C’est une des dernières forces aériennes en date à avoir décidé d’aménager ses opérations aériennes suite à la pandémie du coronavirus Covid19. Ce jeudi 2 avril 2020 la Royal New Zealand Air Force a annoncé qu’elle allait aménager trois de ses hélicoptères et deux avions afin de réaliser des évacuation sanitaires. Pour autant actuellement la Nouvelle-Zélande n’est que faiblement impacté par cette maladie. Il s’agit de modifications réalisées in-situ par les militaires eux-même.

À l’heure où ses lignes sont écrites le bilan néo-zélandais est fort heureusement bien plus faible qu’aux États-Unis ou que dans la majorité des pays européens. Actuellement le pays dénombre 868 cas confirmés dont 105 sont hospitalisés. Une victime est malheureusement d’ores et déjà décédée.

La décision du gouvernement a été prise dans deux objectifs : renforcer les moyens de lutte à l’intérieur du pays et permettre le rapatriement des citoyens néo-zélandais présents à l’étranger. C’est pour cela que les adaptations apportées aux aéronefs concernent à la fois des hélicoptères transformés en machines sanitaires et des avions-cargos adaptés aux missions d’évacuation à longue distance.

Dans le premier cas il d’un AgustaWestland AW.109 adapté spécialement pour le transport médicalisé d’un patient. L’autre modèle d’hélicoptère est le NH-90TTH Caïman qui peut dans son cas en accueillir deux. Rien ne dit cependant que dans le cas de ce dernier appareil les modifications soient similaires à celles réalisées en France par l’Armée de Terre.
Les Néo-Zélandais disposent d’un service de santé calqué sur celui du Royaume-Uni. Cependant ils possèdent moins d’hélicoptères sanitaires, proportionnellement parlant à leur population. C’est pourquoi le recours à une médicalisation des moyens militaires est bien acceptée dans ce pays traditionnellement connu pour son rejet massif des questions liées à la défense.

Au niveau des avions il s’agit avant tout d’un cargo Lockheed C-130H Hercules adapté pour l’accueil de 80 passagers et de leurs bagages sur palettes. Principalement ce sont des ressortissants coincés dans des pays actuellement touchés par le coronavirus Covid19 et qui souhaitent être rapatriés. Une quarantaine de quatorze jours est prévue à leur arrivée.
L’autre voilure fixe est un Beechcraft Super King Air 350. Normalement affecté aux missions de transport léger et d’entraînement multimoteur ce bimoteur à turbopropulseurs a été spécialement modifié afin d’accueillir un patient médicalisé et deux soignants.

Le gouvernement néo-zélandais entend mettre tous les moyens en sa disposition pour enrayer la propagation de ce coronavirus. Le trafic aérien a d’ailleurs été fortement réduit dans le pays, comme dans beaucoup d’autres.

Photo © RNZAF.

Publicité