Nous sommes à une semaine de la fête nationale et donc de son traditionnel défilé parisien des Champs-Élysées. Et comme chaque année (ou presque) nous vous proposons ici de vous faire découvrir les grandes lignes de ce que sera l’édition 2022. Et le moins qu’on puisse dire c’est qu’elle ne restera sans doute pas comme une des plus impressionnantes même si elle pourrait faire couler une ou deux larmes chez les aérophiles comme nous. Voici donc les avions (pilotés ou non) et les hélicoptères qui survoleront la «plus belle avenue du monde».

Comme chaque année c’est la Patrouille de France qui débutera les commémorations, après l’animation de début sur la place de la Concorde. Les neuf Alpha Jet E dessineront de leur panache de fumée le drapeau tricolore avec la formation dite Big Nine.
Le défilé aérien pourra enfin commencer. Là encore la tradition sera respectée avec des tableaux au cours desquels les spectateurs pourront découvrir des avions comme les A330 MRTT Phénix, A400M Atlas, C-130J-30 Super Hercules, E-3F SDA Awacs, Mirage 2000D, MQ-9 Reaper, PC-21, ou encore évidemment Rafale B/C. Ça c’est pour l’Armée de l’Air et de l’Espace. En ce qui concerne la Marine Nationale les vedettes seront encore et toujours les mêmes : ATL-2 Atlantique, Falcon 50M, Hawkeye, et Rafale M. Les avions de la Sécurité Civile, dont un Super King Air 200 fermeront la marche.

Niveau émotion vous aurez le dernier passage de deux Mirage 2000C, le modèle ayant été retiré du service en France le mois dernier. Plusieurs avions étrangers sont aussi annoncés : deux Rafale CG grecs, trois A400M européens (allemands, belges, et espagnols) et un C-130J Super Hercules italien. Ces avions marqueront ainsi la récente fin de la présidence française de l’Union Européenne.

Même si nous sommes spécialisés sur l’aviation un petit point rapide sur le défilé au sol où on verra notamment mises en avant les troupes terrestres des pays d’Europe de l’Est : Bulgarie, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Pologne, Tchéquie, Roumanie, et Slovaquie. Une formation française interarmée de réassurance du flanc oriental de l’OTAN défilera également. Le 400e anniversaire des troupes de marine sera également largement mis en avant cette année. Et on verra revenir l’unité cynotechnique de la Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris avec quatre de ses chiens secouristes.

Une fois les troupes terrestres passées les voilures tournantes survoleront Paris. Et là encore que du très classiques avec les AS.532 Cougar Rénové, AS.555 Fennec, EC-665 Tigre, EC-725 Caracal, NH-90 Caïman TTH, ou encore SA.342 Gazelle de l’ALAT et de l’Armée de l’Air et de l’Espace. Niveau Marine Nationale il faudra compter sur les très classiques Alouette III, Dauphin SP, et Panther tandis que les appareils de la Gendarmerie Nationale et de la Sécurité Civile fermeront la marche. Et là une seule nouveauté donc puisque le Dragon jaune et rouge sera un des H145 de dernier cri.
Le défilé des troupes motorisées devrait lui aussi mettre en avant les 400 ans des troupes de marine.

Vous l’aurez compris ça ne sera sans doute pas un défilé grand cru. Pour autant il s’agira de la dernière mission opérationnelle de Mirage 2000C de l’Armée de l’Air et de l’Espace.
Rien qu’à ce titre ce défilé 2022 restera dans l’histoire de l’aviation.

Photo © Arnaud Lambert.

Publicité

8 COMMENTAIRES

  1. On peut apercevoir les A400M belge et espagnol dans le ciel orléanais, tandis qu’un awacs accompagné de Rafale et Mirage (du moins c’est ce que j’ai du apercevoir) pousse la balade jusqu’à Tours. Et entre Tours et Orléans, un petit ballet d’A330 MRTT.

  2. Moi, je regrette l’arrêt des Mirage 2000C, ils avaient encore du potentiel aéronautique pour faire du show of force ou des passes canons au sahel. Mais bon à cause de l’obsolescence des missiles Air-Air, ils ne peuvent plus servir pour défendre le territoire. Je suppose que le coût de transformation en Mica devait être trop élevé, mais alors pourquoi la Grèce, l’Inde et d’autres pays font faire la transformation? Nos Mirage C vont servir de pièce détachée à l’Inde, triste fin… Je préférerai les voir dans des musées car c’est un super avion esthétiquement parlant.

  3. J’etais pile dans l’axe pour voir la répétition générale et je peux affirmer: c’était catastrophique. Au sol, il n’y a avait pas de vent, pourtant. La formation d’A400M Atlas, en particulier, faisait peine à voir, ça partait dans tous les sens. Espérons qu’ils mettét tout ça d’équerre après le débrief.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom