Les ingénieurs ukrainiens ne manquent pas de ressources. La preuve en est avec leur volonté de développer ce nouvel Antonov An-132 construit autour d’une avionique et d’une motorisation occidentales assemblées autours d’une structure déjà éprouvée. C’est en effet le biturbopropulseur An-32 qui sert de base de travail, un avion datant de l’ère soviétique.

Ce nouvel avion viendra autant renforcer la position d’Antonov sur le marché militaire que sur celui, plus compliqué, de l’aviation civile commerciale. En effet l’avionneur cherche à se relancer dans le domaine des avions régionaux à turbopropulsion, aujourd’hui sous domination canadienne et européenne.

En fait cet An-132 sera très très proche extérieurement de l’An-32. Vraisemblablement c’est au niveau des turbopropulseurs que se fera la distinction entre les deux avions. Au revoir les encombrants Ivchenko AI-20M de 5180 chevaux chacun, et bonjour à l’ultramoderne Pratt & Whitney Canada PW-150A de 6500 chevaux. De taille plus réduite ces moteurs sont néanmoins plus puissants. Il est à signaler qu’ils équipent déjà les Bombardier Dash 8 à succès et les tous nouveau Xian MA60 chinois.

L’AN-132 pourrait aussi permettre aux Ukrainiens de damer le pion aux constructeurs occidentaux, chinois, et russes dans leur volonté de remplacer les An-32 auprès de leurs utilisateurs actuels.
Dans ce sens l’An-132 pourrait être vu comme étant à l’An-32, ce que le Lockheed-Martin C-130J est au Lockheed C-130H : une version totalement rajeunie et modernisée tout en conservant ce qui a fait le succès de l’avion.
Les avionneurs concurrents d’Antonov sont donc prévenus.

Photo © Wikimédia Commons.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom