Que les fans de science-fiction se rassurent on en est pas encore à voir voler des Tie Fighters et des X-Wings pour de vrai ! Un canon-laser sera installé sur une canonnière volante Lockheed-Martin AC-130J Ghostrider en plus de son armement habituel. Une démonstration est d’ores et déjà annoncée pour 2022 sans toutefois qu’une date soit réellement arrêtée. Et c’est donc l’Air Force Special Operations Command qui pilotera ce programme.

En fait l’idée d’installer une arme laser sur un aéronef militaire n’a rien de nouvelle aux États-Unis. Déjà au début de ce siècle l’US Air Force avait modifié un avion de ligne Boeing 747-400 sous la forme de l’YAL-1A demeuré sans suite. Ce programme est donc en quelques sortes sa continuité.
Pour autant il n’est pas totalement dans la même veine.

En effet quand le Boeing YAL-1A visait à la destruction de missiles balistiques le futur canon laser embarqué sur canonnière volante aura pour objectif des cibles au sol. Et c’est donc un Lockheed-Martin AC-130J Ghostrider qui assurera son emport et sa mise en œuvre.
Dernier né des célèbres Spectre de la guerre froide le Ghostrider est en temps normal armé d’un canon-mitrailleur GAU-23A de calibre 30mm, d’un obusier M102 de calibre 105mm et de charges externes. Des bombes guidées par GPS et/ou laser de type GBU-39, des missiles air-sol AGM-114 Hellfire et AGM-176 Griffin complètent cet armement déjà dévastateur.
Et donc très bientôt, sur un de ces avions, un canon laser.

Il s’agira d’une arme à haute énergie de 60 kilowatts permettant une destruction ciblée, silencieuse, et précise, de cibles au sol particulièrement protégées. Le laser à haute énergie pourrait selon le Pentagone remplacer dans les décennies à venir les canons type Gatling voire même le fameux obusier de 105mm des Spooky et autres Ghostrider.

Pour autant tout n’est pas rose aux États-Unis concernant ce type d’armes. Au Pentagone des voix s’élèvent déjà pour dire que les lasers à haute énergie sont inaptes à l’emploi depuis des aéronefs en raison de leur encombrement, de leurs masses, ou encore de la complexité de l’arme en elle-même. Pour ces experts le laser à haute énergie est une arme avant tout destinée à des embarquements sur navires de guerre voire sur engins terrestres adaptés.

C’est donc vraisemblablement d’ici deux ans que nous saurons qui avait raison :  les pros ou les antis laser sur aéronefs. Il est possible que si les premiers l’emportent ce soit une révolution comme le fut durant la Seconde Guerre mondiale l’apparition des premiers missiles air-sol et air-surface.
Affaire donc à suivre.

Photo © US Air Force

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom