MMRCA 2, le retour

MMRCA 2, le retour

En ce moment l’Inde a le chic pour souffler le chaud et le froid sur le marché aéronautique de défense. Après avoir officiellement annulé ce jeudi 30 juillet 2015 le fameux programme MMRCA, l’Indian Air Force a annoncé ce mardi 4 août 2015 la relance du programme dans une version quelque peu allégée. Une semaine riche en émotion pour les avionneurs concernés.

Mais au fait c’est quoi déjà le MMRCA ? Sous cette initiale se cache le Medium Multi-Role Combat Aircraft, un programme visant au remplacement rapide des cent cinquante chasseurs Mikoyan-Gurevitch MiG-21 Fishbed tel celui vu ci-dessus et des quatre-vingt cinq avions d’attaque Mikoyan-Gurevitch MiG-27 Flogger encore en dotation dans les rangs indiens. Il va de soit que chacun de ces avions a atteint un niveau d’obsolescence rarement vu pour une force aérienne de cette envergure, ces deux modèles datant de l’ère soviétique. Le MiG-21 s’est même taillé depuis quelques années une sérieuse réputation de faiseur de veuves.
De ce fait le programme MMRCA est plus que nécessaire pour l’Indian Air Force. Seulement voilà l’avion sélectionné, le Dassault Rafale français, n’a pas pu être acheté car l’Inde exigeait de pouvoir construire localement la plus grosse partie des cent vingt-six avions prévus dans le contrat. Finalement elle a négocié avec l’avionneur clodoaldien la fourniture de trente-six avions achetés sur étagères, c’est à dire tous produits dans l’hexagone.

Mais bon trente-six avions ne feront jamais le boulot de cent vingt-six, même des Rafale. C’est pourquoi le programme MMRCA a été abandonné et transformé en version allégée. Désormais MMRCA 2 prévoit l’acquisition de quatre-vingt-dix avions. Mais au fait pourquoi ce nombre ?
Tout simplement parce que quatre-vingt-dix avions c’est le reliquat des cent-vingt-six appareils du premier MMRCA moins les Rafale actuellement en négociation.
Alors quels sont les avions en lice ? On aurait tendance à croire que les compteurs sont remis à zéro, il n’en est rien. L’état-major indien tient toujours à acquérir des Rafale. Certes leur prix aura changé, le contrat n’étant pas le même mais les deux parties se connaissent bien , et les pilotes indiens savent désormais que le biréacteur français est l’avion qu’il leur faut. Pour reprendre l’avantage sur le voisin pakistanais ? Nullement. En fait le chasseur français serait avant tout un message envoyé à la Chine, mais aussi à la Russie. Une Russie qui se rêve en vainqueur du programme MMRCA 2 avec ses Sukhoi Su-30MKI, un des meilleurs chasseurs-bombardiers produits dans ce pays mais qui se traîne depuis quelques mois lui aussi une bien vilaine réputation. Trois accidents majeurs ont fini de casser l’image du biréacteur russe auprès de l’état-major indien, et il paraît assez peu cohérent que New Delhi fasse gagner cet avion. Même si certains annoncent que Vladimir Poutine lui-même pourrait s’engager dans le contrat en « cassant les prix ».

En filigrane de cette compétition franco-russe on retrouve l’affaire des deux Bâtiments de Projection et de Commandement de classe Mistral que la France a refusé de livrer à la Russie suite à l’annexion par cette dernière d’une partie du territoire ukrainien. Payé sous la présidence de Nicolas Sarkozy ils ont été placé sous embargo par son successeur François Hollande. Une affaire qui a empoisonné durablement les relations entre Moscou et Paris, même si récemment les deux chefs d’état ont annoncé conjointement avoir trouvé un terrain d’entente quant au remboursement des dits-navires. D’autant que l’Inde, comme d’autres pays d’ailleurs, n’a jamais fait mystère de sa volonté de les acquérir.
Mais voilà les dirigeants russes voudraient se servir de cette affaire pour discréditer la France sur le marché international. Une manœuvre qui a peu de chance d’aboutir : primo les relations franco-indiennes sont au beau fixe, les Rafale n’étant pas les seuls aéronefs que la France a vendu à l’Inde, et secundo l’Inde n’a elle aucune velléité expansionniste.

Quoiqu’il en soit les généraux indiens semblent désormais vouloir aller plus vite, ils ne comptent pas reprendre des négociations sur plus de trois ans. Certains médias indiens sous-entendent même que le contrat MMRCA 2 pourrait être signé avant fin 2016. Reste à savoir si la France fournira trente-six ou cent-vingt-six Rafale à son puissant allié asiatique.

Photo © Indian Air Force.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

13 COMMENTAIRES

  1. Merci pour cet article bien intéressant, avec une contradiction toutefois :
    si « l’avion sélectionné, n’a pas pu être acheté car l’Inde exigeait de pouvoir construire localement la plus grosse partie des cent vingt-six avions », pourquoi pourrait-il être acheté aujourd’hui (ou demain) ?
    Il y a une réelle difficulté pour les Indiens (comme pour les Chinois d’ailleurs) à construire des avions de combat actuels de très haute technologie. Les Su-30 construits localement aussi présentent des défauts de construction, bien que la technologie soit connue (mais pas totalement maîtrisée). Donc quel intérêt d’acheter des Sukkhoi (même 35), alors que l’Inde a déjà signé avec Sukkhoi pour le T-50 ?
    Ce serait plutôt le MiG-35 qui serait favori ?
    L’intérêt du transfert de technologie est de faire faire des économies de R&D à l’industrie indienne, tout en percevant les (bonnes) solutions. D’où un intérêt plus pour de la technologie occidentale que russe. Mais vu le coût de ce transfert (et le risque technologique), il revient moins cher (et plus sûr) d’acheter sur étagère, même avec le coût de la main d’oeuvre en France.
    Il y a une partie du remplacement qui sera faite par le LCA dont les commandes ont été doublées.
    On a plutôt l’impression que les Indiens ne savent pas précisément ce qu’ils veulent ?
    Leurs Jaguars aussi sont en cours de remotorisation… 😉 ! Dommage que la ligne de montage des Mirage 2000 soit fermée… Et 60 Mirage 2000-09, ça ne les intéresserait pas… ?
    « secundo l’Inde n’a elle aucune velléité expansionniste. » : Ah bon ? Allez expliquer cela à un Pakistanais… (et bon courage…) 😉 !
    La Russie non plus, elle récupère ses territoires, c’est le même cas que pour le Cachemire-et-Jammu.
    D’ailleurs la Russie n’a aucun besoin de discréditer la France sur le marché international, nous y arrivons très très bien tout seuls… 😉 !

    • Alors pour répondre à la question indo-pakistanaise sur le Cachemire, on va éviter de chercher qui a commencé, il ne s’agit pas d’une question d’agrandissement de territoire mais de redécoupage d’une frontière qui n’a jamais été clairement définie.
      Ensuite sur le discrédit que la France pourrait avoir à l’étranger, si vous voulez parler de l’inflexibilité de nos dirigeants vis à vis de la livraison des bâtiments de projection Mistral à une Russie jugée un peu agressive, cela a toujours été ainsi. En 1967 déjà De Gaulle avait coupé les robinets d’armement aux Israéliens, et la France n’en a pas été discréditée. En 1983 Mitterrand en a fait de même avec l’Argentine, et cela n’a pas non plus entaché notre réputation de « grand marchand d’armes ». Et ces deux pays étaient autrement de meilleurs clients que la Russie. D’autant qu’on sait désormais que les deux Mistral pourraient être rapidement revendus à l’Inde ou au Canada. Je ferme là la parenthèse politico-diplomatique, je n’entrerais pas dans une bataille idéologique sur le bien fondé (ou non) de mettre sous embargo un état qui a annexé une partie du territoire de son voisin.

      Pour revenir au MMRCA2, je suis bien d’accord que ce programme est bourré d’incohérences et de paradoxes. A moins que Dassault et la présidence de la République aient changé d’avis sur une livraison sur étagère, je ne vois pas comment le Rafale pourrait réellement gagné ce contrat de 90 avions. Sauf si c’est New Delhi qui fait machine arrière. Et ça, ce n’est pas inenvisageable. Un accord pourrait parfaitement voir le jour pour un transfert de technologie avec Dassault à d’autres niveaux, notamment dans le cadre du programme de modernisation Tejas ou même pour un futur avion de combat indien.
      Quand au programme du T-50, il faut se souvenir qu’il n’est pas au beau fixe, un peu à l’image des relations entre Moscou et New Delhi.

      • Serait-il possible que dans le cadre du MMRCA-2, Dassault puisse se départir de Hal et choisir d’autres entreprises indiennes, privées et de leur choix ?
        Sans cela, je ne vois pas comment le Rafale pourrait de nouveau entrer en compétition. Tout ce qui pourrait être négocié aujourd’hui pouvait l’être dans le cadre du MMRCA original.
        À noter, le contrat de 36 Rafale n’est pas signé et fait l’objet de polémiques en Inde. À moins qu’il ne les achètent en version marine. Et là, bye bye les 90.

        • Concernant une autre entreprise que HAL, à priori je dirais non. Je vois mal qui l’Indian Air Force pourrait sélectionner comme avionneur local pour un tel programme. D’autant que je ne suis pas sûr qu’un autre avionneur ait la possibilité industrielle d’usiner un avion comme le Rafale français.
          Maintenant concernant la polémique sur l’acquisition des 36 Rafale hors MMRCA2, elle est en fait entretenue par une certaine presse (populiste et aux mains de capitaux étrangers) notoirement hostile à l’actuel gouvernement et à toute ouverture d’acquisition de matériels majeurs auprès des pays occidentaux. Ces même journaux avaient, on s’en souvient considéré que le Boeing P-8I Poseidon était inférieur au Tupolev Tu 142. Malgré ces campagnes de dénigrement le biréacteur américain a bien été acquis, et de nouvelles commandes sont même envisagé afin de remplacer totalement la flotte d’Il-38 et du Tu 142 encore en état de vol.
          Tout ça pour vous dire que les polémiques sur l’armement en Inde sont souvent le fait de groupes de pressions économiques qui préfèreraient faire balancer le gouvernement vers leurs « amis ».

  2. Mon commentaire débordera de la sphère aéronautique mais je pense qu’il peut être pertinent. Oubliez le Canada pour l’achat d’un navire type Mistral! Notre marine a d’autres priorités à commencer par le remplacement des pétroliers ravitailleurs d’escadres(AOR) Présentement La marine ne dispose d’aucun navire de ce type…Imaginez une force aérienne sans citernes volantes! De nouveaux navires sont sur les planches à dessin. Le projet Resolve de Chantier Davie(situé à Lévis en face de la ville de Québec), est une solution alternative pour palier le retard dans la livraison des navires ravitailleurs. Il prévoit acheter un navire de type porte-conteneur pour le transformer en ravitailleur. Et une lettre d’intention a été signée entre le gouvernement fédéral et le Chantier Davie, le 1 août, soit un jour avant le déclenchement des élections fédérales.

    • L’histoire des pétroliers-ravitailleurs j’étais un peu au courant, je crois d’ailleurs que la France a fait une proposition à votre marine. En fait en France le nom du Canada revient dans pas mal de bouches, y compris de très sérieux députés. Il semblerait que les marins canadiens soient intéressés par le fait que les Mistral « ex-futur russes » dispose d’un pont chauffé permettant les opération aéroportées en zone arctique. En outre au moins un de vos hélicos (un Griffon il me semble) a déjà apponté sur un de nos BPC, le Dixmude. La France pourrait tout à fait faire une offre que le Canada ne saurait refuser. C’est ce qui se dit. D’autant que la force de projection navale canadienne n’est pas forcément très développée actuellement.

  3. Revenant aux Indiens. Ils ont déjà beaucoup de Su-30 et de Mig-29 et ecore envisagent des Pak-fa. Alors vont ils acheter encore du russe à risque de perdre une partie de leur « indépendance »? Ou comment faire peur à la Chine avec des Su-30, un avion inférieur à leurs futus Su-35? Et pendants qu’ils continuent à perdre le temps entre des éternels appels d’offre (finissant toujours par avoir le Rafale comme gagnant) et le développement toujours plus lent du déjà dépassé Tejas, leurs chasseurs deviennent plus inutilisables ou indisponibles. Drôle des généraux (ou des politiciens) ces indiens 🙁

  4. Etant donné que les ennemis de l’Inde osnt le Pakistan et la Chine il faut bien comprendre deux choses
    1) L’inde n’achètera évidemment pas un avion américain, ces derniers soutenant le Pakistan. Il y aurait donc un risque de blocus de matériel militaire en cas de conflit.
    2) En cas de conflit avec la Chine, le fait que ces dernier possèdent également de Sukkhoi et équivalent nationaux, il ne serait logique d’y opposer les mêmes avions, l’ennemi connaissant trop les points forts et faibles de l’avion.
    impensable également un avion chinois vu les tensions entre ces deux pays (c’est d’ailleurs amusant de voir que les pays qui ont les pus grandes surfaces de ce monde sont ceux qui en veulent encore plus)

    Le choix restant est donc restreint, Rafale, Eurofighter, Gripen, Su-30 MKI, T-50
    Pour le Rafale, étant donné qu’il y a déja un prmeier lot de 36 Rafale sela permettrait de stanardiser les pièces détachées, la formations des pilotes, voire meme d’envisager une version marine pour leur 3eme porte avion qui (d’après des infos) serait en norme de catapultage occidental.
    L’Eurofighter est avant tout un intercepteur, or l’Inde est engagé sur le programme T-50, avion de superiorité aérienne. Mais priori l’Inde ne veut pas d’un intercepteur, sa volonté est plus vers un multirole ou un bombardier. Qui plus est, un très récent training entre Su-30MKI indien et eurofighter de la RAF a tourné à l’écrasante supériorité su Su-30 avec 12-0. L’eurofighter et la RAF ont été humilié.
    Le Gripen, un avion incontestablement interessant et pas cher, qui s’améliore petit à petit mais qui n’est pas dans la meme « classe » que les Su-30, Rafale, Eurofighter.
    Le Su-30MKI, l’Inde en a dékja plus de 300, pourquoi en reprendre 100 de plus. Qui plus est l’Inde est très mécontente de la fiabilité de l’avion, qui a été cloué au sol pluseurs moins l’automne dernier (trop de pannes et d’accident).
    Le T-50, la aussi mécontentement de l’Inde qui est torp écarté du développement par la Russie. qui plus est, le T-50 (sorte de F-22) prend du retard et fait face à de nombreux problème (sous médiatisé). L’inde a d’ailleurs réduit de 240 à 144 sa commande mais n’a rien signé (pour changer ….). Cela dit le T-50 est un avion de supériorité aérienne, avec une faible capacité d’emport pour sa furtivité, qui n’entre pas dans le cadre de ce que veulent les indiens.
    Bref, comme vous dites, l’Inde ne semble pas savoir trop ce qu’elle veut et le problème est bien là. Ca va encore etre un long feuilleton avec des revirements de l’Inde.

    • Si je trouve votre analyse globalement assez percutante je ne la partage pas totalement. En effet vous réfutez immédiatement l’option américaine pour une question « diplomatique ». Hors nous savons que désormais l’Indian Air Force n’hésite plus à se doter de matériel aérien tels les cargos Boeing C-17A et Lockheed C-130J, ou encore les avions de patmar Boeing P-8I Poseidon. Pour ce dernier on sait que New Delhi voudrait acquérir entre quatorze et vingt avions supplémentaires afin de définitivement remplacés leurs Il-38 May et Tu-142 Bear datant de l’ère soviétique.
      Si un matériel aussi sensible que le Poseidon est vendu par les USA à l’Inde, rien n’interdit qu’à l’avenir (plus ou moins proche) un chasseur le soit.
      Malheureusement pour notre Rafale le Super Hornet pourrait très bien convenir au MMRCA2, même si jusqu’à présent c’est silence radio à ce sujet du côté de Seattle.

  5. Oui l’Inde a du matériel américain, sauf que ce n’est que du matériel de logistique ou de recherche, on n’est pas dans le cadre de matériel de combat.
    Pour le P-8i, on ne peut pas dire qu’il y ait un équivalent dans le monde, le choix a été très limité.
    Pour les C-130 et C17, pareil, coté russe ce n’est pas l’idéal, c’est du vieux et coté européen l’A400M n’était pas encore dispo.
    donc ces choix d’avions américain se sont fait de façon un peu obligé.

    (Ps; j’ai bien m’enregistrer su rle site je ne recois jamais de confirmation mail pour valider, et je n’ai auncin bloqueur !!!!! merci aux admin de voir cela)

  6. Bonjour,
    Imaginer que le mmrca 2 échappe à la France me parait être une erreur économique et stratégique
    – quel est l’intérêt d’acheter 36 avions seulement? Cela n’a aucun intérêt que ce soit pour la mutualisation des couts, pour l’approvisionnement, pour la maintenance opérationnelle et pour d’éventuels offsets sur au moins les pièces de rechange (pas d’effet de lobbying). De plus le cout unitaire d’un rafale, comme de n’importe quel avion de chasse avancé technologiquement, se retrouve moins élevé comparé aux couts de maintenance. Les armées de l’air qui en ont les moyens essayent d’étaler l’usure sur l’ensemble du parc plutôt que de ronger jusqu’à la corde les potentiels (pour éviter des mises à jour sur les cellules qui impliquent de clouer au sol pendant de long moment les avions au cout exorbitant etc…).
    – stratégique: quel est l’intérêt pour l’inde d’acheter 36 rafales quand on sait qu’elle est en tension avec le pakistan et la chine et qu’elle souhaite remplacer au moins 150 mig 21? Enfin le rafale n’est pas très connu en terme de performance en asie. En fait juste assez pour savoir qu’il a mis une raclée aux eurofighter et qu’il est utilisé partout et pour tout par la France… Le pakistan et la chine n’ont donc que très peu d’info technique sur lui.
    Enfin n’oubliez pas une chose. La plupart des infos qui sortent sur ces deal (mmrca et mmrca 2) sont très souvent issues de propos de M. Parrikar, ministre de la défense, très impliqué surle programme mmrca qui promettait de gros offset pour la première industrie de défense indienne (HAL) et qu’il s’est fait court-circuité par le gouvernement indien qui a choisi au final de supprimer ce programme. Il ne veut pas perdre la face voilà tout.
    Peut être que je me trompe mais je crois que mes arguments sont assez factuels pour être majeurs dans la prise de décision finale.

  7. Les 36 Rafales remplaceront les 49 Mirage 2000 indiens utilisés pour l’instant pour la frappe nucléaire où ils commencent à montrer sérieusement leur limite face au Pakistan et à la Chine.
    Les Mig21 indiens sont basés à l’Est et au Sud de l’Inde face à la Birmanie, le Bangladesh et le Sri Lanka qui ne représentent aucune menace aérienne pour l’Inde.

Laisser un commentaire