L’hélicoptériste américain Sikorsky va t-il tomber dans l’escarcelle d’Airbus ?

L’hélicoptériste américain Sikorsky va t-il tomber dans l’escarcelle d’Airbus ?

L’information agite depuis ce début de semaine les milieux aéronautiques et financiers américains comme européens. Il y a peu les dirigeants du géant United Technologies, maison-mère du constructeur d’hélicoptères, laissait sous-entendre qu’ils envisageaient de se séparer de leur filiale « voilures tournantes ». Parmi ceux qui prétendent à racheter Sikorsky figure ni plus ni moins que le géant européen Airbus Group qui pourrait ainsi renforcer sa position en Amérique du nord. Si jamais Sikorsky était réellement englobé au sein d’Airbus Helicopters ce serait une très mauvaise nouvelle pour Agusta-Westland et Bell Helicopters.

C’est un des principaux dirigeants du constructeur européen qui a jeté le trouble. Allan McArtor, le patron de la branche américaine d’Airbus Group, a déclaré lors d’une visite en Israël, que l’avionneur et hélicoptériste européen envisageait de racheter Sikorsky si jamais la décision de United Technologies se confirmait. Par cette action Airbus Group consoliderait son activité aux États-Unis et deviendrait de facto un des principaux fournisseurs d’aéronefs de l’US Department of Defense.

Rappelons que Sikorsky produit actuellement la principale famille d’hélicoptères militaires en service dans les rangs des forces américaines, les Blackhawk d’assaut et de transport, et les Seahawk de combat naval.
Ces appareils sont en service dans les cinq composantes de la défense américaine : US Army, US Air Force, US Navy, US Marines Corps, et US Coast Guard. Bien entendu l’hélicoptériste produit et entretient bon nombre d’autres appareils.

Même si aucune somme n’a pour l’instant été envisagé publiquement il est clair qu’un tel rachat devrait se chiffrer en milliards de dollars américains. Depuis plusieurs semaines United Technologies a supprimé plusieurs centaines d’emplois dans les usines Sikorsky. Gageons que ce potentiel rachat sera sur toutes les lèvres dans les allées du salon du Bourget d’ici quelques jours.

Photo © US Navy.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

9 COMMENTAIRES

  1. Whaaaa… Si ça se concrétise ce serait un sacré retournement… Mais attention à ne pas finir comme Bae S. Qui est passé du rêve américain au cauchemar.

  2. UN gros avantage pour Airbus si cela se produit une des meilleur sections de voilure tournante pourrait naitre et cela permettrait a Airbus de devenir leader du marche des voilure tournante

  3. Comme si les americain aller laissé faire. ils ont toujours protégé leur industrie de l’armement sous couvert de la sacro-sainte surete de la nation et bobard en tout genre. Qui plus est ce serai laissé mettre un pieds étranger dans leur industrie militaire, rappeler vous du programme F35 ou Anglais, Italien et canadien devais avoir accès au juteux marché militaire et qui c’est évaporé comme par magie une fois les contrat signer.

  4. Je demeure très sceptique quant à cette vente à des intérêts non-américains. Ceux-ci sont très très protectionnistes…Je peux compter sur les doigts de la main armes( comme M249 Squad Automatic Weapon de la la FN) et systèmes d’armement produits en dehors des Etats-Unis. La Marine canadienne attend depuis belle-lurette la mise en service des CH-148 Cyclone fabriqué par la société Sikorsky. Je ne pense pas que cela accélérera les livraisons des CH-148. Arbus offre des appareils équivalents et de meilleur qualité que le Cyclone.
    cordial bonjour d’outre-Atlantique.

Laisser un commentaire