Le monde de l’aéronautique est en deuil ce lundi 28 mai 2018. Serge Dassault est décédé à l’âge de 93 ans. Ancien ingénieur en aéronautique il avait dirigé durant plusieurs années le groupe Dassault Aviation. Il était le fils de Marcel Dassault.

À la différence de ce dernier Serge Dassault n’a pourtant jamais conçu lui-même d’avion en propre. Il avait cependant activement participé au développement du Dassault MD.550 Mirage I puis à celui du Dassault Mystère XX. De 1987 à 2000 il a dirigé le groupe Dassault Aviation, chapeautant notamment les programmes Mirage 2000 et Rafale.
Par ailleurs il était patron de presse, ayant acquis entre autre le quotidien Le Figaro.

Serge Dassault était également engagé en politique, à droite, ayant notamment été élu maire de Corbeil en grande banlieue parisienne mais aussi sénateur de l’Essonne.
Malheureusement le nom de Serge Dassault était également aussi souvent repris par la presse dans diverses affaires politico-financières dont plusieurs se sont réglées devant les tribunaux. La face obscure de l’homme d’affaire.

Pour autant comme son père avant lui Serge Dassault a su faire rayonner l’industrie aéronautique hexagonale des années 1970 à nos jours.
L’hommage en France est unanime, y compris de la part de ses anciens adversaires.

Photo © Wikimédia Commons.

Publicité

19 COMMENTAIRES

  1. Repose en paix Serge!
    Savons-nous si un autre membre de la famille Dassault tient un rôle important dans l’entreprise du même nom?

    • En fait le groupe Dassault Aviation n’a plus vraiment besoin de cette famille, la preuve depuis 2013 c’est Eric Trappier qui le dirige et assez remarquablement.

      • Et avant lui, Charles Edelstenne, un proche de la famille Dassault
        Serge Dassault était un peu le liant qui permettait de garder intact le groupe Dassault. Désormais, c’est 4 héritiers qui vont devoir décider de l’avenir du groupe, Espérons qu’ils seront assez lucides pour le préserver

  2. Industriel, homme politique, homme de média, tel père tel fils et pourtant sa place dans le groupe Dassault il ne l’a pas volé. Diplômé de polytechnique et de HEC, il a travaillé dur dès son entrée au sein de l’entreprise. Son père qui était discret et timide n’était pas tendre quand il fallait parler travail même avec son fils Serge qu’il avait plusieurs fois recadré sèchement étant jeune.
    Certains retiendront les nombreux passages devant la justice, moi je retiendrai l’homme qui a su pérenniser et grandir le groupe et le nom Dassault dans le monde. Reposez en paix monsieur Serge Dassault et longue vie à Dassault Aviation.

  3. Un vibrant hommage à ce grand monsieur qui a tant aimé la démocratie et qui n’a pas hésité à mettre l’argent dans la  » Corbeil » pour encourager le vote… Ses condamnations et mises en examen, son héritage sans mérite font de lui tout ce que l’on voudra, mais sûrement pas « un grand homme ».

    • Libre à vous de ne retenir que le côté « les affaires ».
      En revanche, le terme « son héritage sans mérite » signifie que vous ne connaissez pas bien l’histoire de Dassault-Aviation en particulier et Dassault Industrie en général. Comparez au cas Lagardère, vous verrez la différence.

  4. Espérons que l’entreprise ne finisse pas comme Alstom et Alcatel, braqués par les USA au nom de leur scandaleux « extraterritorialité du droit US » totalement illégal en droit international.
    Dassault agace beaucoup outre atlantique,
    le Rafale étant quand même un sérieux concurrent pour l’industrie aéronautique us qui a tout misée sur le F35.
    Si celui-ci connait des échecs à l’export au bénéfice du Rafale, Dassault pourrait être une cible, il faudra alors que le gouvernement français ne laisse pas partir ce fleuron, quitte à rentrer au capital!

    • @Thierry
      Apparemment, tout a était déjà prévu, à savoir le direction du groupe Dassault qui comprend entre autres Dassault Aviation et Dassault Systèmes, qui se fera par Charles Edelstenne, l’homme de confiance de la famille. D’autre part, l’État a un droit de regard quant à la vente des actions de Dassault Aviation appartenant au groupe pour éviter des OPA sauvages

      • Désolé pour les fautes de frappe
        « a été » à la place de « a était »
        « la » au lieu de « le » direction du groupe

        • Bonjour,
          Si la justice Us impose une sanction de 2 milliards de $ sous prétexte de « corruption » avec utilisation du dollar pour un contrat export de Dassault, plus emprisonnement d’un dirigeant et menaces sur le pdg, je ne suis pas sûr que Dassault résiste sans que l’etat ne soit obligé de prendre des parts majoritaires. Ce scénario n’est pas à exclure, il a déjà eu lieu avec Alstom énergie il y a 4ans.

        • C’est drôle qu’on se fixe souvent sur une cible sans se rendre compte qu’autour il y a nettement pire.
          Niveau corruption, Dassault n’était pas blanc mais pas moins que n’importe quelle entreprise aéronautique militaire (EU,,UK et US compris).
          Depuis que les lois européennes ont été durcies, Dassault se garde bien de tremper dans ce genre d’exercice, c’était une des raisons des échecs du Rafale à l’export, dixit un journaliste connu et reconnu en matière de défense.
          Actuellement Airbus est sous le coup de plusieurs enquêtes de corruption et bizarrement, il n’est pas sous les projecteurs, comme un innocent qu’on accuse à tort. Pour BAe, le PM à l’époque avait balayé l’affaire d’un coup de secret d’état!

  5. Quel exemple « vertical »!!!pour notre société délitée à merci: perdre la vie à son bureau de travail à 93 ans, qui fait mieux?.Bravo MonsieurDassault.

    • On va très vite rectifier la vérité historique, avant que bientôt certains en viennent à demander la Panthéon pour lui. Serge Dassault est mort alors qu’il s’occupait de son mandat de sénateur de l’Essonne. Ce qui, quand on connait bien la chambre haute, est plutôt assez confortable aux vues du nombre hallucinant d’attachés parlementaires présents.

      • @Arnaud
        Serge Dassault avait renoncé à se présenter pour un nouveau mandat aux élections de septembre dernier donc il n’était plus sénateur depuis

        • Si ce n’est pas le sénat c’est le CD91. Il s’accrochait à ses mandats comme un bernicle à son rocher !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom