Voilà une annonce qui risque de faire cauchemarder les chefs d’état-major des marines de la zone Pacifique. Le gouvernement chinois vient d’annoncer son intention de disposer à l’horizon 2025 d’une version embarquée de son nouveau chasseur multirôle furtif Shenyang FC-31. Ce qui permettrait ainsi à ce pays de rivaliser alors avec les États-Unis, à condition bien entendu de réussir ce pari technologique. Ces avions décolleraient alors du porte-avions 001A actuellement en cours d’essais et du futur 002 attendu pour 2023.

Car actuellement l’US Navy est la seule marine au monde à disposer d’avions de combat furtifs opérationnels avec les Lockheed-Martin F-35B Lightning II de l’US Marines Corps. Des avions qui seront très bientôt rejoints par les F-35C. Outre les États-Unis aucun pays n’aligne actuellement de chasseur furtifs.
Mais alors et en 2025 date annoncée de l’entrée en service des chasseurs embarqués furtifs chinois ? Les aéronavales britanniques et italiennes à cette époque devraient aligner leur pleine dotation (ou presque) en F-35B Lightning II. Pour le reste on est dans l’expectative.

Cette déclaration chinoise est-elle crédible ? Oui et non en fait.
Oui car clairement la Chine a des ambitions technologiques et elle y met les moyens, il suffit de voir la vitesse avec laquelle elle a su mettre en place une industrie aéronautique de pointe capable au moins de rivaliser avec la Russie. Et non car jusqu’à preuve du contraire le Shenygang FC-31 n’est encore qu’un chasseur furtif expérimental. Son entrée en service initialement prévue pour début 2018 a été repoussée au mieux à la fin de cette année.

Mais ce qui réellement ne joue pas en faveur de la Chine c’est l’actualité de sa marine de guerre et le fait que son Lianoning (anciennement le Riga soviétique) ne fait actuellement rien de plus que des ronds dans l’eau en mer de Chine méridionale. Et ce alors qu’il est théoriquement en service depuis l’automne 2012. Quand au nouveau 001A il termine actuellement ses essais à la mer et le 002 ne devrait pas terminer son assemblage avant l’année prochaine pour une entrée en service opérationnel annoncé pour mi-2023.
Ce dernier serait, selon la propagande chinoise, au moins équivalent voire supérieur à l’USS Gerald R. Ford le dernier né des porte-avions américains et premier de sa classe.

Considéré comme plus polyvalent que le Chengdu J-20 le Shenyang FC-31 est aussi plus léger. En fait ces deux avions sont souvent comparés à respectivement les Lockheed-Martin F-22A Raptor et F-35A Lightning II. Et pas uniquement d’un point de vue esthétique mais également dans la distribution de leurs missions futures. La Chine là-dessus se calque littéralement sur ce que fait l’Amérique.

Alors de combien de Shenyang FC-31 navalisés parlons-nous ici ? En gros entre vingt et quarante machines disponibles entre 2025 et 2030 mais sans grandes chances pour les Chinois de les exporter. En fait de tels avions seraient avant tout des outils diplomatiques et politiques plus que de véritables armes de déploiement naval. L’occasion pour la marine chinoise de tenter de rivaliser avec l’US Navy.
Voilà donc clairement une affaire à suivre.

Photo © Keypublishing

Publicité

6 COMMENTAIRES

    • Le Dassault Aviation Rafale est beaucoup de choses mais sûrement pas un avion furtif. Par contre il est exact qu’il est considéré comme discret, c’est à dire disposant d’une signature radar moindre que celle qu’il devrait avoir. Mais ça n’en fait pas pour autant un avion furtif stricto-sensu.

  1. Faudra voir comment le 001A peut propulser ces avions. Si c’est comme le Liaoning (une piste incurvée), ce sera avec une charge utile ridicule et un emport carburant minimal, ce qui fera de lui ce que certains de mes amis nomment un crocodile (petits bras, grande gueule). Si celui-ci emporte des catapultes – à vapeur ou électromagnétiques – alors ce sera une toute autre paire de manches, oui, et l’US Navy aura des cheveux blancs à se faire. Mais bon, avec des si, hein…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom