Nous vous avions déjà annoncé ce marché au moment où il n’était encore qu’optionnel, il est désormais ferme. C’est en marge d’un salon de l’armement qui se tient actuellement à Moscou que le ministre russe de l’industrie, Denis Manturov, a fait savoir que son pays avait décidé d’acheter un lot de soixante-seize avions furtifs Sukhoi Su-57. Ces nouveaux chasseurs de supériorité aérienne devraient entrer en service à partir de 2028. Une année au cours de laquelle la très grande majorité des clients du Lockheed-Martin F-35 Lightning II américain aura reçu ses propres machines.

Même si aucune somme n’a été dévoilé sur la valeur de ce contrat plusieurs médias indépendants russes avancent le chiffre de sept milliards de dollars américains. Une somme assez colossale pour l’économie locale et qui risque de grever pour longtemps le budget de la défense du pays. Mais rattraper le retard dans les acquisitions de Sukhoi Su-57 est sans aucun doute à ce prix là.

C’est aussi une manière pour Moscou de faire taire les rumeurs qui existaient depuis quelques temps sur un possible abandon de ce programme que beaucoup là-bas jugent trop onéreux au regard des services que rendra l’avion. Son rôle sera en fait principalement d’assurer la défense aérienne du pays, et à terme de remplacer le puissant Mikoyan MiG-31M. Sauf que l’avion furtif de Sukhoi n’a ni son rayon d’action ni bien entendu ses formidables qualités en matière de vitesse pure.

Les pilotes russes devront attendre l’année 2028, d’ici donc neuf ans, afin de pouvoir s’installer dans le cockpit de ce chasseur de 5ème génération. Surtout cette commande étatique moscovite permet désormais à Sukhoi d’entrapercevoir des possibilités de ventes à l’export à l’horizon 2025-2030. Le Su-57 pourrait parfaitement permettre à des pays n’ayant pas la volonté ou pas la possibilité d’acheter des F-35A Lightning II américains de se doter d’un avion furtif. Mais là encore les ingénieurs russes devront faire vite car leur avion deviendra vite obsolète sur ces marchés, après l’arrivée sous dix ans plus tard des SCAF et des Tempest européens.

Quoiqu’il en soit ces soixante-seize premiers vrais Sukhoi Su-57 de série apporteront donc à la fin de la décennie prochaine un véritable nouveau souffle à l’aviation russe. Cette dernière n’avait pas reçu de véritable avion de conception contemporaine depuis des machines conçus durant l’ère soviétique.

Photo © agence Tass.

Publicité

18 COMMENTAIRES

  1. Je dirais plutôt que c’est tant mieux pour les pays qui n’ont pas acheté le F-35 quand on connaît la politique militaire Américaine… Non seulement cet avion n’est pas supérieure à la génération « 4++ » (je me méfie même de ces classement par génération) mais en plus il est soupçonné que les Américains ont la capacité de verrouiller le logiciel de lancement des avions conçus par eux… C’est vraiment douteux imaginez un pays qui s’oppose au U.S en conflit et n’arrive pas à déployer ses F-35.

    Vaut mieux acheter des Su-57.
    Et même si le SCAF (s’il sera vraiment à la hauteur des performances annoncées) sera supérieure au Su-57, le plus tôt possible il faut au moins aux Russes un avion qui rivalise avec le F-22 Américain. C’est vraiment cet avion qui fait la supériorité aérienne américaine.
    Je dirais que s’il fallait juger le Su-57 c’est « où se situe-t-il en performance par rapport au F-22? » l’un étant déjà en retard en année par rapport à l’autre, il doit absolument l’égaler si les Russes veulent être crédible.
    Pour la vitesse pur d’un véritable intercepteur les Russes pourront toujours compter sur leur MiG-41 (qui n’est encore qu’une rumeur) même si c’est beaucoup plus tard.

    • Correction : le MiG-41 n’est même plus une rumeur, à en croire wikipédia (source discutable certe) il ferait son premier vol entre 2020 et 2025 donc on peut imaginer que d’ici 2030 il sera sérieusement d’actualité.

  2. N’oubliez pas la concurrence chinoise qui est déjà bien présente sur le marché MALE. Je pense que le NGF et Tempest, si ces projets aboutissent, seront très cher.
    A mon avis le F-35 gagnera les contrats en occident avec le SCAF et Tempest ayant quelques succès. Hors occident ce sera un combat entre le F-35 et le FC-31 chinois.

    • Le FC-31 me fait rire… Une copie honteuse du profil du F-22 et F-35… J’ai aussi vu une maquette du Turquish Airlines au salon de l’aéronautique au Bourget qui copie le F-22. Hors Europe ; En Asie et Moyen-Orient Il n’y a que les Russes qui sont capables de faire vraiment différent du génie Américain, tout les autres pays fantasment sur le F-22 et son profil pour la furtivité.
      Le plus drôle serait qu’il s’avère supérieur à tous ces nouveaux nés de la furtivité et les américains en serait capable en plus…. Nous sortir un upgrade du F-22 qui les surclasse tous

      • Sauf que jusqu’à présent la Russie n’a rien prouvé en matière d’ingénierie aéronautique. Comme quoi le génie a du s’effacer quand le communisme s’est transformé en économie de marché. La Russie ne sera sans doute jamais aussi prolifique que l’URSS en matière d’aéronefs hors du commun.

    • Je craint que côté motorisation, les chinois et leur gamme de chasseurs ont encore du chemin à parcourir face à la concurrence. Déjà que leurs compères russe ont connu plusieurs difficultés dans le développement du moteur final du Pakfa, ce qui a considérablement retardé ce programme.

  3. C’est en effet un bel appareil,
    Remplacer le MiG 31, j’en doute…
    à cause des raisons que vous avez si bien évoqué.
    Il parait qu’ils veulent poursuivre avec le MiG 31 jusqu’à 20 ans de plus, en attendant l’arrivée du MiG 41 (ou d’un successeur digne de ce nom)

    • Et pourtant Marie c’est ce qu’annonce très officiellement l’agence Tass. Elle n’est pas réputé pour écrire des âneries, à la différences des pseudo-médias d’information russes que sont Sputnik ou RT. Moi aussi j’ai été surpris.

      • Dans ce cas, ce sera un changement doctrinale…
        Mais cela peut paraître plausible dans la mesure où du point de vue armement, le su-57 peut par exemple emporter le missile kinzhal qui jusque là était l’apanage du MiG 31 et d’un des Tu.

        • C’est aussi qu’un avion comme le MiG-31M n’a plus beaucoup de raisons d’exister dans l’aviation russe contemporaine. Sans compter que c’est un gouffre financier à utiliser, et un des avions de chasse les plus gourmands en carburant au ratio de l’heure de vol.

      • Si vous remarquez Olivier que votre réponse à un autre commentaire du troll Norebi a disparu c’est logique : j’ai viré son commentaire car injurieux et particulièrement inadapté et de ce fait votre réponse a été effacée.

        • merci Arnaud. Pas de problème ! Les trolls deviennent un fléau… et je comprend bien qu’il vous faille vous dédoubler pour rédiger vos infos et réguler cette gangrène. Pour ajouter aux commentaires du SU-57, c’est bien la première fois que j’ai un coup de cœur pour une production russe récente ( même si on ignore encore pas mal de choses à son sujet, ) Bonne soirée à vous !

        • Si les lecteurs savaient à quel point la modération des commentaires prend du temps. Merci à vous Olivier. 🙂

  4. Question gouffre financier du MiG 31, les Russes devront alors mettre les bouchées doubles car il est évident que le su-57 coûtera bien plus cher, tant à l’acquisition qu’à l’exploitation. En effet, le MiG 31 produit une poussée de 152 KN avec PC tandis que le Su-57 avec son dernier moteur « izdelye 30 » une poussée annoncée de 176 KN (147 pour les moteurs natifs issus des flankers). Or le gain de rendement des turboréacteurs de dernière génération ( dans le domaine des avions de chasse) par rapport aux anciens est plafonné au alentours de 30%.
    A cela s’ajoute le fait que les coûts de maintenance des moteurs à poussée vectorielle est plus élevé, en particulier pour les Su dont c’est l’un des défauts majeures. Par exemple pour les Su-30, il faut 32 h d’entretien pour 1 heure de vol, 8 heures de travail pour remplacer un réacteur (contre 1/2 heure pour un Dassault Rafale). Un pays comme l’Angola a du revendre à Sukhoi ses flankers ! Dans le cas d’un avion furtif (comme le f-22), cela devient une vraie gageure.
    Dernier point et non des moindres, l’entretien des peintures et autres revêtements…
    Ils ne sont pas capables d’exploiter les deux en même temps ??

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom