La force Barkhane bénéficie d’un nouveau terrain d’aviation en plein désert

La force Barkhane bénéficie d’un nouveau terrain d’aviation en plein désert

Depuis la fin du mois d’octobre 2014 les hommes et les femmes du 25ème Régiment du Génie de l’Air sont à pied d’œuvre en plein milieu de ce que les militaires appellent la bande sahélo-saharienne. Autant le dire tout de suite c’est un désert avec du sable et des cailloux à perte de vue coincé entre le sud de l’Algérie et de la Libye, et le nord du Mali et du Niger. Et c’est là, au beau milieu de nul part que l’Armée de l’Air dispose désormais d’un nouveau terrain d’aviation au lieu-dit Madama. En fait tout cela se trouve à une centaine de kilomètres au nord de la ville de Dirkou au Niger.

Officiellement ce terrain d’aviation est désigné base avancée temporaire de Madama. C’est sûr que ça fait un peu plus pro. Madama a donc comme rôle de ravitailler, par les airs les forces françaises et africaines engagées dans la région dans les opérations de lutte contre les terroristes djihadistes d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique, ainsi que toutes les entités plus ou moins grosses qui ont essaimé sur ce modèle depuis plusieurs mois.

Et pour s’assurer que la BAT était opérante l’Armée de l’Air n’a pas hésité au cours des derniers jours de faire se poser deux avions cargos différents. Ce fut d’abord un biturbopropulseur de transport tactique moyen Casa CN-235M qui vint « essuyer les plâtres » le 4 décembre 2014. L’avion réussit à se poser et à redécoller sans souci de la base. Trois jours plus tard un avion un peu plus lourd, un C.160 Transall réalisait lui aussi une mission similaire. C’est ainsi que les aviateurs français eurent la confirmation que la BAT était enfin prête à être opérationnelle.

Casa CN-235M de l'Armée de l'Air, au roulage sur le "tarmac" de la BAT de Madama.
Casa CN-235M de l’Armée de l’Air, au roulage sur le « tarmac » de la BAT de Madama.

Mais surtout le montage d’une base, avec notamment la nécessité de damer une piste de sable, en mois d’un mois et demi, dans des conditions climatiques rigoureuses permet de vérifier une fois encore le très haut niveau de professionnalisme des personnels du 25ème RGA.

Bien entendu, il n’est pas question que des avions de combat viennent s’y poser mais on pourrait espérer un jour y voir un Airbus A400M s’y poser. À voir.

Photos © Armée de l’Air.

 

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

3 COMMENTAIRES

Laisser un commentaire