Boeing EA-18 Growler

Boeing EA-18 Growler


Fiche descriptive

Appareil : Boeing EA-18 Growler
Constructeur : Boeing Company
Désignation : EA-18
Nom / Surnom : Growler
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 2010
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Avions de reconnaissance
Rôle et missions : Avion de lutte antiradar et de guerre électronique

Histoire

Boeing EA-18 Growler :
le tueur de radars du XXIème siècle

Au lendemain des attaques terroristes du 11 septembre 2001, les crédits de défense permirent le lancement par le Department of Navy du programme AEA (pour Airborne Electronic Attack) visant à doter l’US Navy d’un nouvel avion de lutte antiradar et de guerre électronique embarqué afin de remplacer à l’horizon 2010 les quadriplaces Grumman EA-6B Prowler.

Le Pentagone examina plusieurs possibilités pour ce nouvel avion : la première consistait en une modernisation en profondeur des EA-6B par Northrop-Grumman et à une remotorisation, la deuxième en une transformation du Boeing F/A-18F Super Hornet, et la troisième en la conception d’un avion totalement nouveau. Rapidement cette dernière solution fut abandonnée, l’US Navy craignant que le programme ne prenne trop de retard, à l’image du Lockheed X-35 alors en chantier. L’idée de Prowler modernisés n’était pas du goût du Congrès américain qui savait que tôt ou tard l’US Navy aurait besoin de nouveaux avions, donc de nouveaux fonds. C’est donc tout naturellement la solution du Super Hornet modifié qui fut retenue par le Pentagone.

Les équipes de Boeing prélevèrent un F/A-18F sur les chaînes de fabrication et lui attribuèrent la désignation de F/A-18G. Extérieurement peu de choses distinguaient les deux avions, si ce n’est l’absence du canon M61A1 de 20mm, et le montage en bout d’aile de deux pods de guerre électronique. En dehors de ces deux points le F/A-18G était rigoureusement identique au F/A-18F. En tout cas d’aspect extérieur. Car intérieurement le F/A-18G se présentait alors comme le nec plus ultra en matière de guerre des communications, de repérage et de brouillage radar, et surtout de destruction des systèmes de défense sol-air.

Le cœur de ces moyens de guerre électronique résidait alors dans l’emploi du système AN/ALQ-99, au standard le plus récent. L’AN/ALQ-99 est le système standard de l’arsenal américain pour les missions de brouillage radar, mais également de guidage des missiles antiradar AGM-88 HARM. Initialement conçu pour servir sur les Grumman EF-111A Raven de l’US Air Force, ces équipements furent par la suite montés en série sur les EA-6B Prowler de l’US Navy et de l’US Marines Corps, notamment en 1998 lors d’un vaste chantier de remise à niveau de ces machines. Sur le prototype F/A-18G, le système AN/ALQ-99 fut monté au standard Block-III, encore inédit. Le F/A-18G fut également doté d’un radar de suivit de terrain et de vol tout temps AN/ALQ-218. Ces modifications furent si profonde que l’US Navy et le constructeur décidèrent conjointement de modifier la désignation du F/A-18G en EA-18G. L’avion fut baptisé Growler (« grognon ou ronchonneur ») par l’aéronavale américaine, en forme de jeu de mot entre le G de EA-18G et « rowler » pour rappeler sa filiation avec le Prowler (« Rôdeur »).

L’appareil fut officiellement présenté au publique le 3 août 2006 et effectua son premier vol douze jours plus tard, le 15 août 2006. L’US Navy passa officiellement une commande pour 57 appareils de série à cette occasion. Après l’échec du Boeing X-32 et les livraisons de Super Hornet à la seule US Navy, l’avionneur Boeing put en profiter pour accélérer les cadences de production du Growler, si bien que les premiers exemplaires de série sortirent des chaînes de fabrication en janvier 2007, soit avec plus d’un an et demi d’avance.

