L’évènement a eu lieu assez discrètement ce samedi 25 mai 2019 à Castellamare di Stabia dans la banlieue de Naples. Le futur porte-aéronefs italien Trieste a été mis à l’eau, première phase avant son lancement qui doit avoir lieu à l’été 2022. À cette époque il devra remplacer l’actuel porte-aéronefs Giuseppe Garibaldi en service depuis fin 1985. Il sera le premier navire italien taillé spécifiquement pour recevoir l’avion furtif Lockheed-Martin F-35B Lightning II.

En fait depuis juin 2009 et la première mission opérationnelle du porte-aéronefs Cavour le Giuseppe Garibaldi n’est déjà plus le porte-étendard de la marine italienne. Il assure cependant encore des missions de patrouille en Méditerranée mais également des croisières à but humanitaire. Cependant il n’est plus adapté aux aéronefs employés par la Marina Militare tels les chasseurs furtifs à décollages et atterrissages très courts Lockheed-Martin F-35B Lightning II, les drones Boeing MQ-27A ScanEagle, ou encore les hélicoptères NHIndustries SH-90 Caïman NFH.

Pour mémoire le Giuseppe Garibaldi est un porte-aéronefs d’ancienne génération conçu pour recevoir principalement des avions d’attaque au sol McDonnell-Douglas AV-8B Harrier II et des hélicoptères Agusta-Bell AB-212ASW et Sikorsky SH-3D Sea King. Avec ces aéronefs il a participé aux opérations aériennes en Somalie et au Kosovo dans les années 1990 puis au 21ème siècle en Afghanistan ou plus récemment en en Libye.
Durant cette dernière phase de guerre les avions embarqués italiens ont réalisé un peu plus de 150 missions de guerre, principalement de nuit contre les positions militaires libyennes.

La décision de retirer du service le Giuseppe Garibaldi à l’horizon 2022-2023 a été prise par le gouvernement italien en 2013. Mais il a fallut attendre l’été 2015 pour connaitre le nom de son remplaçant : le Trieste. Officiellement d’ailleurs ce nouveau navire de guerre ne sera pas stricto-sensu un porte-aéronefs mais un LHD, acronyme de Landing Helicopter Dock. C’est à dire qu’il sera similaire aux porte-hélicoptères amphibies français de classe Mistral. Il sera donc adapté aux missions amphibies grâce à son radier. Une polyvalence bien supérieure aux porte-hélicoptères classiques conçus durant la guerre froide.

La différence de taille entre le Giuseppe Garibaldi et l’USS Harry S. Truman saute ici aux yeux.

Pour autant les porte-aéronefs italiens ne sont pas les navires de guerre européens les plus souvent mis en avant par les médias, y compris de l’autre côté des Alpes. Pourtant ce futur Trieste devrait permettre à la Marina Militare de gagner en polyvalence par rapport à ce vieux Giuseppe Garibaldi actuellement encore en service.

Photos © OTAN.

Publicité

1 COMMENTAIRE

  1. C’est intéressant, mais il y a pourtant fort à parier que les F35B Italiens feront leurs premières armes depuis le pont du Cavour.
    Ce dernier, à l’instar des classe Izumo japonais, a été récemment mis en chantier (décembre 2018) afin de s’adapter au nouveau chasseur (jusqu’à 12 à bord en théorie). Déjà adapté à l’emport des AV-8B 2+, AW101 Merlin et Bell 212, il s’agit notamment de modifier le revêtement du pont d’envol et sa structure, compte tenu de la plus forte chaleur dégagée par le réacteur du F35B par comparaison à celui des Harrier ; ainsi que le hangar aviation. De profondes modifications qui génèrent évidemment un coût -particulièrement sur un navire aussi récent (2009 !), raison invoquée par les Australiens qui avaient renoncé au F35B pour leurs portes-aéronefs de classe Canberra. Du moins pour l’instant… car depuis l’évolution de la position japonaise, ils reconsidèreraient l’option début 2019…

    Quoi qu’il en soit, et à l’instar de ce que l’on voit de par le monde occidental avec ce regain d’intérêt pour les porte-aéronefs et autres LHD boostés par les capacités uniques du F35B, cet article illustre bien le virage pris côté italien avec la construction du Trieste.

    Initialement prévu pour remplacer seul le Garibaldi, le Cavour -d’une plus faible capacité en aéronefs que son prédécesseur (8 à 12 selon la taille)- et moins polyvalent que le futur LHD cela va sans dire, partagera donc après sa mise à niveau, le rôle de petit frère pour le Trieste, et de « second porte-avions ». si l’on considère seulement les Lightnings 2.
    Car voyons les choses ainsi : avec 2 navires équipés de F35B (intercommuniquants par liaison de données entre eux et avec les navires) simultanément à la mer et ses F35A basés à terre, l’Italie pourra en cas de besoin couvrir quasi toute la Méditerranée. Ce qui n’est pas rien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom