La petite force aérienne slovaque est à l’image de ce qui existe aujourd’hui chez la plus part des pays jadis placés sous le joug de Moscou. Elle est actuellement en pleine mutation et tend de plus en plus à se séparer de ses matériels d’origine ex-soviétiques ou du bloc communiste et datant de la guerre froide. Des aéronefs qui petit à petit sont remplacés par des appareils de conception américaine ou européennes et permettent ainsi les uniformiser avec les pays alliés de la Slovaquie. Et c’est actuellement très prégnant dans le domaine de l’aviation de combat et de la formation avancée.

En ce début du mois d’août Bratislava et Washington ont conjointement confirmé la commande passée pour quatorze Lockheed-Martin F-16V Viper. Bien que décidée par la autorités slovaques au printemps elle était en attente d’une validation des autorités fédérales américaines, toujours aussi regardantes sur les exportations d’armement vers les pays d’Europe centrale. Ces avions de combat doivent permettre de remplacer les dix actuels Mikoyan MiG-29 Fulcrum, des avions hérités de feue l’aviation tchécoslovaque.

D’ores et déjà il est question dans ce petit pays, membre de l’Union Européenne, de revendre les chasseurs de facture soviétique. Il est en effet communément acquis que ces MiG-29 sont parmi les mieux entretenus au monde, et disposent encore d’une certaine capacité. Surtout si la Slovaquie réussissait à les revendre d’un seul bloc le futur client disposerait ainsi de monoplaces de combat et de biplaces de transformation opérationnelle. Ce revente, même partielle, permettrait de venir compenser l’autre grand chantier de la force aérienne slovaque : l’entraînement intermédiaire et avancé.

En effet elle a décidé de se séparer de ses huit actuels Aero L-39 ex-tchécoslovaques hérités eux-aussi de la guerre froide. Des jets d’entraînement qui s’ils permettaient de former les pilotes appelés à voler sur un chasseur aussi rustique que le MiG-29 ne sont plus du tout adaptés au F-16V. Il faut dire que son avionique est bien plus pointue que sur le biréacteur ex-soviétique.
Par contre cette fois le choix ne semble pas arrêté. Les généraux et décideurs politiques slovaques hésitent entre plusieurs avions différents : L’Aermacchi M345 italien, l’Aero L-39NG tchèque, ou encore le BAE Systems Hawk Mk-128 britannique. Et ce marché n’est pas forcément gagné pour le L-39NG, malgré la communauté d’équipement avec les anciens L-39.

On remarquera que le pouvoir slovaque a l’air de vouloir ménager la chèvre et le chou parmi ses partenaires économiques et militaires. Un modèle d’avion de combat américain et un d’entraînement européen. Une manière comme une autre de ne pas se fâcher avec Washington et/ou Bruxelles. Et au final l’assurance d’être aux standards de l’alliance atlantique.

Photo © Keypublishing

Publicité

3 COMMENTAIRES

  1. Bonjour Arnaud. Ce qui est étonnant c’est que le F-15 a fait son premier vol plusieurs années avant le MIG-29 et l’appareil américain continue de voler et est loin de cesser son service. Je pense que le MIG-29 n’a pas su évoluer avec son temps, la chute du bloc communiste n’ayant pas aidé à rendre une modernisation progressive possible. Surtout que le programme du MIG-29 était une réponse à celui du F-15.

    • Je suis complètement d’accord avec vous. Et des programmes comme le MiG-33 et le MiG-35 démontrent que des tentatives d’adaptation au marché ont été réalisées afin de rendre le MiG-29 compatible avec les évolutions technologiques. Mais force est de constater que Mikoyan n’a pas forcément réussi. À titre très personnel j’ai toujours adoré le Fulcrum, pour moi c’est un des meilleurs chasseurs des 40 dernières années. Sauf que la véritable réponse soviétique au F-15 est plutôt le Sukhoi Su-27.

  2. Les mig 29 pourraient être revendu à l’Égypte qui en possède déjà, dommage que les slovaques aient décidé de se séparer de ces belles machine, leur livrée dans le style digitalisée était plutôt sympa, peut être qu’ils l’appliqueront au F16.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom