C’est probablement un des programmes aéronautiques russes les plus intéressants des vingt dernières années. Ce samedi 30 mars 2019 le prototype de l’avion de transport tactique bimoteur Ilyushin Il-112 a réalisé son vol inaugural depuis l’usine d’assemblage de Voronezh. Un premier vol qui semble s’être déroulé sans souci pour les pilotes et ingénieurs d’essais du constructeur. Pour mémoire l’Il-112 aura comme rôle premier de succéder au légendaire Antonov An-26 soviétique.

C’est sous un ciel désespérément bouché que ce prototype de l’Ilyushin Il-112 a donc commencé à se déplacer sur le tarmac. Ses essais de roulage avaient eu lieu dans le plus grand secret entre fin novembre 2018 et fin février de cette année. Rapidement l’équipage d’essais a décollé et permis enfin à l’avion de réaliser son premier vol. Moins d’une heure dans les airs avant que le bimoteur à turbopropulseurs ne retrouve le plancher des vaches.
Une étape désormais plus symbolique que réellement utile mais qui marque avant tout le début de la phase de tests grandeur nature. Et l’aboutissement du travail pour des centaines d’ingénieurs et de techniciens.

Car succéder à l’An-26 n’est pas une mince affaire tant l’avion de facture soviétique aura su marquer le transport tactique en Russie. Mais surtout avec l’Il-112 les dirigeants d’Ilyushin comptent sans doute en finir avec une série de lourdes désillusions. Entre le monomoteur d’entraînement élémentaire Il-103 qui n’a jusque là pas vraiment su trouver son marché et le bimoteur à turbopropulseurs de transport régional Il-114 qui a lui totalement loupé son entrée en service le constructeur du très célèbre Il-76 n’est pas vraiment à la fête depuis la fin de la guerre froide. Et les déboires autour de son futur biréacteur Il-276 n’arrangent pas les choses.

Pourtant on peut aisément se dire que cet Il-112 vole désormais vers des cieux plus dégagés. Déjà il peut surfer sur le succès passé des avions militaires du constructeur. Son marché dans la seule Russie est actuellement estimé entre cent et trois cents machines à livrer entre 2023 et 2035. Et Moscou devrait sans doute pouvoir le commercialiser sans trop de difficultés à l’export, même si la concurrence va faire rage contre lui. De l’Antonov An-132 ukrainien aux avions occidentaux comme l’Airbus Defense & Space C-295 ou encore l’Alenia C-27J Spartan II l’Il-112 va arriver sur un marché ultra fermé. Mais il va également apporter une nouvelle offre en terme de concurrence et donc de choix pour les futurs clients.

Le verra t-on au Bourget dans deux mois et demi ? Rien n’est moins sûr, même si sa venue serait un jolie coup de poker pour la Russie et surtout le signe d’une très bonne santé industrielle. À lui seul cet avion-cargo pourrait parfaitement susciter la surprise que beaucoup de passionnés attendent de la part de l’industrie russe depuis des années.
Il faut savoir qu’une version de transport régional commercial est également à l’étude.

Photo © AFP.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom