En Russie les pompiers volants payent le prix fort de la guerre contre l’Ukraine.

Placée au ban des nations depuis que le maitre du Kremlin a décidé d’envahir l’Ukraine voisine la Russie ne peut désormais plus compter que sur quelques alliés aux capacités souvent très limitées. Si c’est assez prégnant sur les questions militaires cela devient franchement palpable dès lors qu’on aborde le cas des catastrophes naturelles, et notamment des feux de broussailles et de forêts. La flotte russe de bombardiers d’eau est vieillissante, malgré les sept biréacteurs Beriev Be-200ES en dotation depuis 2010, et l’avenir ne semble pas rose. L’isolement du pays exclut toute aide des pays européens ou encore du Japon.

La Sibérie brûle. Vous allez nous dire en lisant cela que tous les étés la Sibérie brûle. Et c’est vrai. Mais là ça a commencé dès le mois d’avril et cela ne s’arrête pas. Il faut dire qu’avec des températures sous abri atteignant 40 degrés Celsius cette région de Russie a toutes les raisons de partir en flamme. Mais quand la Sibérie part en fumée c’est toute la Terre qui est en danger car c’est là que se concentre 60% du pergélisol planétaire. Et quand celui-ci fond c’est l’atmosphère qui se réchauffe. La Russie doit donc protéger son pergélisol.
Au Canada ou aux États-Unis il y a également des feux d’espaces naturels et du pergélisol à protéger. Sauf que dans ces deux pays les renforts internationaux arrivent très vite car tout le monde à conscience qu’il s’agit là d’une bombe climatique à retardement. Au sein de la fédération de Russie l’un des seuls qui ose tirer le signal d’alarme, y compris face à Vladimir Poutine, c’est le lieutenant-général Alexander Kourenkov. Il s’agit duministre des situations d’urgence.

Car Kourenkov sait que les femmes et les hommes placés sous son autorité vivent un véritable cauchemar éveillé depuis des semaines en Sibérie. Si on en croit plusieurs organisations non gouvernementales, dont le WWF récemment interdit par le Kremlin, la superficie sibérienne partie en fumée depuis le début du printemps équivaut à deux fois et demi le territoire de la Belgique. Surtout il connait les moyens dérisoires sur lesquels ses personnels s’appuient pour protéger la planète d’un risque environnemental majeur. Sept avions amphibies bombardiers d’eau Beriev Be-200ES équipés pour le largage d’eau et/ou de retardant, sur les quatorze en dotation au sein du ministère, mais aussi un Ilyushin Il-76TD adapté à l’attaque au seul retardant ou encore deux Antonov An-3 équipés quant à eux uniquement pour bombarder à l’eau. La charge de ces derniers n’excède pas 1250 litres. À ces dix avions il convient d’ajouter quatre hélicoptères Kamov Ka-32T et deux Mil Mi-26T. Ces derniers emploient un système similaire au Bambi bucket en vigueur en Amérique du nord et en Europe alors que les Ka-32T ont été spécialement pensés comme pompiers du ciel… pour l’export.

Oui en 2023 en plein réchauffement climatique la fédération de Russie n’aligne que seize aéronefs bombardiers d’eau. Et à la différence de ce qui existe dans l’Union Européenne aucune collectivité territoriale n’a le droit d’en posséder ou d’en louer tandis que contrairement au Canada et aux États-Unis les contractors de lutte contre l’incendie n’existent pas localement. Ce faible chiffre ne reflète pas uniquement un désintérêt du pouvoir central moscovite qui préfère injecter ses finances dans des munitions rodeuses et dans des missiles de croisières destinés à frapper les villes et villages ukrainiens. Il est aussi le résultat d’une politique de lutte contre les feux d’espaces naturels qui n’a jamais été remise en question depuis la fin du régime soviétique. À l’époque la doctrine était de laisser brûler au maximum et que le feu meurt de lui-même. Cela n’a pas changé trente-trois ans après la disparition de l’URSS.

En fait même si elle le voulait la Russie ne pourrait pas acquérir de nouveaux bombardiers d’eau. En effet ils sont tous fabriqués en Amérique du nord ou en Europe, deux territoires qui ont placé le régime poutinien sous de stricts embargos militaires et parapubliques. Dans l’absolu il faudrait se souvenir la fameuse phrase de feu le Président de la République Jacques Chirac :  «Notre maison brûle et nous regardons ailleurs.» Un allègement des sanctions contre l’envahisseur de l’Ukraine devrait être possible à condition que celui-ci ne serve qu’à acheter du matériel de lutte contre l’incendie. Pas sûr que le régime autocratique du Kremlin ne joue le jeu. Au final les sanctions resteront donc les mêmes car Moscou se moque de ces feux d’espace naturel et se moque du vieillissement de sa flotte de bombardiers d’eau.
Évidemment aucun des vassaux de Moscou ne peut lui venir en aide. On pourrait imaginer au pire la Biélorussie mais sûrement pas la Centrafrique ou le Mali. En Russie les soldats du feu sont seuls.

Photo © ministère russe des situations d’urgence.


En savoir plus sur avionslegendaires.net

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Picture of Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

5 Responses

  1. Aucun avion bombardié d’eau ou de lutte incendie, n’est d’origine non soviétique en Russie .
    La fermeture de commerce avec des nations fabriquantes, usa canada, ne change donc en RIEN la donne pour le matériel.

    Et si pour vous 2010 fait un avion vieillissant, que dire de nos canadaires or d’âge, qui ont plusieurs fois dépassez les 10ans que vous reprochez aux dernières dotations russes dont nous aurions grand besoin en France, plus qu’eux c’est certain, et plus que les misérables Air tractor acheté par un gouvernement hors sol non légitime.
    On a besoin d’une lance à incendie et on achète un seau d’eau.

    Par ailleurs que dire que cette belle nation pas du tout critiquer qui brule le poumon de la planéte sans aucune réprobation du monde ?
    La forêt amazonienne a perdu 35% de surface pour RIEN.

    Mais cassons du Russes. Allons y.

    1. Désolé Jérôme mais j’ai ri en lisant votre prose. En fait comme toujours avec les trolls pro-Poutine vos connaissances sont au ras des pâquerettes. Exactement comme votre orthographe, votre syntaxe, et vos connaissances géopolitiques.
      Entre ça et vos menaces de plainte à l’encontre de notre site sur l’article AIM-120 AMRAAM vous comprendrez que désormais vos commentaires finissent là où est leur place naturelle : au fin fond de la poubelle !
      Cordialement, et bien le bonjour dans votre oblast.

    2. Jerome
      Ton commentaire est d’une betise sans nom. Plusieurs choses a redire, premierement, pour rappel, les frontieres de l’Ukraine ont ete clairement établi apres 1991 et la chute de l’URSS,et accepter par celle ci au titre de plusieurs traités internationaux. Donc casser du russe, non, casser du Poutine oui. Nous ne sommes pas en 1940 et je n’ai vu sur ce site aucun amalgame entres les leches proute de Poutine et le pauvre russe qui se prend des coups de tonfa parce qu’il n’est tout simplement pas d’accord; Deuxiemenent et malgré ce que tu peux croire, la RUSSIE a un interet stratégique a ce que le sol se réchauffet et que les glaces polaires fondent et de maniere général le réchauffement climatique, on appel ca la route du nord. Ca relie l’occident a la chine sans passer par SUEZ ou Gibraltar quand c’est le zouc a SUEZ (voir le porte conteneur coincé pendant 3 semaine). En dernier lien avec l’aeronotique, l’Urss et la Russie qui protege la nature c’est comme dire que DEPARDIEU est un défenseur de l’eau de source. Pour rappel POUTINE a fait explosé un barage et noyer et polluer 600km2 de terre ukrainienne.
      Comment faire évoluer la doctrine de la lutte incendie quand les patrons sont des vestiges et des nostaligues de l’urss. Il y’a des gens comme toi qui cherchent des excuses a la tyranie soit par betise et ignorance, soit par manque de courage. Et dans un cas comme dans l’autre, ce seront aux générations futures de vivre avec les conséquences juste parce qu’un maboule a decidé de reproduire le « lebensraum » arrosé a la vodka.
      Comme dit plus haut, tu as raison, 35% de la foret amazonienne a disparu, en partie grace a BOLSONARO et ses copains (un fan de TRUMP et de POUTINE) La maison brule et tu regardes a coté.
      Et avant d’acheter des avions mon cher JEROME, qu’ils soient des misérables AIR TRACTOR, peut etre qu’il faudrait penser a arreter de jongler avec des briquets?

  2. Le Québec à lui seul a une flotte de bombardiers d’eau plus importante que la Russie ! Malgré cela, avec les feux exceptionnels de ce printemps, le Gouvernement du Québec songe à moderniser et augmenter sa flotte. Une nouvelle commande de DHC-515 Firefighter est envisagée.
    Un gros merci aux sapeurs-pompiers français venus prêter main forte aux Québécois !

  3. Les russes s’en moquent, ils n’en ont strictement rien à faire. Le seul fait qui pourrait les faire bouger est si les chinois ne pouvaient plus exploiter le bois sibérien.
    Que penser d’un pays qui exporte même l’eau du lac Baykal via un “hydroduc” vers la Chine? Je n’y croyais pas, une amie russe originaire d’Irkoutst me l’a confirmé.
    Et si cela devient trop grave (je n’imagine pas le niveau), Poutine ressortira l’excuse c’est la faute aux américains qui mettent le feu avec des lasers placés dans l’espace.

Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

DFS Olympia Meise

Dans les années 1930, les prouesses aéronautiques fascinent les foules. Il était donc dans l’air du temps d’inclure le Vol à voile comme discipline de démonstration aux

Lire la suite...