Le torchon brûle entre l’avionneur de Seattle et l’US Department of Defense. Après une première suspension de livraison d’une semaine le mois dernier le Pentagone vient de prendre la même décision ce mardi 2 avril 2019, et pour les mêmes raisons. Une fois encore des techniciens de l’US Air Force ont découvert des éléments «oubliées» dans différents endroits du septième Boeing KC-46A Pegasus de série. Or aux États-Unis cela commence à faire beaucoup et il se dit que la justice fédérale se préparerait à ouvrir une enquête à ce sujet : maladresses, négligences ou sabotages la question reste entière.

Déjà donc entre le 15 et le 23 mars de cette année les livraisons avaient été suspendues à la demande expresse du sous-secrétaire à l’Air Force Will Roper. Et déjà ce responsable politique proche de Donald Trump avait tapé du poing sur la table, mais visiblement sans que cela ne débouche sur quoi que ce soit de crédible. Ce mardi 2 avril 2019 le Pentagone n’a même pas attendu qu’il se saisisse de nouveau du dossier pour suspendre les livraisons.

Et de manière hallucinante c’est strictement pour la même raison : des pièces détachées ont été découvertes lors de l’inspection de réception de l’avion par des personnels techniques de l’US Air Force. Pourtant on pourrait croire que les équipes de Boeing étaient sensibilisées puisque la force aérienne américaine avait elle-même prévenu que désormais ces visites techniques de livraisons seraient renforcés et ne laisserait plus souffrir la moindre défaillance.
Si visiblement du côté des militaires on a tenu parole il n’est pas évident que le message ait bien été reçu chez l’avionneur.

Désormais donc les deux parties en cause négocient afin de s’assurer que de tels évènements ne se reproduisent. Car ces oublies pourraient bien engager la sécurité des avions en plein vol. En attendant plus aucun KC-46A Pegasus ne quitte les zones de livraisons de Boeing. Une situation qui pourrait devenir critique pour l’avionneur à l’avenir puisque son biréacteur se vend également désormais à l’export.
Pour autant les communicants de Seattle rappellent que ces mesures de rétorsion vis à vis de leur avion ne concernent nullement sa conception. À quelques semaines maintenant du Salon du Bourget il ne faudrait pas qu’une nouvelle polémique vienne entacher l’image de ce constructeur historique.

D’autant que plusieurs médias américains parlent désormais d’une potentielle future ouverture d’enquête par la Federal Aviation Agency, voire pourquoi pas par le FBI lui-même. Une situation qui pourrait bien devenir délicate alors pour le ravitailleur en vol de nouvelle génération.
Décidément le remplacement des Boeing KC-135 Stratotanker n’est pas simple aux États-Unis.

Photo © US Air Force.

Publicité

7 COMMENTAIRES

  1. Boeing manifeste un manque évident de professionnalisme. Que le FBI prenne en main ce dossier et que des accusations soient portées au plus vite. Mon budget ne me permettant pas de me procurer un aéronef de cette compagnie, je boycotte l’achat de tous le modèles réduits et reproduisant un Boeing!

  2. Je conviens que je suis hors sujet et j’espère que Arnaud me pardonnera mais permettez-moi de brièvement vous présenter l’univers des modèles réduits. Vous pouvez vous procurez un B-29 au 1/72 de academy pour environ 32 Euro. Sur le site https://www.scalemates.com/kits/academy-2154-b-29a-enola-gay–107409 celui-ci présente une chronologie des différents modèles de B-29 offerts par les nombreuses compagnies de modèles réduits. A ne pas confondre dans vos recherches sur la toile avec B29-Friedrichshafen F-33L – Choroszy Modelbud – 1/72 (https://www.ebay.fr/sch/i.html?_sacat=1189&_nkw=b-29%201%2072) Plusieurs compagnies, comme Eduard, offrent des « kits d’amélioration » en résine et/ou en photodécoupe. Par exemple https://www.1001maquettes.fr/1058-maquette-b-29-superfortress Ces ensembles reproduisent plus fidèlement les différents composantes du modèle. Quant décalcomanies elles permettent de personnaliser davantage « votre modèle à coller ». Et sans oublier d’appliquer la couleur qui sera historiquement fidèle au modèle réel! La compagnie allemande Revell est reconnue depuis longtemps pour la qualité de ses produits. Vous remarquerez sur la boîte d’un Me-109 par exemple et de tout matériel allemand de la guerre 1939-1945, la croix maudite n’est JAMAIS entièrement représentée même si elle figure dans le set de décalques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom