Au moins les équipages de l’aviation stratégique russe peuvent désormais apprécier le professionnalisme des pilotes de la chasse britannique. En moins d’une semaine les pilotes des Typhoon FGR Mk-4 de la Royal Air Force ont été sonné deux fois afin d’aller identifier et escorter des avions volant transpondeurs éteints dans la zone d’exclusion économique britannique. À chaque fois ils ont découvert des bombardiers stratégiques russes Tupolev Tu-160 Blackjack qu’ils ont raccompagné jusque dans l’espace aérien international. Une situation qui tend un peu plus encore les relations entre Moscou et l’OTAN.

Dans les deux cas c’est quasiment le même scénario qui s’est rejoué. D’abord ce vendredi 29 mars puis ce mercredi 3 avril 2019 les chasseurs basés à RAF Lossiemouth dans le nord de l’Écosse ont été alerté afin d’aller identifier les aéronefs inconnus, repérés au radar. Et à chaque fois les avions se sont avérés être des bombardiers quadriréacteurs à long rayon d’action Tupolev Tu-160 de facture soviétique. Ces machines appartiennent à l’aviation russe.

De fait ce sont donc des Eurofighter Typhoon FGR Mk-4 du N°1 Group britannique qui ont procédé à ces identifications après interceptions des bombardiers russes. Et dans les deux cas la Royal Air Force a dû faire appel à un de ses avions-ravitailleurs Airbus Defense & Space Voyager KC Mk-2 afin de soutenir le rayon d’action de ses chasseurs de supériorité aérienne.
Il faut dire que la zone d’exclusion économique britannique est vaste dans cette zone, au nord de l’Écosse avec notamment des secteurs dédiés à l’extraction de gaz et d’autres à la pèche. Or dans ces deux affaires c’est ce même secteur géographique qui était visé par l’aviation russe.

Et donc dans les deux cas les pilotes britanniques ont immédiatement identifié les avions indélicats. Et comme par miracle, à peine avaient-ils rejoint l’espace aérien international que les transpondeurs des Tupolev Tu-160 Blackjack russes se rallumaient. Ce n’est tout de même pas de chance pour les Britanniques et plus largement les Européens.

Plus sérieusement ces deux intrusions, qui se sont réalisées toujours au plus près de l’espace aérien souverain britannique, ont encore un peu plus mis à mal les relations entre Londres et Moscou. Désormais les diplomates entrent dans la danse puisque l’ambassadeur russe au Royaume Uni a été sommé par la première ministre Theresa May de s’expliquer sur les agissements de son aviation stratégique. En parallèle l’OTAN également montre son agacement vis à vis de l’emploi récurrent de ces bombardiers dans les zones d’exclusion économique de ses pays membres.
Ces actes sont depuis quelques temps maintenant revenus à un rythme aussi soutenu que durant l’ère soviétique !

Photo © OTAN

Publicité

1 COMMENTAIRE

  1. Pilote de la RAF »Bon vos transpondeurs ne marchent pas, dans ce cas on va voir si vos leurres eux fonctionnent, fox 2! »

    AWACS Sky Eyes »Blackjack au tapis, beau boulot Mobius 1! »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom