Une cérémonie sous très haute protection

[JO] Une cérémonie sous très haute protection

Ce vendredi 27 juillet au soir s’est déroulée la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques d’été à Londres. Placée sous le signe de la culture anglaise, et dirigée par le cinéaste Danny Boyle réalisateur de films comme Trainspotting ou 28 jours plus tard, celle ci était suivie dans le stade olympique londonien par plus de 80 000 personnes dont environ soixante dix chefs d’état et de gouvernement parmi lesquels bien entendu la reine Elizabeth II et son époux. Mais cette cérémonie était aussi une vitrine du savoir faire britannique en matière de sécurité et de défense.

En effet pendant que l’agent 007 protégeait la souveraine anglaise dans un clip hilarant, de vrais militaires eux scrutaient les cieux, les routes, et les voies navigables aux alentours de la capitale. Si l’évènement avait eu lieu en France nous aurions parlé de bulle, et là dessus nos voisins d’outre-Manche n’ont semble t’il rien à nous envier. Je ne reviendrais pas sur le cas des batteries de missiles sol-air Rapier disséminées ça et là dans Londres et sa banlieue, parfois au mépris même des populations avoisinantes.

Eurofighter Typhoon de la RAF.

Penchons nous plutôt sur le déploiement surprenant d’aéronefs en tous genres. D’abord et parce qu’il faut voir sans être vu, la Royal Air Force avait mis à contribution un de ses Boeing Sentry AEW1 capable de suivre plusieurs cibles aériennes volants à différentes altitudes et vitesses. Dans le même temps un Raytheon Sentinel R1 et un Beechcraft Shadow R1 scrutaient les routes mais aussi les espaces verts ou encore les abords immédiats du site olympique depuis des altitudes de sécurité. Ces trois yeux volants donnaient une véritable dimension à la surveillance du site. Ensuite venaient les aéronefs chargés d’intercepter d’éventuelles menaces venant du ciel. Pour cela des chasseurs Typhoon FGR4 avaient pris les airs avec des missiles air-air bons de guerre et les 150 obus de leur canon de calibre 27mm. Ils étaient suivis par deux Vickers VC-10 chargés de les ravitailler en vol afin de permettre une meilleur réactivité. La vision de ces avions de combat de nouvelle génération tournoyant aux alentours de la capitale semblant plus dissuasive à l’état major britannique que des appareils en alerte dans une quelconque base. Par ailleurs quatre hélicoptères de combat Westland Apache AH1 appartenant à la British Army étaient eux en alerte non loin du stade, au cas où un aéronef lent ou très léger (monomoteur de tourisme, hélicoptère, ULM) s’approcherait de trop.

Si toutefois la menace terroriste s’était fait plus oppressante sur le site même de la cérémonie les unités d’élite des armées et de la marine britanniques, dont les fameux SAS, disposaient quand à eux de plusieurs hélicoptères à même de les déposer au plus près de la reine et des VIP. Ainsi des Boeing Chinook HC3 et des Westland Puma HC1 de la RAF participaient aux opérations, aux côtés de Merlin HC3 et de Sea King HC4 de la Fleet Air Arm. Même si certains médias britanniques ont annoncé la présence du Flight 8 de la British Army et de ses Eurocopter Dauphin 2, ces hélicoptères dédiés aux SAS n’ont pas été officiellement présentés comme participants aux opérations.

Un Westland Puma de la RAF survole le stade olympique de Londres.

Bien entendu le site était totalement rendu hermétique au sol par les forces de police, par les militaires en renfort, et par les centaines d’agents de sécurités privés. Des snipers avaient pris places sur les points hauts tandis que des centaines de caméras observaient la foule des participants. Fort heureusement Londres n’a pas été la victime d’attaque terroriste pour cette cérémonie, comme elle le fut il y a sept ans, en juillet 2005 au lendemain de l’annonce finale de sa sélection face à Paris.

Les aviateurs britanniques ont cependant également pu prendre part à la fête, lorsque les British Aerospace Hawk rouges de la patrouille acrobatique de la RAF, les fameux Red Arrows, ont survolé le stade londonien.

La patrouille acrobatique de la RAF sur ses Hawk.

Photos (c) UK Ministry of Defence.

 

PAS DE COMMENTAIRES

Laisser un commentaire