La commande d’un montant d’environ 8.1 milliards d’euros a été officiellement annoncée par Donald Trump lui-même. Le ministère de la défense japonais a décidé d’acheter un lot de 105 avions de combat Lockheed-Martin F-35A Lightning II supplémentaires. Le Japon deviendra ainsi le pays utilisant le plus grand nombre d’avions furtifs au monde après les États-Unis. Une commande logique si on part du principe que ce pays souhaite développer sa force aérienne au-delà de la simple autodéfense.

C’est lors d’une visite d’état du président américain que la commande a été officialisée. Il s’agissait en fait de valider une option placé il y a plusieurs mois auprès de Lockheed-Martin. Mais à vrai dire après la perte récente d’un avion dans le Pacifique beaucoup voyaient le ministère japonais de la défense faire machine arrière. Il n’en a finalement pas été le cas.

Si cette commande est assurément une excellente nouvelle pour l’avionneur et pour l’économie américaine en général en fait elle va obliger Lockheed-Martin à quelques «aménagements» dans sa production. En effet le constructeur assume déjà plusieurs retards dus en partie au fait qu’il doive fournir aussi bien les forces américaines que les pays alliés ayant commandés l’avion. Et les cadences ne suivent pas forcément.
Alors une possibilité semble faire jour en Asie : que la production soit transférer chez Mitsubishi au Japon. Par le passé des avions comme le Lockheed F-104 Starfighter, le McDonnell F-4 Phantom II, ou encore le McDonnell-Douglas F-15 Eagle ont été produits de la sorte. Et il s’agissait à leurs époques respectives du nec plus ultra des conceptions américaines.

Seulement voilà le Congrès américain est devenu très tatillon sur cette question d’autant qu’on parle ici d’une technologie furtive. Il faut dire que le Japon essaye depuis plusieurs années maintenant de faire évoluer son X-2 Shinshin vers autre chose qu’un simple démonstrateur technologique d’avion furtif. Une production locale du F-35 Lightning II pourrait apporter les solutions manquantes aux ingénieurs de Mitsubishi.
Sauf que l’avion américain pourrait fort bien également tuer toute possibilité de donner naissance à un avion de combat japonais de 5ème génération.

Donc en sommes on peut se dire que les négociations et la signature du contrat entre Américains et Japonais aura été la partie la plus simple du dossier. Reste désormais à finaliser tout ça.
Nous aurons forcément l’occasion d’y revenir dans les semaines ou mois à venir.

Photo © Japan Air Self Defense Force.

Publicité

11 COMMENTAIRES

    • Rien n’est totalement certain ….

      Pour le cas du JDS Izumo il n’y a plus de doutes …. les F-35B vont bel et bien équiper ce navire et lui fournir des capacités aéronavales très augmentées.
      Mais avec cette augmentation de commande on peut aussi très sincèrement se dire que le JDS Kaga va obtenir le même traitement à terme.

      Les forces japonaises disposeront donc de deux navires capables de projeter des avions de première frappe furtifs, avions qui sont aussi des outils de premier plan pour les missions ISTAR ( Intelligence, surveillance, target acquisition, and reconnaissance )

  1. 81 milliards !!!! 2 ans de budget de defense en France…
    On ose imaginer ce que ce serait si c’était un avion performant ! (c’est de l’ironie han, au cas ou ce serait pas clair)
    Du coup, est ce que ça en fait le  »contrat du siècle », comme on qualifiait celui non abouti des 126 Rafale en Inde ?

    • Ouvrez grand les yeux et réfléchissez. Il y a un point donc il faut lire 8.1 mds et non 81 mds. 81 mds € sa ferait 772 m€ l’exemplaire…

    • Clairement, les pourparlers sont en cours et assez avancés (de nombreuses sources -dont polonaises- en font état).
      Je ne serais pas étonné que cela aboutisse très prochainement.

    • Plus que des avions de chasse c’est un soutien militaire et diplomatique sur le long terme que cherche la Pologne envers les USA contre la Russie.

  2. Est-ce que le Japon a fait un appel d’offres, a mis en compétition plusieurs appareils comme aujourd’hui en Suisse ou a choisit cet appareil cobtre toute concurrence comme un pays totalement inféodé aux USA ?

    • Le F-35 est unique dans le sens que c’est le seul avion sur le marché qui a une SER extrêmement réduite. Il n’a donc pas de concurrent. Si la JSDF estime qu’une SER est primordiale alors pas besoin d’avoir une compétition et donc nul besoin de parler de pays « inféodé ».
      Vu que même la France misera, avec le programme SCAF, sur un avion avec SER réduite on peut difficilement critiquer le choix du Japon.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom