Inutile de le dire ce n’est pas gagné pour Gurbanguly Berdimuhamedow, à la tête du pays depuis février 2007. Le dictateur turkmène va en effet devoir affronter pas mal d’oppositions s’il veut pouvoir acheter des avions militaires de nouvelle génération. Cependant il semble bien que ce soit son vœu. La force aérienne turkmène envisage en effet l’acquisition de jets d’entraînement M-346 Master et d’avions-cargos C-27J Spartan II. Peut-être un futur double contrat qui ravirait à n’en pas douter les responsables de l’avionneur italien Leonardo.

Car actuellement la force aérienne turkmène est un des plus piteuses parmi les pays jadis placés sous le joug soviétique. Il est impossible d’avoir des informations claires la concernant mais il semble bien qu’elle ne posséderait pas plus de vingt-cinq à trente aéronefs en état de vol dont une quinzaine d’avions de combat Mikoyan MiG-29 et Sukhoi Su-25 hérités de l’aviation soviétique… et jamais modernisés depuis.

Mais en fait ce n’est pas à ce niveau là que le dictateur turkmène veut intervenir, il sait que son économie lui interdit actuellement d’acquérir des avions de combat moderne. Ça et aussi le fait qu’il n’est vraiment pas en odeur de sainteté auprès de bon nombre de pays. Ce sont donc des avions d’entraînement avancé et de transport tactique qu’il envisagerait d’acquérir auprès de l’Italie.
Mais au fait pourquoi ce pays en particulier ?

Simplement parce que l’industrie aéronautique italienne a déjà fourni récemment des aéronefs militaires au Turkménistan, en l’objet cinq hélicoptères : quatre AgustaWestland AW.109 Power de liaisons et de reconnaissance et un AW.101 Merlin de transport personnel pour Gurbanguly Berdimuhamedow lui-même. On ne se refuse rien !
Mais cette fois-ci ce n’est pas pareil, il s’agit d’avions.

Commençons par les Alenia C-27J Spartan II de transport tactique dont au moins deux exemplaires pourraient être commandés par le Turkménistan afin de remplacer deux de ses plus vieux avions à savoir un Antonov An-24 (volant sous livrée et immatriculation civile mais appartenant aux militaire) et un An-26. Selon de nombreux observateurs les deux An-74 auraient eux été récemment modernisés grâce à des ingénieurs iraniens.

Vient ensuite le «gros morceau» à savoir la volonté d’acquérir une dizaine de jets d’entraînement et d’appui aérien rapproché Alenia M-346 Master, qui pourrait en effet remplir également des missions d’attaque au sol en remplacement des Su-25.
Surtout l’urgence pour les Turkmènes est bien d’envoyer à la retraite (voire franchement à la casse) leurs Aero L-29 Delphin et surtout leurs deux biplaces Sukhoi Su-7UM. Ceux-ci sont considérés comme les derniers encore en service dans le monde, mis à part peut-être ceux pouvant encore voler en Corée du Nord.

En fait toutes ces intentions d’achat pourraient bien ne jamais voir le jour, en grande partie en raison de la déplorable diplomatie de Gurbanguly Berdimuhamedow. Dès son accession au pouvoir il a accéléré les dégradations des relations entre son pays et la Russie, un des seuls pays qui aurait pu fermer les yeux sur ses atteintes aux Droits de l’Homme et lui vendre à peu près n’importe quel armement. Dans le même temps évidemment il a su ne pas plaire du tout aux Américains et Européens par ses prises de positions et les exactions menées officiellement dans son pays contre certaines minorités ethniques mais également contre les homosexuels et les journalistes. Autant le dire tout de suite ça ne va pas être simple pour ce dictateur d’acheter de nouveaux avions militaires !
En outre l’administration Obama avait placé le Turkménistan sous embargo militaire en 2013, une décision visiblement non remise en cause par l’administration Trump.

De ce fait les négociateurs de Leonardo vont devoir jouer finement s’ils veulent permettre à ces marchés de voir le jour dans les prochaines années. D’autant que rien ne semble actuellement démontré que l’industriel italien ne tienne vraiment à vendre des avions aux Turkmènes. À la différence nette de ces derniers.

Photo © Agence France Presse

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom