FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Showa L2D ‘Tabby’
Constructeur : Shōwa Hikōki Kōgyō Kabushiki-gaisha
Désignation : L2D
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN : Tabby
Variante : C-47J
Mise en service : 1939
Pays d'origine : Japon
Catégorie : Avions de transport
Rôle et missions : Avion de transport tactique, transport de personnels, transport d'états-majors

HISTOIRE

Showa L2D ‘Tabby’ :
Le principal avion de transport de la marine impériale nippone”

Un peu à la manière de ce qui existait alors entre l’US Army Air Force et l’US Navy les forces aériennes et aéronavales japonaises de la Seconde Guerre mondiale disposaient de leurs propres flottes d’avions, mais également de systèmes de désignations de ceux-ci différents l’un de l’autre. Ainsi la marine impériale alignait ses propres bombardiers terrestres comme le Mitsubishi G3M ‘Nell’ ou le Nakajima G5N ‘Liz’. Partant de ce principe elle sut également se fabriquer une flotte assez hétéroclite d’avions de transport militaire. Le plus important numériquement parlant était un bimoteurs aux origines américaines : le Showa L2D ‘Tabby’.

Tout commença en 1935 quand l’avionneur japonais Nakajima eut la possibilité d’obtenir une licence de production locale de l’avion de ligne bimoteur Douglas DC-2. Des liens se tissaient entre les deux constructeurs, les relations américano-nippones étaient alors au beau fixe. Résultat quand sa version améliorée désignée DC-3 apparut sur le marché Nakajima négocia une nouvelle licence et eut rapidement satisfaction. Au plus grand bonheur des compagnies aériennes locales.

En coulisses cependant l’entreprise Showa, qui dépendait alors de Nakajima, avait dans l’idée d’adapter l’avion à des missions militaires. Pourtant l’accord avec Douglas ne prévoyait en aucun cas un telle entorse au contrat. Nakijama et Showa étaient alors dans l’impasse.
En 1938 la marine impériale dut se résoudre à envisager l’acquisition d’avions de ligne Douglas DC-3 de facture américaine. Un exemplaire fut commandé aux États-Unis et essayé sous la désignation de Douglas LXD. Les tests furent concluants mais l’avionneur américain insista sur le fait qu’une production déplacé dans l’arsenal japonais serait favorable.
Une seconde licence de production fut alors cédée pour ce bimoteur, mais cette fois à Showa et avec des vues uniquement militaires.

À Washington DC cependant personne n’était dupe. Tout le monde savait que Showa allait développer une version tactique du DC-3. L’avion reçut dans la nomenclature navale japonaise la désignation de L2D.
Deux exemplaires de présérie furent construits sous la désignation L2D1 et donnèrent pleine satisfactions aux marins japonais. Une série désignée L2D2 fut lancée. Il s’agissait alors d’avion dédiés exclusivement aux transport de personnels et d’état-major. Ils pouvaient accueillir 24 passagers dans un confort digne des standards commerciaux de l’époque.
Les premiers exemplaires entrèrent en service en juillet 1939.

Par la suite Showa produisit les L2D3 et L2D4, cette dernière version possédant même un armement défensif sous la forme d’une mitrailleuse lourde de calibre 13mm en tourelle dorsale et de deux plus légères de calibre 7.7mm montées en sabords latéraux. Le Showa L2D4 et son armement était destiné à des parachutages de troupes de débarquement au-delà des lignes ennemies. De tels exemplaires furent engagés assez fréquemment dans l’invasion de la Chine à partir de fin 1939.
Les L2D3 de leur côté étaient des avions pouvant réaliser aussi bien des missions de transport de personnels que de fret.

Quand le Japon attaqua l’Amérique à Pearl Harbor au matin du 7 décembre 1941 plus de 250 exemplaires du Showa L2D avaient été produits. Il était déjà le principal avion de transport de la marine impériale, devant les Nakajima L1N ‘Thora’ ou encore les Yokosuka L3Y ‘Tina’. Surtout il était le plus moderne de tous les avions de transport militaire en service dans ce pays, force aérienne et marine impériale confondues. Seul le Mitsubishi L4M Topsy arrivait à faire illusion face à lui.
Quelques semaines après l’entrée en guerre le L2D reçut le nom de code de Tabby par les forces alliées.

Malgré quelques essais totalement infructueux jamais le Showa L2D ‘Tabby’ ne fut utilisé à bord d’un porte-avions nippon. Les Japonais avaient essayé, avant l’heure, de développer le concept de COD. Ce fut un échec ! Le L2D était appelé à rester un avion de transport terrestre. Et sa spécialité durant la guerre du Pacifique fut les missions entre les îles et îlots tenus par les forces japonaises, mais également avec l’archipel.
Afin d’échapper aux chasseurs de l’US Navy les pilotes de transport japonais avaient pris l’habitude de voler très bas au ras des flots. Si cela les masquait relativement par contre ça endommageait les cellules des avions. La corrosion reste un ennemi pour l’aéronef, même si celui-ci appartient à l’aéronavale.

Le Showa L2D ‘Tabby’ demeura le principal avion de transport de l’aviation navale impériale nippone jusqu’à la fin des hostilités en août 1945. Certains avions continuèrent même de voler après l’armistice, ayant troqué leur meatball pour les marquages adaptés à la cessation des combats.
L’US Army Air Force se paya même le luxe de réquisition onze des 485 L2D construits, les désignant C-47J (J pour Japan) et les utilisant ainsi quelques mois. Fautes de pièces détachées tous furent retirés du service avant Noël 1945. L’Armée de l’Air utilisa également en Indochine quelques exemplaires entre juillet 1947 et mars 1949 au sein de l’Escadron de Transport 1/64 Béarn. Cette unité faisait aussi voler des Amiot AAC-1 Toucan et des Douglas C-47 Skytrain.

Justement un erreur est communément faite de comparer le Douglas C-47 Skytrain et le Showa L2D ‘Tabby’. Ce sont deux machines très différentes. L’avion japonais est beaucoup plus proche dans sa conception et dans son utilisation des Douglas C-48 et C-50, ces ex DC-3 civils réquisitionnés par l’US Army Air Force et employés comme avions militaires.

 

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Showa L2D4 'Tabby'
Envergure : 18.96 m
Longueur : 19.50 m
Hauteur : 7.46 m
Motorisation : 2 moteurs en étoile Mitsubishi MK8 Kinsei-43
Puissance totale : 2 x 1080 ch.
Armement : Une mitrailleuse mobile de 13mm en tourelle dorsale et deux de 7.7mm en sabords latéraux.
Charge utile : 18 parachutistes ou 21 passagers ou 4350kg de fret.
Poids en charge : 12500 kg
Vitesse max. : 395 km/h à 2800 m
Plafond pratique : 10200 m
Distance max. : 2800 Km à masse maximale
Equipage : 5
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Showa L2D ‘Tabby’

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Showa L2D ‘Tabby’

VIDÉO

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données