Voilà bien des avions que nous n’avons pas l’habitude de voir sous nos latitudes, et pour causes. L’état-major de l’Indian Coast Guard a annoncé avoir mandaté l’avionneur local Hindustan Aeronautics Limited afin qu’il réalise la modernisation à mi-vie des dix-sept plus anciens des vingt-trois Dornier Do 228 acquis à la fin des années 1980. Des bimoteurs à turbopropulseurs qui dans cette petite garde côtière remplissent bien des missions, et ce de jour comme de nuit. Le contrat est estimé à un peu plus de 113 millions d’euros.

Ce chantier de modernisation à mi-vie devra se dérouler entre le début de l’année 2019 et la fin 2020. Il permettra à terme de maintenir la flotte actuelle de Dornier Do 228-200 jusqu’à l’horizon 2040 voire 2045. L’un des principaux aspects est la rajeunissement total de l’avion notamment en remplaçant les turbopropulseurs Honeywell TPE331-5-2D  par des Honeywell TPE-331-10 légèrement plus puissants. Un nouveau FLIR amovible doit faire son apparition, favorisant ainsi les missions tous-temps. Enfin ils seront repeints avec une nouvelle peinture anti-corrosion résistant mieux à la force des embruns. Dans le même ordre d’idée les équipements de recherches et sauvetages en mer seront eux aussi remplacés.
Le cockpit lui-aussi doit être revu et corrigé afin d’intégrer une nouvelle chaîne de communication fabriquée par Garmin.

Car actuellement les Do 228-200 sont véritablement les bonne à tout faire de l‘Indian Coast Guard. Des recherches-sauvetages en mer à la lutte contre les pollutions maritimes en passant par le transport léger et les évacuations sanitaires ces avions savent à peu près remplir tous les rôles. Ils sont même parfois employés comme plastrons volants pour l’entraînement des opérateurs radars de l’Indian Navy.

Mais au fait pourquoi dix-sept exemplaires modifiés et non les vingt-trois actuellement en service ? Parce que les six plus récents avions, livrés entre 1999 et 2006, sont au standard Do 228NG très proche de celui des futurs avions rénovés.
Pour autant ces bimoteurs devront être transformés à l’horizon 2025-2030, mais le marché n’est pas encore signé.

Photo © Wikimédia Commons.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom