À moins d’être totalement troglodyte, et auquel cas je ne comprendrais pas pourquoi vous liriez cet article, vous n’avez pas pu échapper à l’information capitale de ce début de mois de novembre 2016 : l’élection du quarante-cinquième président des États-Unis qui aura la lourde charge de succéder à un des types les plus cools de la Terre : Barack Obama. Qui de Hillary Clinton et de Donald Trump aura la chance de s’asseoir dans le confortable fauteuil du bureau oval ? Une bataille de cheveux blonds.

Du coup je vous propose de nous arrêter un instant sur le 89th Airlift Wing, l’unité de l’US Air Force en charge des transports des plus hautes autorités fédérales américaines et notamment du président américain. Un wing finalement méconnu.

Disons-le déjà clairement si vous vous attendiez à voir de magnifiques avions de combat, bourrés d’armements ultra-sophistiqués et de contre-mesures derniers cris, ce n’est pas le bon endroit. Comme son nom l’indique le 89th Airlift Wing est une unité de transport. Et pas question non plus de voir arriver des avions de transport tactique ou même des ravitailleurs en vol. Aux États-Unis (en fait comme en France ou ailleurs) on ne fait pas voler les députés et sénateurs à l’arrière de vulgaires C-130J Hercules. Et donc à fortiori les membres du gouvernement fédéral.

Alors oui des néophytes ou des ignares pourraient qualifier les appareils du 89th Airlift Wing d’avions d’affaire, et ils auraient… totalement tort. Certes ces machines sont hyper confortables, les sièges en cuir y sont répandus et les mini-bars mieux achalandés que dans la majorité des hôtels de la planète. Mais ce sont avant tout des avions militaires. Ils ont donc ce petit je ne sais quoi que les autres n’ont pas : l’avionique et les équipements de télécommunication surement.

Petit tour au pays du 89th Airlift Wing donc, et en images s’il vous plait.

Boeing C-32A.
Boeing C-32A.

 

Boeing C-40B.
Boeing C-40B.

 

Gulfstream C-20H.
Gulfstream C-20H.

 

Gulfstream C-37A.
Gulfstream C-37A.

 

Boeing VC-25A.
Boeing VC-25A.

Même si c’est plus spécifiquement le rôle des deux célèbres Boeing VC-25A tous les modèles d’avions représentés ici peuvent servir d’avion présidentiel américain, le fameux Air Force One.

Un œil avisé aura remarqué l’absence d’hélicoptères. Le transport héliporté du Président des États-Unis est à la charge du squadron HMX-1 de l’US Marines Corps et de ses célèbres Sikorsky VH-3D, les ultimes Sea King encore en service actif dans ce pays. Les membres du gouvernement et certains hauts responsables doivent eux se contenter des Sikorsky VH-60N Whitehawk.

Photos © US Department of Defense et Wikimédia Commons.

Publicité

1 COMMENTAIRE

  1. Et comme pour « Air Force One », qui ne prend ce nom que lorsque le Président est à son bord, l’hélicoptère du Président est renommé « Marine One » dès qu’il y prend place.

Comments are closed.