La décision est tombée ce lundi 24 février 2020 en début d’après-midi à Séoul. Toutes les participations de militaires sud-coréens à des manœuvres internationales sont dorénavant suspendues, y compris l’envoi d’aéronefs ou de navires de guerre. En cause la propagation très importante dans ce pays du coronavirus CoViD-19, le deuxième le plus concerné après la Chine. D’ores et déjà onze militaires sud-coréens sont confirmés comme infectés par la maladie.

C’est le pouvoir politique sud-coréen qui a pris cette décision : plus aucun militaire sud-coréen ne doit participer à un quelconque exercice avec une nation alliée. En sont cependant exclus les dits militaires qui se trouvaient déjà dans des pays étrangers avant l’apparition du coronavirus hors de Chine. La Corée du sud dispose en effet d’un contingent de militaires aux États-Unis dans le cadre de formations spécialisées. Ils ne sont donc pas impacté par cette interdiction.

La raison en est simple : onze militaires sont actuellement considérés comme malades en Corée du sud. Huit appartiennent à l’armée, deux à la marine, et un dernier à la Republic Of Korea Air Force. Au total 7900 membres, femmes et hommes, des forces de défense sud-coréennes sont actuellement placés à l’isolement. Et selon 350 d’entre-eux environ montreraient des signes préoccupants. C’est ce qui a motivé cette décision rarissime de suspendre la participation sud-coréenne à tous exercices internationaux. Il serait mal venu pour Séoul que des militaires sud-coréens infecte leurs collègues de forces amies.

Du coup les pilotes de Boeing F-15K et de General Dynamics KF-16 vont rester chez eux, avec leurs avions. Les premiers devaient participer prochainement à une série de manœuvres aériennes avec les forces américaines tandis que les seconds étaient prévus pour un exercice de défense aérienne avec l’aviation japonaise en fin de semaine. Un ravitailleur en vol Airbus DS A330 MRTT devait en outre accompagné les KF-16 jusqu’à l’archipel nippon, lui aussi ne quittera pas l’espace aérien sud-coréen.

En parallèle la ROKAF a annoncé avoir interrompu jusqu’à nouvel ordre tous vols d’entraînement des pilotes de la patrouille de présentation des Black Eagles, évoluant sur jet KAI T-50 Golden Eagle de facture locale. De même les vols de défense aérienne sont limités au strict minimum y compris ceux ayant lieu au sud de la DMZ, la zone démilitarisée inter-coréenne. Plus aucun vol de liaison n’est autorisé pour les avions sud-coréens vers les pays voisins, ainsi que les livraisons de matériels militaires.

Sans se refermer totalement sur elle-même la Corée du sud a pris un décision de bon sens assez forte en fermant temporairement ses forces de défense aux échanges internationaux.
Pour mémoire l’appellation CoViD-19 concerne le même coronavirus que celui désigné antérieurement nCOv 2019 et déjà responsable d’une belle pagaille aéronautique. En plus du triste décès de patients.

Photo © ROKAF

Publicité