C’est une bonne semaine qui se termine pour les ravitailleurs en vol. L’état-major de la Kōkū Jieitai a annoncé ce lundi 10 décembre 2018 qu’il transformait l’option autour d’un second ravitailleur Boeing KC-46A Pegasus en commande ferme. Pour mémoire le Japon est actuellement le seul et unique client à l’export de ce biréacteur globalement jugé inférieur à son concurrent européen le plus direct. Et ses nombreux retards au sein de l’US Air Force ne plaident pas que l’avion rencontre un franc succès dans les forces aériennes étrangères dans les années à venir.

Pour mémoire il y a presque un an jour pour jour le Japon devenait le premier client étranger à commander un Boeing KC-46A Pegasus, un avion par ailleurs toujours pas livré en unité. Et ce deuxième (second ?) exemplaire ne devrait pas l’être avant au moins deux ans et demi.
Il faut se souvenir que l’archipel nippon est l’un des rares pays au monde à faire voler en unité des KC-767, l’avion dont est issu l’actuel KC-46A. Et sur ces machines là il n’y eut aucun retard de livraison.
À la différence de ces quatre premiers avions les deux KC-46A seront, à l’instar des Airbus Defense & Space A330MRTT Phénix de l’Armée de l’Air, des avions très polyvalents. Outre le ravitaillement en vol ils pourront remplir des missions de transport de personnels, de fret sur palettes, voire d’évacuation sanitaire à long rayon d’action. Cependant l’avion de facture américaine est communément reconnu comme moins performant que son concurrent européen.

En fait ces deux futurs Boeing KC-46A devront permettre d’uniformiser les moyens aériens de la Japan Air Self Defense Force. Pour cela ils «enverront à la retraite» les deux derniers Hercules ravitailleurs encore en dotation au sein de l’escadron mixte C-130H/KC-130H.
Ces derniers y volent depuis le début des années 1980, et servent parfois également au profit des forces américaines prépositionnées depuis 1945 dans l’archipel.

Il est intéressant de voir qu’avec actuellement quatre avions en version de ravitaillement en vol et quatre autres en version de veille radar le Japon est certainement le pays, en dehors des États-Unis, à faire le plus confiance aux versions militaire de l’avion de ligne Boeing 767.

Photo © Boeing.

 

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom