Ce sera donc finalement quinze avions de ce type qui voleront sous la cocarde tricolore et la très élégante livrée de l’Armée de l’Air. La Direction Générale de l’Armement vient d’annoncer avoir commandé auprès d’Airbus Defense & Space trois exemplaires de plus de son avion de ravitaillement en vol A330MRTT. Des avions qui comme les douze autres vont également devoir remplir des rôles très différents. Le premier de ces trois «nouveaux» biréacteurs n’est cependant pas attendu avant 2023.

Bien évidemment il s’agit pour l’Armée de l’Air de disposer d’une vaste flotte de ravitailleurs en vol afin de totalement remplacer les actuels Boeing C-135FR usés jusqu’à la corde. Pour mémoire les premiers exemplaires ont été reçus des États-Unis (à l’époque d’ailleurs comme C-135F) en 1964 afin de soutenir l’action des bombardiers nucléaires Dassault Mirage IVA.
Il est à signaler que selon les projections du ministère des armées le dernier de ces quadriréacteurs quittera le service en 2024 : c’est à dire que lui aura droit à la retraite à 60 ans !

Aujourd’hui fort heureusement le rôle des ravitailleurs en vol s’est bien diversifié. Et l’Airbus Defense & Space A330MRTT alias Phénix dans l’Armée de l’Air en est la preuve par l’exemple. S’il s’agit en effet en priorité d’un avion destiné à délivrer du carburant à d’autres avions militaires, de combat ou de soutien, c’est aussi un véritable couteau suisse des airs. Avion de transport de personnels et/ou de fret sur palettes, ambulance volante grâce au module Morphée, ou encore poste de commandement aéroporté il sait à peu près tout faire dans le domaine de la projection. Et pourquoi pas même avion de transport de hautes personnalités, comme cela a déjà été le cas récemment quand madame Florence Parly, ministre des armées, a utilisé le premier exemplaire pour un déplacement officiel.

Mais alors pourquoi attendre 2023 pour la livraison de ces treizième, quatorzième, et quinzième exemplaires ? Simplement parce qu’avant d’envisager de les fournir à l’Armée de l’Air le constructeur doit déjà livrer les onze autres encore en attente et que cela ne pourra pas se faire avant la fin du premier semestre 2023. C’est donc logique.
D’autant que la France n’est pas le seul pays à attendre ses A330MRTT, l’avion européen étant un franc succès à l’export au grand dam de Boeing et de son KC-767. Il s’agit de son principal concurrent.

Photo © Armée de l’Air

Publicité

3 COMMENTAIRES

  1. J’espère que ces avions seront réellement livrés car la loi de programmation militaire 2019-2025, qui n’a pas commencé, est peut-être déjà menacée. La LPM prévoyait une augmentation du budget des armées mais les concessions faites du gouvernement au sujet des gilets jaunes vont peut-être le mettre à mal. Et oui il faut trouver quelques milliards rien que ça et certains ministères vont être mis à contribution dont peut-être celui des armées. Après tout les militaires n’ont pas le droit de se plaindre eux.

  2. sauf que cette commande de 3 avions complète la commande précédente de 9 avions on arrive donc à 12 la cible original.
    Il est prévue de la monter à 15 mais pour le moment pas de commande

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom