets sur un pont de porte-avions, ce qui alors se résumait à la seule US Navy et à son McDonnell FH Phantom alors en cours de développement. Pourtant le Royaume-Uni talonnait l’Amérique dans ce domaine grâce à un avion aujourd’hui passablement tombé dans l’oublie : le De Havilland D.H.102 Sea Vampire.

C’est au moment du Débarquement de Normandie, le 6 juin 1944, que la Royal Navy comprit qu’elle aurait besoin tôt ou tard d’un avion à réaction capable de remplacer ses derniers Fairey Fulmar autant que ses Hawker Sea Hurricane. Ces deux modèles de chasseurs embarqués à moteurs à pistons étaient en train de devenir bien vite obsolètes en raison de la présence dans les rangs allemands de chasseurs à réaction. Elle lança immédiatement une requête aux avionneurs De Havilland et Gloster afin qu’ils cherchent chacun une adaptation de leurs avions respectifs D.H.100 Vampire et Meteor. Rapidement il s’avéra que le second se révélerait bien plus difficile à navaliser que le premier. L’amirauté britannique ordonna donc que De Havilland soit chargé du programme.

Cependant l’avionneur était pris par l’usinage et le développement d’autres avions pour le compte de la Royal Air Force. La Fleet Air Arm était en quelques sortes le cadet de ses soucis. C’est pourquoi les dirigeants de De Havilland chargèrent l’avionneur English Electric de travailler sur le futur avion qui avait entre temps reçu la désignation de D.H.102 et le patronyme de Sea Vampire.
Le troisième Vampire Mk-I de présérie fut alors prélevé sur les stocks de l’avionneur et convoyé par rail jusqu’à chez English Electric. Nous étions alors début 1945 et l’avancée des troupes alliées en Europe rendait le futur avion de plus en plus urgent. La fin de la guerre faillit mettre fin aux espoirs de la Royal Navy, mais le projet était bien trop primordial pour risquer quoi que ce soit.

Désigné Sea Vampire Mk-X ce nouvel avion n’avait pas grand chose de révolutionnaire. C’était vulgairement parlant un Vampire Mk-I sur lequel on avait ajouté une crosse d’appontage. Aucun renforcement n’avait été envisagé ni même modification structurelle.
Le prototype réalisa son premier vol le 20 novembre 1945. Pourtant c’est quelque jours plus tard qu’il marqua vraiment son temps.

Le 3 décembre 1945, entre les mains du pilote d’essais Eric Brown, l’avion apponta pour la première fois sur le porte-avions HMS Ocean lancé quelques semaines plus tôt. La Fleet Air Arm était devenu la deuxième aéronavale au monde et la première en Europe à faire opérer un avion à réaction depuis un pont d’envol. Le De Havilland D.H.102 Sea Vampire était entré dans l’histoire à la fois aérienne et navale.

De Havilland reçut une commande officielle pour dix-huit exemplaires de série désignés Sea Vampire F Mk-20 qui entrèrent en service début 1947. Deux exemplaires supplémentaires furent assemblés à des fins d’essais. L’avion était globalement une version navalisée du chasseur-bombardier Vampire FB Mk-5 mais sans capacité d’emport de bombes.
Six avions supplémentaires furent assemblés comme Sea Vampire F Mk-21… mais jamais destinés à des vols embarqués. Ces nouveaux bien que monoplaces servaient dans les faits à des tests d’armement et à des essais de navalisation tous azimuts. Ils volaient aux profits de leurs successeurs.

En fait le De Havilland D.H.102 Sea Vampire servit principalement de chasseur de défense aérienne durant un temps très court. En effet malgré sa propulsion à réaction les pilotes de la Royal Navy se rendirent vite compte que le Sea Hornet F Mk-20 lui était supérieur, bien que doté de deux moteurs à pistons. Ces derniers remplissaient donc les missions de chasse lourde et d’appui aérien rapproché et les Sea Vampire la supériorité aérienne.

En 1950 alors que la principale version de chasse commençait à quitter le service actif apparut la version Sea Vampire T Mk-22. Ce biplace côte à côte était destiné à la transformation opérationnelle des futurs pilotes. Soixante-quatorze avions furent construits en ce sens, en faisant donc la principale version de série de l’avion. Les Sea Vampire biplaces formaient aussi bien les jeunes pilotes novices que ceux ayant auparavant volés sur des avions à moteurs à pistons.
Cette version demeura en service jusqu’en 1954, formant notamment les futurs pilotes de Sea Venom.

Jamais exporté, malgré des propositions faites à l’Australie et à la France, le De Havilland D.H.102 Sea Vampire n’est pas aussi connu que son prédécesseur terrestre. Pour autant il a marqué l’histoire aéronautique.

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : De Havilland D.H.102 Sea Vampire F Mk-20
Envergure : 11.58 m
Longueur : 9.37 m
Hauteur : 2.69 m
Motorisation : 1 réacteur De Havilland Goblin Mk-2
Puissance totale : 1 x 1361 kgp. sans post-combustion
Armement : 4 canons de 20mmet possibilité d'emporter six roquettes HVAR de 127mm sous voilure.
Charge utile :
Poids en charge : 5742 kg
Vitesse max. : 845 km/h au niveau de la mer
Plafond pratique : 9150 m
Distance max. : 950 Km à masse maximale.
Equipage : 1
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du De Havilland D.H.102 Sea Vampire

PROFIL COULEUR

Profil couleur du De Havilland D.H.102 Sea Vampire

VIDÉO

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données