En avril 2008, le Squadron VX-9, l’unité d’essais et de réception de l’US Navy entreprit les premières missions de transformation et de préparation à l’entrée en service de ces machines à partir de la base de NAS-Patuxtent River. Trois mois plus tard, une unité mixte fut mise en place entre le VX-9 et le Squadron VAQ-129, la première unité appelée à utiliser de manière opérationnelle le Growler. Deux EA-18G furent d’ailleurs envoyés à Nellis-AFB pour participer à un exercice Red Flag avec les forces de l’OTAN.

Un mois plus tard les EA-18G entraient officiellement en service au sein de l’US Navy. Le premier embarquement opérationnel de Growler est prévu pour le premier semestre 2009. Les EA-18G auront définitivement remplacés les EA-6B au second semestre 2010, soit avec un an d’avance sur les plans d’origine.

Une ombre subsiste toutefois au tableau du Growler : l’US Marines Corps. Ce dernier qui dispose d’une trentaine de Prowler a annoncé en juin 2007 qu’il ne passerait pas commande pour des EA-18G avant au plus tôt 2014, c’est à dire lorsqu’il aurait pleinement reçu ses F/A-18E et F en remplacement de ses vieux F/A-18A et B Hornet. Quand aux chances d’exporter l’avion, elles sont bien minces. En effet il semble difficilement envisageable que le Congrès accepte de vendre ces avions dotés des systèmes de guerre électronique parmi les plus modernes au monde. A moins que la RAF veuille acquérir ce type de machines…

Lors des expérimentations du VX-9, l’état-major américain mit en lumière les possibilités d’utiliser l’EA-18G dans des missions de contrôle aérien d’attaque, emportant notamment dans ce type de mission le désignateur laser de précision tout temps AN/AAQ-33. Afin de pouvoir remplir ces missions aussi bien de jour que de nuit, Boeing a doté l’EA-18G de série d’un FLIR de nouvelle génération AN/ASQ-228. Le Growler devient ainsi le meilleur avion de contrôle aérien d’attaque au monde. Un progrès par rapport aux vieux North American OV-10 Bronco encore utilisés en 1990 durant Tempête du Désert.

Appareil de combat le plus récent entré en service dans l’arsenal américain, l’EA-18G représente la machine de lutte antiradar la plus efficace aux Etats-Unis, et permettra certainement de préserver les stocks de Lockheed F-16CJ de l’US Air Force, employés bon an mal an dans ce type de missions. Il est à remarquer que dans le cadre d’opérations de frappes massives, les fameux Alpha Strikes, les EA-18G peuvent emporter des armes plus classiques comme l’AGM-65 Maverick ou l’AGM-154 JSOW. Il dispose aussi de missiles AIM-9 et AIM-120 pour son autodéfense. Mais son armement de prédilection demeure l’AGM-88 HARM.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Boeing EA-18G Growler
Envergure : 13.62 m
Longueur : 18.31 m
Hauteur : 4.89 m
Motorisation : turboréacteurs General Electric F414-GE-400
Puissance totale : 2 x 6320 ch.
Armement : 2 missiles AGM-88 HARM2 missiles AIM-120 AMRAAM.
Charge utile : -
Poids en charge : 29900 kg
Vitesse max. : 1900 km/h à 12200 m
Plafond pratique : 15000 m
Distance max. : 2300 Km
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Boeing EA-18 Growler

Profil Couleur

Profil couleur du Boeing EA-18 Growler

Vidéo

Boeing EA-18G Growler du VAQ-129

A voir également

0
Premier appareil à décollage et atterrissage verticaux utilisé en service opérationnel, le Harrier est propulsé par un réacteur à double flux à poussée vectorielle....

0
L’année 1954 est un tournant dans l’histoire française. Avec la chute de Dien Bien Phu, en mai, et la signature des accords de Genève,...

0
Le F-117A, premier appareil furtif de l'US Air Force, a été conçu pour les missions de reconnaissance et d'attaque de précision dans des espaces aériens ennemis très fortement...
Passionné d'aéronautique et formateur en Web et PAO, il est le fondateur, en 1999, de l'encyclopédie de l'aviation militaire www.avionslegendaires.net. Administrateur et rédacteur en chef du blog, il vous fait partager ses avis et coups de coeur (ou de gueule) sur l'actualité aéronautique.