Deux semaines après la catastrophe naturelle les équipes sur place continuent d’assurer leurs missions au profit des sinistrés, le tout dans le plus total désintérêt des médias européens. Pourtant les nombreux militaires engagés par plusieurs pays sur l’archipel des Bahamas jouissent encore de moyens de soutien très conséquents, dont le plus représentatif est sans doute le porte-aéronefs USS Bataan. Le navire américain assure plusieurs rôles différents dans cette région de l’Atlantique nord. Pour autant il ne mène aucune opération de guerre.

Déchargement de l’aide humanitaire depuis un MH-53E Sea Dragon.

L’USS Bataan et ses hélicoptères embarqués devraient demeurer sur zone encore au moins une semaine. Exceptionnellement il n’emporte que six avions de combat McDonnell-Douglas AV-8B Harrier II et aucun Bell AH-1Z Viper. En fait son arsenal aérien est principalement composé d’avions de transport Bell-Boeing MV-22B Osprey et Sikorsky CH-53E Super Stallion, des machines idéales pour venir en aide au populations civiles bahaméennes.
Exceptionnellement quatre Sikorsky MH-53E Sea Dragon ont rejoint le bord afin de remplir des missions de rapatriement mais également au profit des plongeurs démineurs américains engagés dans la relève des câbles électriques en zone inondée. Ils assurent également des missions logistiques.

Pour ce navire il s’agit aussi bien de servir de plateforme aérienne que d’assurer des missions de commandement dans le cadre de ce déploiement de forces de la part des États-Unis. Par ailleurs il remplit aussi des fonctions d’hôpital de campagne, autant au profit des populations locales que des forces engagées.

Car sur le terrain les rotations des avions et hélicoptères ne cessent pas. Il faut relever ce qui peut encore l’être et aider au déplacement des civils vers des zones où ils ne risquent pas d’être exposés à de nouveaux périls. Sachant qu’en même temps d’autres tempêtes tropicales menacent l’archipel des Bahamas.

Et c’est autant de jour que de nuit que les aéronefs de secours agissent. Depuis le porte-aéronefs USS Bataan a également déployé du matériel de travaux publics et de génie afin de remettre en état plusieurs infrastructures de premier plan. L’une des priorités une fois le navire au large des côtes bahaméennes fut de remettre en état l’aéroport de Marsh Harbour dévasté par les vents et la pluie. Le tarmac par exemple se retrouvait sous plusieurs dizaines de centimètres d’eau, il a donc fallu monter des batardeaux pour l’assécher. Le matériel a été transporté via les MV-22B Osprey et les CH-53E Super Stallion. L’hôpital de la ville et les écoles ont également été lourdement impactés. Leur remise en état est une question de priorité pour les équipes internationales qui peuvent également miser sur les hélicoptères militaires américains pour les transporter.

À l’image de ce MH-60T Jayhawk les hélicoptères de l’US Coast Guard engagés aux Bahamas utilisent désormais l’USS Bataan comme base arrière.

Les populations bahaméennes de la zone concernée par le passage de l’ouragan Dorian se sont donc habituées depuis une grosse dizaine de jours à voir passer au-dessus de leurs têtes ces aéronefs frappés des cocardes américaines. La question est de savoir comment elles feront une fois cette manne de secours venue des États-Unis et de plusieurs pays européens.

Photos © US Navy.

Publicité

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom