C’est un acteur majeur de la défense française qui se prépare à quitter le devant de la scène. Au cours de l’été 2018 l’Armée de l’Air va retirer du service ses derniers avions de pénétration Dassault Aviation Mirage 2000N. De ce fait ce sont désormais les Dassault Aviation Rafale B qui seront en charge de la dissuasion nucléaire au sein des Forces Aériennes Stratégiques. Le «petit» bombardier français sera tout de même demeuré en service durant trente années.

Pour mémoire depuis le démantèlement en 1996 de la Base Aérienne 200 d’Apt (mieux connue sous le nom de plateau d’Albion) seule les avions de combat Dassault Aviation Mirage 2000N assuraient la permanence stratégique pour l’Armée de l’Air. Notre aviation ne dispose plus depuis cette date de missiles sol-sol balistiques stratégiques, les derniers ayant été les S3 de la 95ème Escadre de missiles stratégiques dissoute avec le disparition de la BA-200.

Les Mirage 2000N assuraient donc une permanence H24, y compris après la chute du mur de Berlin et l’effondrement de la menace soviétique. Les cibles avaient certainement changé, quoique… mais la mission de frappe préstratégique demeurait pour les équipages de l’Armée de l’Air chargés de mettre en œuvre le missile ASMP (pour air sol moyenne portée) d’une charge nucléaire TN81 d’une puissance de 300 kilotonnes.

Cependant rapidement il est apparu nécessaire à l’Armée de l’Air de diversifier les missions du Mirage 2000N. C’est ainsi qu’est apparu le Mirage 2000N-K2 adapté aux missions conventionnelles par l’emport de munitions de précision.
Quasiment jusqu’à la fin de leur carrière les bombardiers français auront également assuré leurs missions tactiques.

Donc à partir de cet automne ce sont les Dassault Aviation Rafale B qui assureront la mission de dissuasion nucléaire. Ils rejoindront l’Escadron de chasse 2/4 La Fayette. Par la même occasion cette unité quittera la Base Aérienne 125 d’Istres dans la banlieue nord de Marseille pour rejoindre la Base Aérienne 113 de Saint-Dizier en Haute-Marne.
Actuellement les futurs équipages qui voleront sur le biréacteurs se transforment au sein de l’Escadron de chasse temporaire 5/4, unité qui sera dissoute dès le transfert entre les deux modèles d’avions.

Comme les Mirage 2000N depuis 2010 les Rafale B de l’EC 2/4 Lafayette mettront en œuvre comme armement principal le missile ASMP-Amélioré, une version modernisée du missile de croisière à tête nucléaire. Et ce sera désormais à eux de protéger notre pays !

Pour autant le retrait du service des Mirage 2000N ne sera certainement pas synonyme de seconde vie pour ces biplaces. En effet le caractère extrêmement sensible de leur mission de dissuasion les rend quasiment impossibles à revendre à l’export, sauf au prix de modifications très en profondeur de leur avionique.
Le jeu en vaut-il la chandelle ? Peu de chances à vrai dire.

Photo © Armée de l’Air.

Publicité

10 COMMENTAIRES

  1. Ils serviront sûrement de banque d’organes pour les 2000 D qui doivent tenir jusqu’en 2030 et qui eux aussi commencent à tirer sur la corde.
    Donc l’escadron Lafayette se verra doté de Rafale B et déménagera à St-Dizier. Mais les ASMP-A aussi déménageront et seront mis en oeuvre de là-bas et non plus d’Istres ?

  2. Istres, banlieue nord de Marseille…J’avoue que c’est la première fois que j’entends cette description la :))) Il y a quand même 60km entre les 2 villes.
    Blague à part, ça va faire quelquechose de voir partir les 2000N de la BA125 et de ne plus avoir de chasseurs sur cette base, leurs sons caractéristiques ont « bercé » la ville depuis de nombreuses années. Restera les ravitailleurs et l’arrivée prochaine des MRTT, et les passages réguliers de rafales pour les test DGA EV, les essais d’appontage sur piste et autres joyeusetés. Une page se tourne.

    • Juste pour le point de détail : Istres est bien dans la banlieue de Marseille puisqu’elle fait partie de la métropole Aix-Marseille-Provence. Une banlieue ce n’est pas exclusivement les villes « justes à côté ». Voyez donc Londres ou Paris !

        • Restera à Istres le Groupement de Ravitaillement en Vol Bretagne, egalement partie des FAS, avec les C135FR et très bientôt les Airbus MRTT

      • Merci pour l’explication !
        On regarde des infos sur le 2000 N et on repart moins bête !
        PS : avant d’écrire j’ai regardé les cartes….

  3. Il serviront de pièce de rechange pour les 2000D qui reste.
    Les deux appareils disposent des mêmes cellules et même moteur, leur système de navigation et d’attaque, de communication et de contre mesure étant lui différent.
    Par contre les cellules sont quand même rincés par les vols en TBA et haute vitesse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom