Finalement ce ne sera donc pas douze avions que la force aérienne marocaine recevra d’ici 2022. Le Pentagone via la DSCA (pour Defense Security & Cooperation Agency) vient d’autoriser le Maroc a acquérir un lot de 25 Lockheed-Martin F-21 Viper neufs tandis que vingt-trois de ses F-16C/D Fighting Falcon seront quant à eux modifiés au standard F-16V. Une manière pour les Américains de consolider leurs positions en Afrique et pour le Maroc de se moderniser à moindre frais. Une opération gagnants-gagnants pour les deux parties en questions et une manières pour Rabat et Washington de se rapprocher encore un peu plus.

Ce contrat permet d’en savoir un peu plus sur ce qui chez Lockheed-Martin différencie le F-21 Viper de son frère jumeau F-16V Viper, qui fondamentalement sont un seul et même modèle d’avion de combat. En fait la première désignation concerne les avions construits de zéro tandis que la seconde concerne les anciens F-16 Fighting Falcon transformés à ce standard. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer après tout ?

Donc à terme le Maroc possèdera quinze F-16C et huit F-16D initialement livrés au Block 50/52 qui voleront comme F-16V au Block 70/72. Mais dans le même temps il se fera livré un lot de vingt-cinq avions construits ab-initio et donc désignés F-21 Viper… sauf si les Marocains décident de tout désigner comme F-16V Viper.
Là encore l’art de compliquer encore plus ce qui déjà n’est pas forcément simple à appréhender.

Ces vingt-cinq F-21 Viper neufs permettront surtout d’envoyer à la retraite les vingt-deux Northrop F-5E Tiger II et quatre F-5F encore en dotation. Des avions reçus dans les années 1980 et qui aujourd’hui n’assurent plus que des missions de défense aérienne et de transformation opérationnelle. Pour autant il n’est pas évident qu’ils finissent à la casse, le Maroc ayant déjà commencé à démarcher certains pays africains susceptibles de les racheter pour un prix dérisoire. Le Burkina Faso, la Mauritanie, ou encore le Tchad se sont récemment dit près à en prendre quelques exemplaires. Les Tiger II marocains sont réputés pour être en très bon état général d’entretien et de vol.

À la différence de bon nombre de ses voisins le Maroc a connu récemment le feu puisque certains de ses F-16C/D Fighting Falcon ont combattu dans le ciel yéménite. C’est d’ailleurs là qu’un exemplaire a été perdu au printemps 2015. Là encore les futurs F-21 Viper permettraient de combler le vide de sa perte.

Photo © ministère marocain de la défense.

Publicité

2 COMMENTAIRES

  1. J’ai l’impression que cet avion à été conçu seulement dans l’optique d’être un best seller, un tueur de concurrence. On va encore bouffer du F-16 pour 40ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom