Le torchon brûle entre les deux superpuissances asiatiques. Depuis quelques jours des échauffourées opposent des troupes chinoises aux forces indiennes dans l’état du Sikkim. Ce qui au départ ne ressemblait qu’à un regrettable incident frontalier tourne aujourd’hui à un véritable bras de fer où la Chine n’hésite plus à envoyer des hélicoptères armés au-dessus de positions indiennes. L’Indian Air Force a même été obligé d’envoyer sur zone deux chasseurs.

Hasard ou coïncidence c’est dans cette même région septentrionale indienne que la semaine dernière un hélicoptère indien s’était écrasé. Tout est partie le surlendemain de ce crash d’un incident frontalier. Ce samedi 9 mai 2020 à environ 5000 mètres d’altitude des troupes alpines indiennes et chinoises se sont accrochées, mais côté indien. Le bilan a été assez lourd puisque quatre soldats indiens et sept fantassins chinois ont été blessés par arme à feu. Ils ont pu être tous évacué sans dommage. Et tous ont heureusement survécu. Mais dès lors les tensions ne sont pas redescendues.
Dans cette zone montagneuse la limite entre la Chine et l’Inde a toujours été sujet à caution, enfin surtout depuis que Pékin a envahi et annexé le Tibet. Avant cela la question ne se posait pas le Sikkim n’était alors pas frontalier de la Chine.

Et ce lundi 11 mai la Chine a remis le couvert quand des troupes ont de nouveau franchi à plusieurs reprises la frontière avec l’Inde. Le temps que les chasseurs alpins indiens arrivent et leurs ennemis avaient fui.
Le niveau est monté d’un cran ce mardi 12 mai 2020 quand quatre (peut-être cinq) hélicoptères chinois ont franchi la frontière et violé l’espace aérien souverain de l’Inde sur près de cinq kilomètres. D’après les témoins il s’agissait de deux (peut-être trois) Mil Mi-17 de transport de troupes et de deux Harbin WZ-9 d’appui tactique rapproché. Ces derniers étaient visiblement lourdement armés.

Ayant accroché les hélicoptères chinois au radar l’Indian Air Force a décidé de hausser le ton en envoyant sa chasse. Ça tombe bien deux biréacteurs multi-rôles Sukhoi Su-30MKI étaient en entraînement non loin de là. Déroutés ils ont pu survoler le col de l’état du Sikkim où les hélicoptères avaient été repérés. Et quelques secondes plus tard ils rejoignaient les hélicoptères intrus. Visiblement la présence de ces deux imposants chasseurs a réussi à convaincre les équipages chinois de repasser de l’autre côté de la frontière. Les chasseurs indiens ont encore patrouillé près d’une demi-heure à la recherche d’éventuels fantassins chinois au sol avant de rentrer à leur base.

Désormais l’Inde concentre également ses surveillances sur le lac Pangong Tso situé bien plus à l’ouest, dans le Cachemire où là encore des troupes chinoises ont été aperçues. Cette étendue d’eau partiellement gelée toute l’année est elle-aussi frontalière. Officiellement l’Inde en possède un tiers de la superficie mais la Chine le revendique dans son intégralité. Depuis les récents incidents du Sikkim l’aviation indienne intensifie ses patrouilles afin d’éviter les incursions du puissant voisin.

La Chine est actuellement un des principaux utilisateurs militaires du Mil Mi-17 russe.

Pour autant les diplomaties chinoises et indiennes entendent désamorcer la situation et faire descendre progressivement la tension. Un conflit, même très court, entre les deux superpuissances régionales serait mauvais pour l’une autant que pour l’autre.

Photos © Keypublishing.

Publicité

3 COMMENTAIRES

  1. La Chine commence à prendre un peu (beaucoup) ses aises avec ses voisins. Ca ne m’étonnerait pas qu’ils se prennent une claque sur le nez dans pas longtemps, que ce soit par l’Inde ou par le Japon, les deux autres puissances notables de la région (j’exclue volontairement la Corée du Sud du lot, c’est moins « chaud » par chez eux, je pense).

  2. les indiens devraient commander plus de rafale histoire de montrer un peu plus les muscle et surtout dissuader la Chine qui est en train de montrer au monde son vrai visage. Et on sait depuis la seconde guerre mondiale, Celui qui domine le ciel remporte la victoire. Un seul avion américain avait coulé le maxi cuirassé Yamamoto. Alors avoir plus d’avions multirôles qui sont ce qui ce fait de mieux aujourd’hui, ça serait pas de l’argent dépensé pour rien et si ça peut aider les indiens à prendre une décision qui ne prenne pas 20 ans car c’est pas des rapides!!!

  3. Bonjour,
    Merci pour votre couverture de l’actualité dans des régions peu investies par les médias français.
    Avez-vous une source concernant les blessures par balles ?
    La plupart des sources auxquelles j’ai accès font mention de jets de pierre et de « bloody noses », mais sans faire état de coups de feu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom