C’est un contrat d’un peu plus d’un milliard d’euros que le gouvernement marocain se préparerait à signer avec la branche voilure tournante du géant américain Boeing. Les Forces Royales Air, ou si vous préférez l’aviation marocaine, sont actuellement en pourparlers avec l’industriel autour de la fourniture de vingt-quatre AH-64E Guardian, l’ultime évolution du célèbre Apache. Des hélicoptères de combat qui pourraient à l’horizon 2022-2024 remplacer les Aérospatiale SA.342 Gazelle, des machines en service depuis la fin des années 1970. Il est à signaler qu’à aucun moment le royaume chérifien n’est passé par un appel d’offres internationales.

Les militaires marocains ont de toutes manières toujours agi de la sorte. Quand un matériel de défense leur plait, s’il est dans leurs moyens financiers ils vont essayer de l’acheter. La règle d’or sur les appels d’offre n’a jamais vraiment été leur dada. On se souvient de l’achat des Alpha Jet E qui avait en son temps soulevé quelques indignations chez les avionneurs concurrents du consortium franco-allemand conçu par Dassault-Breguet et Dornier.
Mais dans le cas présent il ne devrait pas forcément y avoir de remous, l’hélicoptère en question n’a pas vraiment de concurrence sur le marché marocain.

Car ce sont donc vingt-quatre Apache qui devraient très prochainement être achetés par le ministère marocain de la défense. Pour être exact ces machines seront des Boeing AH-64E Guardian, la version la plus récente de cet aéronef issu de la guerre froide.
Si le Maroc a un temps envisagé l’AW.129 Mangusta proposé par le groupe européen Leonardo il s’est rapidement ravisé pour commander l’appareil américain. L’Airbus Helicopters Tiger n’a jamais été dans la compétition, car jugé trop onéreux.

Selon les premières projections les futurs AH-64E Guardian pourraient bien entrer en service d’ici trois ans, à condition que le contrat fut signé avant la fin 2019. Il s’agira alors d’un véritable saut technologique en avant, tant les générations sont différentes avec son prédécesseur. Surtout le Maroc deviendra le deuxième pays africain, après l’Égypte, à mettre en ligne l’Apache. Une manière aussi d’imprimer sa marque sur les épineuses questions militaires au Maghreb.

Au final c’est donc un hélicoptère d’ancienne génération que ces futurs hélicoptères américains doivent remplacer : l’Aérospatiale SA.342 Gazelle de conception et facture française. Utilisés aussi bien pour la reconnaissance armée que pour l’attaque au sol et l’appui aérien rapproché ces monoturbines sont désormais considérés comme très fatigués.
D’autant que ces machines assurent également des missions anti-terroristes en soutien des forces spéciales marocaines.

Photo © US Department of Defense.

Publicité

6 COMMENTAIRES

  1. Après les F 16, les C 130 Hercules, voilà les Apache. Exit le matériel français et Européens ! !!!!

    La , les Ricains nous ont bien délogés de ce coin du Magrebh !!!!

    Pourquoi ?

    • Le matos américain est résistant aux vents de sable, testé dans le désert de Mojave à ce qu’on dit. Par ailleurs depuis Hassan II, le royaume est plutôt tourné vers les USA. donc l’Occident. En cas de conflit avec ses voisins, il aura tout son soutien sans tergiverser.

  2. Oui, ils en sont tout à fait capable. Ce ne serait pas la première fois. Effectivement qu’à ce petit jeu, on ne risque pas de gagner !

    • Pourquoi ‘effectivement’? La vente de Rafale en Inde ou encore l’affaire Agusta-Dassault en Belgique ne sont que 2 exemples parmis d’autres que la France joue également le jeu de la corruption.

      • Fake News pour les Rafales en Inde de très mauvaise qualité qui ont fait, en partie, perdre l’opposant à Modi qui avait lancé cela sur la place publique pour se faire ensuite laminé par la justice et toute les institutions publiques et privés qui ont enquêté sur ses fable 🙂 Qu’un francophone y croit alors que même l’opposition indienne à fait son mea culpa montre bien que les calomnies ne disparaissent jamais du net…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom