C’est la guerre des communications entre les deux parties prenantes : Talibans et US Department of Defense. Ce lundi 27 janvier 2020 en début d’après-midi un Bombardier E-11A appartenant à l’US Air Force s’est écrasé en Afghanistan, sans visiblement faire de survivant. Si les militaires américains demeurent très évasifs sur le sujet, se bornant à reconnaitre le drame, les forces islamistes elles annoncent de leur côté avoir abattu l’avion de guerre électronique. Qui a tort, qui a raison ?

Il était environ 13 heures 40, en heure locale, quand l’avion militaire américain s’est écrasé près du village afghan de Sado Khelo, à une grosse centaine de kilomètres au sud-ouest de Kaboul. Selon plusieurs témoins mais également des vidéos relayées par les services de communication des Talibans le biréacteur se serait embrasé en touchant le sol. Résultat : quand les services de secours et les forces spéciales américaines sont arrivées sur place il n’y avait plus personne à sauver. L’US Department of Defense confirme donc que tous les membres d’équipage de cet avion sont décédés.

Comme à son habitude le Pentagone demeure très opaque sur les missions entourant les très secrets Bombardier E-11A. On ignore par exemple le nombre exact de militaires et de civils américains se trouvant à bord de l’avion. Les différentes sources sérieuses parlent de 12 à 19 personnes. Il semble désormais clairement acquis que l’avion n’avait pas que des personnels de l’US Air Force à son bord. Des civils employés d’au moins un contractor se trouvaient à son bord ainsi que vraisemblablement des agents de la CIA.

À l’instar des trois autres avions de ce type encore en dotation dans l’US Air Force l’E-11A incriminé dans ce drame appartenait au 430th Expeditionary Electronic Combat Squadron dépendant de l’Air Combat Command. Porteur du serial 11-9358 il était en service opérationnel depuis 2013.

D’ailleurs c’est quoi un Bombardier E-11A ?
Comme son aspect et le nom de son constructeur le laisse entrevoir c’est un avion militaire dérivé du célèbre jet d’affaire canadien haut de gamme Global 6000. Mais il n’a rien d’un transport de hautes personnalités, même s’il n’est pas rare que des généraux américains prennent place à son bord. L’E-11A est ce que le Pentagone appelle un BACN, pour Battlefield Airborne Communications Node. En gros c’est un super relais aéroporté de communication, un peu à la manière des Boeing EC-135C Looking Glass de la guerre froide mais en beaucoup plus modernes. Le Bombardier E-11A dispose d’un équipement de bord classé hautement confidentiel par la défense américaine qui l’emploie uniquement dans des zones à risque élevé. Le BACN permet aux militaires américains de s’affranchir des reliefs pour transmettre des informations via des communications encryptées.
Cela n’a jamais été clairement confirmé mais l’avion pourrait également mener des missions de guerre psychologique.

Reste cependant une grosse inconnue dans ce drame survenu en Afghanistan : son origine. Quand les Américains continuent de se murer dans un silence de plus en plus pesant les Talibans de leur côté revendiquent clairement de l’avoir descendu. On sait que ces combattants islamistes disposent encore d’un vaste arsenal comprenant des missiles anti-aérien 9K32 Strela et 9K38 Igla ex-soviétiques mais également en plus petite quantité Anza pakistanais et QW-2 chinois. C’est ce qu’on appelle des ManPads, c’est à dire des missiles tirés par un seul servant depuis un poste de tir ou simplement épaulé ! Ces armes sont t-elles suffisantes pour abattre un des avions de guerre électronique les plus modernes du moment ? C’est fort possible.

Le résultat est donc que l’US Air Force a perdu un de ses avions les plus précieux et que l’Amérique continuer de masquer la vérité, en n’annonçant par exemple pas le nombre de morts. De quoi largement enrichir les discussions façon café du commerce des théoriciens du complot et autres adeptes d’idées souvent assez nébuleuses. Depuis l’annonce de ce crash ils se déchainent sur la toile.

Photo © Keypublishing

Publicité

3 COMMENTAIRES

  1. A noter que l’Iran (frontière commune avec l’Afghanistan) produit des manpads Misagh-1 et 2 (largement copiés des productions soviétiques et chinoises) qui peuvent avoir une portée maximum de 5000m. L »Armée Rouge a dü se retirer d’Afghanistan en ayant perdu la supériorité aérienne à basse altitude (hélicoptères, avions d’appui au sol Su-25 « Frogfoot », etc) à cause des manpads occidentaux, notamment des Stinger remis à la résistance.. Si les Talibans venaient à entrer en possession de quantités importantes de ces armes, la coalition US et l’OTAN ont du souci à se faire.

  2. Pourquoi l’USAF est encore présente en Afghanistan le président Obama l’avait totalement désengagé.

  3. Après le Triton abattu par l’Iran et celui-ci, ça fait le second appareil a trés haute valeur technologique et $$$ perdu en quelques mois par les US. Ca pique.

    Par contre si l’avion avait été réellement abattu par les talibans, je me doute que les vidéos du tir circuleraient déjà. Et il n’y aurait pas eu de démenti de leur part comme il y a eu juste après l’annonce. Le plus probable semble quand meme l’accident

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom