Il y a quelques semaines, je vous présentais l’organisme Ailes d’époque du Canada qui se dévoue à restaurer et faire voler des avions légendaires. Ce n’est toutefois pas le seul «musée volant» au Canada. Encore moins connu du grand public, du moins pour ceux qui ne fréquentent pas les rendez-vous aériens, l’organisme privé Waterloo Warbirds possède une petite flotte d’avions représentant les débuts de l’ère des avions à réaction.

Basé à l’aéroport régional de Waterloo au sud-ouest de Toronto au Canada, Waterloo Warbirds fut officiellement fondé en 2014, mais ses origines remontent à 2007 lorsque des passionnés d’aviation décident d’acquérir un avion Canadair CT-133 Silver Star, la version produite sous licence au Canada de l’avion d’entraînement américain Lockheed T-33 Shooting Star. Propulsée par un turboréacteur Rolls-Royce Nene 10, plutôt que du moteur Allison J33 sur son pendant américain, le Canadair CT-133 devint le principal avion d’entraînement de l’Aviation royale canadienne (ARC). À compter de 1951, plus de 650 exemplaire du CT-133 furent produits aux usines de Canadair à Montréal tant pour l’ARC que pour la France, la Grèce, le Portugal et la Turquie. Une quinzaine de CT-113 volèrent jusqu’en 2017 sous les couleurs de la Fuerza Aérea Boliviana, attestant de la longévité de cet avion increvable.

Bien que l’ARC eut cessé de l’utiliser comme avion d’entraînement en 1976, une cinquantaine de CT-133 continuèrent à voler afin d’effectuer diverses tâche de soutien, dont la guerre électronique, le remorquage de cibles et la simulation d’avion ennemis. Le dernier CT-133 affecté au Centre d’essais aérospatiaux à Cold Lake en Alberta, quitta le service actif en 2005. L’exemplaire du CT-133 acquis et entretenu par Waterloo Warbirds fut assemblé en 1957 par Canadair. Surnommé «Mako Shark», il ne manque pas de faire tourner les têtes grâce à son élégante livrée similaire à celle arborée en 1992 sur un CT-133 commémoratif de l’escadron VU 32 basé à Shearwater en Nouvelle-Écosse.

Un vénérable De Havilland DH.115 Vampire arborant une voyante livrée de l’ARC est une autre vedette de Waterloo Warbirds. Bien que le DH.100 Vampire fût le premier chasseur à réaction de l’ARC, cet appareil a plutôt servi au sein des Forces aériennes suisses. Assemblé sous licence en Suisse en 1958, ce Vampire fut retiré du service militaire en 1990.

Le «Waterloo Air Force» aligne également des avions arborant l’étoile rouge de l’ère soviétique, dont le légendaire Mikoyan-Gurevich MiG-15. Affublé du surnom «Fagot» par l’OTAN, le MiG-15 de Waterloo Warbirds porte plutôt le nom évocateur de «Natasha». Ayant débuté sa carrière comme avion de chasse monoplace, il fut converti en avion d’entraînement pour le compte des forces aériennes de la Pologne.

Produit à plus de 3000 exemplaires entre 1963 et 1974, l’avion d’entraînement de conception tchécoslovaque Aero L-29 Delfin est un autre avion emblématique du Pacte de Varsovie. Assemblé en 1972, l’exemplaire aligné par Waterloo Warbirds fut importé aux États-Unis en 2002 en provenance de l’Estonie et acquis par des Canadiens en 2011.

La petite flotte de Waterloo Warbirds est sans doute appelée à grandir au cours de prochaines années. Mais déjà elle constitue une attraction lors de spectacles aériens. Aussi, c’est le seul musée volant au Canada à offrir au grand public des vols sur avions à réaction. Il faut toutefois être prêt à casser sa tirelire, car le prix d’un vol d’une trentaine de minutes oscille entre 6400 $ sur le MiG- 15 Natasha et 2000 $ sur L-29 Delfin ! Avis à ceux qui voudraient m’offrir un cadeau de Noël princier…

Publicité

6 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom