Fokker F27 Troopship

Fokker F27 Troopship


Fiche descriptive

Appareil : Fokker F27 Troopship
Constructeur : NV Koninklijke Nederlandse Vliegtuigenfabriek Fokker
Désignation : F27
Nom / Surnom : Troopship
Code allié / OTAN :
Variante : Friendship, Kingbird, Marine Enforcer, F50, F60, FH-227
Mise en service : 1959
Pays d'origine : Pays-Bas
Catégorie : Avions de transport
Rôle et missions : Avion de transport, bombardier d'eau, patrouille maritime, guerre électronique.

Histoire

Fokker F27 Troopship :
Le véritable successeur du Dakota

En 1953, l’avionneur néerlandais Fokker se lança dans l’étude et le développement d’un nouveau type d’avion de transport censé permettre le remplacement des Douglas C-47 Dakota au sein de la compagnie aérienne hollandaise KLM. Le contrat d’origine, désigné P.275, prévoyait un avion à voilure haute de 32 places mû par deux turbopropulseurs Rolls & Royce Dart d’origine britannique.

L’avion fut finalement désigné F27 et baptisé Friendship, amitié en français. Il s’agissait du premier avion de transport construit en série par l’avionneur après guerre. Cet avion néerlandais conçu au départ pour les besoins civils allait par la suite se montrer irremplaçable pour les militaires.

Le Fokker F27 se présentait sous la forme d’un biturbopropulseur à aile haute cantilever. Il disposait d’un empennage classique à dièdre accentué, disposant d’une arête principale de grande taille. Le fuselage de section circulaire était entièrement métallique. Le train d’atterrissage tricycle s’escamotait dans les nacelles des turbopropulseurs et sous le nez de l’avion. Celui-ci disposait d’un poste de pilotage triplace. Le prototype effectua son premier vol le 24 novembre 1955.

L’avion connut rapidement un véritable succès commercial en Europe, mais également aux Etats-Unis et même en Australie. Des compagnies aussi différentes que KLM, Alitalia, Ansett Australia, ou encore Delta Airlines commendèrent en série de nombreux F27 pour remplacer leurs vieux bimoteurs, dont les C-47. D’autres compagnies aériennes ont acheté le F27 à hauteur de 780 avions. Une version « américanisée » fut même réalisé par Fairchild-Hiller sous la désignation de FH-227 et spécialisés dans le transport mixte fret-passagers. Des FH-227 ont volé en France dans les années 70 et 80 sous les couleurs de la compagnie régionale TAT.

Si les commandes civils affluèrent, il fallut toutefois attendre 1959 pour voir la première d’origine militaire. Celle-ci ne provenait pas des Pays-Bas, pays d’origine de l’avion, mais de l’Iran. En effet, un F27-100 fut acquis spécialement pour les déplacements personnels du Shah d’Iran. Par la suite ce pays acquis une vingtaine de F27 de différentes versions pour des missions de transport de fret, mais aussi de liaisons et de parachutage.

Visant à placer son avion sur l’ensemble des marchés militaires européens, Fokker fit en sorte que l’avion soit commandé dès 1960 à hauteur de douze exemplaires par l’aviation militaire hollandaise pour diverses missions de transport militaire.

Fokker décida de rebaptiser la version de transport militaire sous la désignation de Troopship en lieu et place de Friendship. Toutefois, l’avion ne rencontra qu’un succès limité en Europe, où seuls l’Espagne, l’Islande, et la Finlande utilisèrent ce type d’avion, notamment du fait que l’Armée de l’Air refusa l’avion en raison de l’existance du Noratlas mais également de l’arrivée du Nord N-262. La Royal Air Force, à qui Fokker proposa aussi son avion, le refusa au profit du Hawker-Siddeley HS-748.

Le Troopship connut un véritable succès à l’exportation dans les pays du tiers-monde et dans les pays émergeants. L’avion était omniprésent en Afrique, il était en service en Algérie, en Angola, en Côte d’Ivoire, au Ghana, au Nigeria, au Sénégal, au Soudan, en Tanzanie, au Tchad, et au Yémen. Le F27 a bénéficié de la décolonisation française pour asseoir son positionnement dans le monde.

Si l’Afrique fut le domaine privilégié du Troopship, il a connu un succès important également en Amérique du Sud. Il servait en Argentine, en Bolivie, au Guatemala, au Mexique, au Pérou, et en Uruguay. Présent dans le monde entier, l’avion a volé massivement aussi en Asie et en Océanie : la Birmanie, l’Inde, l’Indonésie, la Nouvelle Zélande, le Pakistan, la Papouasie, les Philippines, et la Thaïlande.

Outre tous ces pays, plus ou moins riches, le F27 a connu également des commande de la part de puissances militaires. Ainsi en 1982, l’US Navy acquit un F27-400 de transport de fret, désigné UC-27A et utilisé jusqu’en 1988 au sein de l’Atlantic Underwater Test and Evaluation Center (AUTEC) pour des missions de servitude et de soutien logistique. L’AUTEC remplaça son UC-27A par un Beech UC-12B.

L’US Army acquit de son côté deux F27-400 civils en 1985 et les désigna C-31A pour des missions d’entrainement, de transport, et de soutien logistique au profit de l’équipe de parachutistes d’élite des Golden Knights. Ces avions sont toujours en service de nos jours et leur remplacement n’est pas à l’ordre du jour, même si les Golden Knights utilisent également trois Pilatus UV-20.

La NASA utilise également un F27-200 de transport de fret, sous la désignation de C-31B, depuis 1994. Cet avion a été acquis d’occasion auprès d’un transporteur privé américain.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Fokker F27-400
Envergure : 29.00 m
Longueur : 23.56 m
Hauteur : 8.51 m
Motorisation : 2 turbopropulseurs Rolls & Royce Dart 528-7E
Puissance totale : 2 x 2230 ch.
Armement : aucun
Charge utile : 4900 kg de fret, ou 44 passagers, ou 30 parachutistes équipés, ou 21 blessés sur civière
Poids en charge : 20412 kg
Vitesse max. : 480 km/h à 4800 m
Plafond pratique : 8900 m
Distance max. : 2200 Km à charge maximale
Equipage : 3
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Fokker F27 Troopship

Profil Couleur

Profil couleur du Fokker F27 Troopship

Vidéo

Fokker F27 argentin en vol

A voir également

0
Lorsque l'on aborde la cas de l'industrie aéronautique israélienne on pense généralement aux drones ou encore au chasseur Kfir, assez représentatifs chacun du savoir-faire...

0
Oleg Antonov, après avoir collaboré avec Yakovlev durant la seconde guerre mondiale créa son propre bureau d'étude en mai 1946. Une commande fut passée...

0
A la fin des années 50 la France perd son puissant empire colonial et doit donc revoir sa politique en matière d'avions de transport...
1 2 Suiv.
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.