On pourrait être tentés de l’appeler l’Arlésienne. En raison de la crise sanitaire mondiale les certifications de type du Leonardo AW609 vont être encore repoussées, de quelques semaines. Un coup dur pour celui qui demeure le premier convertiplane à usage civil au monde, et une grande réussite technologique de l’industrie aéronautique européenne. Pour autant les espoirs restent entiers en Italie, pays où il est produit.

Testé par les autorités aéronautiques américaines et européennes les certifications du Leonardo AW609 auraient du intervenir entre ce début de mois d’avril et la mi-juin 2020. Finalement elles devraient toutes deux avoir lieu dans le courant de l’été. Un retard de quelques semaines, un de plus diront les détracteurs de la machine.

Car initié par Agusta et Bell, il a été repris par Agusta-Westland avant d’échouer entre les mains de Leonardo. Surtout il ressemble à un sérieux coup de poker. Un premier convertiplane civil dédié aux vols commerciaux d’affaire à hauteur de neuf places, ce n’est pas gagné ! Face à lui des hélicoptères de renom pourraient bien tuer son marché.

Qu’il semble loin désormais ce 6 mars 2003 quand l’avion réalisa son premier vol… comme voilure tournante. La translation, c’est à dire le passage de pales de rotors vers hélices, fut compliqué à bien des égards. Mais depuis deux ans et demi il enchaîne les vols d’essais afin de prouver aux autorités d’aviation civile qu’une telle machine à sa place sur les aérodromes et héliports du globe. Les pilotes d’essais ne comptent pas leurs heures tandis que les constructeurs Airbus Helicopters et Bell Helicopter commencent à entrevoir un rude concurrent. À tel point même que le premier d’entre-eux va bientôt lancer dans la bataille son propre appareil : le Racer. Ce dernier est dérivé du célèbre X3 expérimental.
En fait l’AW609 tient beaucoup plus du V-22 Osprey ou même du futur V-280 Valor conçu pour les besoins des militaires américains.

L’AW609 ici sous immatriculation civile américaine.

L’année 2020, noire pour l’aéronautique en raison de cette saleté de Covid19, pourrait donc nous offrir aussi un beau cadeau : les débuts d’un convertiplane civil. Et en plus il est européen… avec des turbopropulseurs canadiens. Il faut savoir que Leonardo planche déjà sur une version agrandie destinée à accueillir une vingtaine de passagers : le NextGenCTR, pour Next-Generation Civil Tiltrotor, dont l’entrée en service est planifiée pour l’horizon 2027-2028.
Affaire donc à suivre.

Photos © Leonardo.

Publicité

9 COMMENTAIRES

    • C’est notre rôle en cette morose période de confinement que de donner à lire à nos lecteurs et lectrices autre chose que de morbides décomptes de décédés du Covid19 ou de personnes hospitalisés sur des lits de réa. Nous sommes AvionsLégendaires, pas BFMTV ou France24. Si ça permet de changer les idées des uns et des unes, alors c’est que la mission est remplie cher Philippe.

  1. Depuis de nombreuses années je me delecte de vos articles et je tiens à vous en remercier chaleureusement
    Ne connaissant pas grand chose à l’aéronautique c’est vraiment un bonheur de découvrir chaque jour des sujets passionnants, qui sortent de l’ordinaire. Et la tonalité générale y compris parfois quelques coups de gueule me plait également!
    Merci de continuer à me faire rêver !
    Prenez soin de vous !

  2. Quelle bonne nouvelle quand même ! A-t-on une idée de la distance franchissable ? Est-ce qu’il risque de concurrencer certains ATR ?
    Merci d’avance

  3. 20 ans de conception et toujours pas en service. Celà démontre l’extrême complexité d’une machine comme celle-là qui peut faire peur aux futurs acheteurs niveau maintenance.
    Il faudra que les futurs acheteurs aient une bonne raison d’acheter un aéronef comme celui-ci ( 1900 km d’autonomie, croisière à 510 km/h, seulement 9 passagers ) et non un avion d’affaire ou hélicoptère classique. 2 fois le prix d’un hélico ou le prix d’un petit avion d’affaire mais avec des caractéristiques bien moindre a ce dernier.
    C’est donc un vrai pari risqué.

  4. juste un éclaircissement Augusta Westland appartenait déjà à 100% à FINMECCANICA qui a changé de nom en LEONARDO en 2017 c’est la même entreprise avec les filiales suivantes:
    ATR 50% avions · Agusta Westland hélicoptères · MBDA 25% missiles · Thales Alenia Space 33% satellites ·
    Alenia Aeronautica · Aermacchi avions M345 M346 M346FA Eurofighter Typhoon, fabrication du F-35 JSF pour Europe C27J MC27J ATR42MP ATR 72MP / drones, Euro MALE RPAS, nEUROn / avionique / ·
    OTO Melara Canons, chars d’assaut, véhicules transport de troupes ·· · Leonardo DRS · Selex ES électronic / radars /communications · Telespazio 67% fusés VEGA · Selex Sistemi Integratic . Kopter hélicoptères …Vitrociset information comunication logistique ….
    voir: .https://www.leonardocompany.com/en/home

  5. Bonjour Arnaud
    Je me joins au précédents messages pour te remercier de cet article très intéressant. J’ai plusieurs questions au sujet de ce type d’avion. 1° quelle est la durée de translation, entre hélice à l’horizontale et verticale. 2° les moteurs pivotent t’ils en même temps (synchronisé) ou pas. 3° pendant le temps de translation, l’ aéronef perd t’il de l’altitude. je sais cela fait beaucoup de questions !
    Yves

    • La translation n’a à ma connaissance jamais été chronométrée mais pour l’avoir vu elle ne prend que quelques secondes et l’avion ne perd pas d’altitude durant cette phase. Ou bien il ne semble pas en perdre. Et oui les moteurs sont totalement synchronisés, heureusement ai-je envie de dire.
      Ensuite merci pour votre gentille appréciation Yves.

Comments are closed.