C’est un cap symbolique dans l’action antiterroriste européenne en Afrique. Les hélicoptères de transport lourd Boeing Chinook HC.5 britanniques déployés en renfort des forces françaises dans le cadre de l’opération Barkhane viennent de dépasser les 2000 heures de vols en opérations. Certains en France annonçaient la fin de cette coopération à la suite du Brexit : ils avaient tort. Ils y forment le temporaire Flight 1310.

L’envoi dans la région de ces hélicoptères entre dans le cadre de la coopération européenne de défense mais fut décidé suite au sommet franco-britannique de Sandhurst de janvier 2018. Il s’agissait alors d’apporter un appui aux forces françaises déployées dans le cadre des opérations anti-djihadistes au Sahel. Les hélicoptères britanniques y sont arrivés au début de l’été 2018. Et très vite ils étaient «dans le bain».

La Royal Air Force utilisa pour l’occasion son N°18 Squadron et trois de ses Boeing Chinook HC.5. Pour des raisons administratives bien britanniques ils y formèrent immédiatement le Flight 1310 qui sera dissous dès lors que les Britanniques quitteront la région. Et à priori ce n’est pas à l’ordre du jour, même si un doute a existé il y a quelques semaines.
En effet la décision de Londres d’expédier deux Westland Puma HC.2 au sein de la MINUSMA jeta un doute. La RAF pouvait-elle à la fois réaliser des missions de guerre et de maintien de la paix ? Visiblement c’est oui puisque les Puma britanniques seront peints en blanc et porteurs des marquages internationaux.

C’est un véritable ouf de soulagement pour les forces françaises pour qui le Chinook HC.5 est bien plus qu’un transporteur de troupes. L’hélicoptère birotor britannique assure également des missions de transport de charges sous élingues. Ravitaillement des avants-postes, matériels, véhicules légers, tout est bon à soulever et les équipages de Sa Majesté se transforment en grutiers du ciel africain.
En 2000 heures de vols ces rustiques mais très modernes hélicoptères ont transporté rien moins que 1000 tonnes de fret et 12000 soldats français. À coups de 40 à 50 fantassins ou commandos par rotations, les forces britanniques n’ont pas comptés leurs heures.

Seule petite ombre au tableau la Royal Air Force a décidé en janvier 2020 que désormais ses hélicoptères ne décolleraient plus lorsque la température extérieure dépasse les 48°C sous abri. Une décision qui peut se comprendre autant pour protéger ses équipages que ses machines. Il est à signaler que la crise du coronavirus Covid19 n’a cependant en rien entamé la détermination et la disponibilité de nos alliés britanniques. Durant les deux derniers mois et demi les trois hélicoptères ont volé un total de 340 heures de vols, assurant aussi bien le transport de troupes que de fret. La guerre ne s’arrête pas malgré la pandémie.

Alors bien sûr ces très bons chiffres britanniques au sein de la force Barkhane risquent de relancer le débat sur une acquisition française du Chinook. Mais à mon sens ils soulignent surtout que malgré le Brexit les relations militaires franco-britanniques sont toujours aussi fortes. La défense européenne peut aussi exister au-delà de l’UE, la preuve avec cette mission malienne de la RAF.

Photos © UK Ministry of Defense.

 

Publicité

1 COMMENTAIRE

  1. Excellent article Arnaud. Tout à été dit, les Britanniques ont toujours été de très bons soldats de tout temps.

    Je pense qu’il n’y a rien à rajouter sur l’emploi des Chinook. Ils ont fait, ils font et il feront toujours leurs preuves.

    Si maintenant polémique il doit y avoir, il faut que nos responsables enlèvent le sable du désert dans leurs yeux et regardent la réalité en face.

    Mais bon, ni vous, ni moi, ni le reste de la population n’y pouvons rien. Nous ne détenons pas les pouvoirs de décision.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom