Des Bell AH-1W de l’USMC interviennent en Libye contre les groupes djihadistes

Des Bell AH-1W de l’USMC interviennent en Libye contre les groupes djihadistes

L’US Marines Corps serait-il en train de prendre ses quartiers d’été en Libye ? Quelques jours seulement après le premier engagement des AV-8B Harrier II dans la région, voilà que les Marines y déploie désormais leurs hélicoptères de combat. Entre lundi 22 et mardi 23 août 2016 plusieurs Bell AH-1W ont réalisé une série d’attaques aériennes rapprochées contre des positions de la branche libyenne de l’autoproclamé État Islamique, appuyant au sol les forces loyalistes du régime. En fait il semblerait que ce soit monsieur Fayez el-Sarraj lui-même, le chef du gouvernement libyen soutenu par la communauté internationale, qui est demandé l’intervention des forces américaines.

C’est donc une fois encore depuis le pont d’envol de l’USS Wasp (LHD-1) que les hélicoptères de combat Bell AH-1W SuperCobra opèrent contre Daech. Il ont rapidement rejoint les faubourgs de pour y effectuer des séries d’attaques ciblées contre des positions clairement identifiées et occupées par les forces terroristes. Si le gouvernement libyen avance le chiffre de 38 opérations aériennes américaines sur ces deux journées, il faut cependant savoir le relativiser. Une bonne partie concerne en fait l’engagement d’avions d’attaque au sol McDonnell Douglas AV-8B Harrier II.

Néanmoins il semble que les SuperCobra ont réalisé une douzaine d’attaque ciblées sur cette période de 48 heures. Certaines d’entre-elles ont eu lieu à la tombée de la nuit, d’autres au petit-matin, mais aussi en plein jour. Il faut dire que les équipages de ces puissants hélicoptères de combat et d’appui sont pleinement rompus à ce type de missions en zone péri-urbaine. La qualité de leur entraînement, issu du retour d’expérience des précédents engagements étrangers, porte une fois encore ses fruits.

Car le Bell AH-1W est un appareil totalement adapté aux opérations antiterroristes. Son puissant canon-mitrailleur tritube de calibre 20mm est une redoutable arme anti-personnel, mais également pour la destruction des véhicules légers. En outre les tireurs peuvent engager les roquettes de 70mm, explosifs ou perforantes, particulièrement adaptées à l’attaque d’objectifs faiblement protégées.

Enfin si la menace se fait plus forte ou mieux protégée les SuperCobra restent ce pourquoi ils ont été initialement pensés, à l’époque du vénérable AH-1G Cobra :  de très bonnes plateformes de tirs de missiles antichars. En configuration libyenne ils n’emportent que quatre armes de ce type, permettant ainsi le montage d’un réservoir supplémentaire largable.

AH-1W SuperCobra sur le pont d'envol de l'USS Wasp.
AH-1W SuperCobra sur le pont d’envol de l’USS Wasp.

C’est donc un pas de plus que les États-Unis ont fait dans l’ouverture du troisième front contre Daech. Peut être plus encore que pour l’Irak et la Syrie cet été 2016 risque bien d’être celui de la guerre en Libye, notamment après le drame du crash d’un Mi-35 où des militaires français ont trouvé la mort.

Photos © US Navy

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

1 COMMENTAIRE

  1. Pour rappel ce Pays a 3 gouvernements, dont un nouveau, dit « d’union ». Les trois sont ennemis mais n’ont aucune force de sécurité. Ils s’appuient pour cela sur des milices (dont font partie Daech), qui changent de camp quand ça leur chante. aucun des trois n’est plus légitime l’un que l’autre.
    Ce nouveau gouvernement « d’union » de monsieur Fayez el-Sarraj, qui contrôle en tout et pour tout la base navale de Tripoli et quelques bâtiments officiels (Banque centrale) est celui que l’ONU et l’OTAN ont décidé de soutenir (car ils sont officiellement anti-Daech) et c’est celui dont vous parlez dans l’article. La France, l’Italie, l’Égypte, l’Arabie Saoudite soutiennent aussi (et depuis le début) le général Haftar, homme fort de l’Est du Pays (France et Italie jouent donc double jeu), où se trouve le parlement, soutenue par la communauté internationale.

    Je sais bien que le site ne parles pas de politique, si ce n’est que la ligne éditoriale est en gros de se conformer aux positions de l’OTAN, mais dans tout cet imbroglio, il me semble que dans cet article, mettre des guillemets à « forces loyalistes » serai le minimum du minimum, et qu’en deuxième lieu, signaler qu’il n’y a pas vraiment de gouvernement officiel, serai beaucoup réaliste.

Laisser un commentaire