Cette fois-ci ça y est, et c’est historique : le premier déploiement opérationnel de l’avion de combat multirôle Lockheed-Martin F-35 Lightning II. Ce lundi 9 janvier 2016 une dizaine de ces chasseurs de dernière génération, appartenant à l’US Marines Corps, a quitté sa base de MCAS Yuma en Arizona pour rejoindre celle de MCAS Iwakuni au Japon. Ils ont traversé le Pacifique sans escale grâce à plusieurs ravitaillement en vol. Ce premier déploiement préfigure le futur embarquement de Lightning II des Marines attendu pour le premier semestre 2018.

Ce sont donc des avions du squadron VMFA-121 qui ont réalisé ce vol transocéanique. Ils vont pouvoir sur place renforcer la présence américaine dans l’archipel et prendre le relais d’une unité volant sur McDonnell Douglas F/A-18C&D Hornet engagé jusque là. Le Lightning II est donc totalement dans son rôle, en prenant le relais du célèbre biréacteur des années 1980.

Ce déploiement est avant tout symbolique. Au moment où la Corée du sud, le Japon et Taïwan s’inquiètent de l’expansionnisme chinois la décision d’envoyer dans la région le nec plus ultra des avions construits aux États-Unis est un signe fort envoyé à Pékin. Alors certes il n’est pas question d’opposer les F-35B Lightning II des Marines aux Shenyang J-15 de l’aéronavale chinoise, mais le nouveau chasseur furtif est aussi un outil diplomatique. Et entre autre quand en Corée du nord le dictateur local gesticule et menace l’Occident du feu nucléaire.

Car ce que les Américains veulent avant tout montrer avec le Lightning II c’est sa furtivité et donc sa capacité à survoler un territoire ennemi (nord-coréens pour faire simple) sans être inquiété par la DCA de ce pays ni même sa chasse. De la diplomatie musclée mais nécessaire face à cette dictature stalinienne asiatique.

Photos © US Marines Corps.

Publicité

3 COMMENTAIRES

  1. Ces avions sont encore au standard IOC, standard initial.
    Aujourd’hui et pour un « peu » de temps encore, aucun F-35 n’est pleinement opérationnel, et il y en a plus de produits que de F-22 (ou de Rafale) qui eux sont tous 100% opérationnels
    Comment les clients de cette b…. volante peuvent accepter pareille situation?

  2. Ils veulent faciliter les choses aux chinois, qui vont pas se gêner pour envoyer les moyens nécessaire à proximité des patrouilles de F-35 pour mesurer leurs signatures radar, infrarouge et électronique. Après les américains pourront toujours se vanter de la furtivité de leur avion.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom