FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Boeing YAL-1A
Constructeur : Boeing Company
Désignation : YAL-1A
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 2002
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Avions expérimentaux
Rôle et missions : Prototype d'avion de défense anti-missile

HISTOIRE

Boeing YAL-1A :
Le canon laser volant.”

Au lendemain de la Guerre du Golfe les États-Unis et leurs alliés britanniques, français et israéliens comprirent l’importance qu’avaient pris les missiles balistiques conventionnels, mais aussi chimiques ou bactériologiques, dans la guerre contemporaine. En effet les forces irakiennes avaient lancés plusieurs centaines de missiles Scud d’origine soviétiques, mais modifiés localement, sur des objéctifs situés aussi bien en Arabie-Saoudite, où stationnaient les forces de la coallition, que contre le territoire israélien. Les batteries de missiles anti-missiles se révélèrent rapidement complêtement inefficace face aux armes irakiennes. C’est ainsi que le Department of Defence (DoD, ministère américain de la défense) étudia la possibilité de disposer d’avion spécialement armés et patrouillant dans les zônes suscéptibles d’être frappées par les missiles sol-sol ennemis. Après plusieurs mois apparu un nouveau projet très ambitieux : le laser embarqué. C’est ainsi qu’est né le programme qui devait déboucher sur l’un des prototypes d’avions de combat les plus chers de l’Histoire : le Boeing YAL-1A.

En 1994 le DoD lança donc une étude de faisabilité pour un canon laser mégajoule embarqué sur un avion. Le programme, désigné ABL, pour Airborne Laser, était alors scindé en deux sous-programmes. Un premier mené par diverses industries d’armements sous la conduite de Boeing Company, et un second regroupant plusieurs avionneurs devant fournir un avion capable de recevoir le dit canon-laser. Alors que les essais pour cette arme de très haute technologie étaient menées dans le plus grand secret dans divers centres de recherches de l’US Army et de l’US Air Force, le DoD examina les différents appareils proposés : Boeing avançait son avion de ligne quadriréacteur 747-400 en version de transport de fret, Lockheed proposait d’adapter un C-141B, et McDonnell Douglas proposait de son côté de transformer un avion de ligne triréacteur DC-10. Finalement en 1999 l’état-major américain sélectionna le 747-400.

Dès 1998 l’US Air Force commença à tester des canons lasers de faible puissance depuis un avion d’essais NKC-135R de l’US Air Force. En 2000 les militaires et industriels américains commencèrent les essais du nouveau canon appelé à être gréé sur le 747-400. Contrairement à ce que l’imaginaire collectif, véhiculé par la science-fiction, semble montrer, le canon laser n’est pas destiné à détruire sa cible, mais à endommager son enveloppe, ou son fuselage dans le cas d’un avion, et donc à perturber sa pénétration dans l’air, conduisant à la désintégration de la cible, ou à son crash.

Désigné YAL-1A l’avion en question est un 747-400F de transport de fret spécialement modifié dans les usines Boeing de Wichita au Kansas. Extérieurement il se différencie d’un 747-400F classique par le canon laser installé dans le nez de l’avion, par la nacelle de désignation et de poursuite de cibles installé sur le dessus du fuselage et contenant trois lasers de plus petites tailles. En outre l’YAL-1A est doté de winglets, de petites ailettes de stabilisation, installés en bout d’aile pour compenser l’effet de vrille généré par le canon lors des phases d’approche et de décollage. L’avion ainsi modifié a effectué son premier vol le 18 juillet 2002.

Les essais de tirs opérationnels ont commencé en 2004 sur divers cibles volantes, mais également sur des missiles ICBM, et sur des drones. En effet deux avions cibles télépilotés QF-4J ont été abattus en vol par des tirs laser de l’YAL-1A. Disposant du numéro de série Air Force 00-0001, le Boeing YAL-1A a été testé au sein du 452nd Flight Test Squadron d’Edwards-AFB en Californie jusqu’en 2011.

Entre 1994 et 2011 le programme ABL a coûté plus de six milliards de dollars aux contribuables américains, faisant de l’YAL-1A l’avion de combat le plus cher à l’unité, devant le Northrop B-2A. La Russie a également lancé un programme similaire, se basant sur un avion de transport militaire Ilyushin Il-76, mais ce programme a été la encore abandonné, suite à des difficultés financières. Son prototype a été envoyé sur la base de stockage de Davis-Monthan pour y être entreposé, une fois son armement très particulier déposé.

Encore aujourd’hui le Boeing YAL-1A représente une des programmes aéronautiques américains parmi les plus impressionnants et les plus ambitieux. Mais aussi un véritable gouffre financier pour le contribuable américain autant que pour l’US Air Force. Cette dernière n’a d’ailleurs pas perdu l’idée de disposer d’un laser aéroporté de lutte anti-missile, même si désormais elle s’oriente plus vers son montage sur un drone de grande taille.

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Boeing YAL-1A
Envergure : 64.40 m winglets inclus.
Longueur : 72.20 m
Hauteur : 19.41 m
Motorisation : 4 réacteurs à double flux General Electric CF6-80C2B1
Puissance totale : 4 x 28193 kgp.
Armement : 1 canon laser chimique iode-oxygène d'une puissance de 1 Mégawatt.
Charge utile :
Poids en charge : 377850 kg
Vitesse max. : 915 km/h à 9200 m
Plafond pratique : 15500 m
Distance max. : 9950 Km sans ravitaillement en vol.
Equipage : 10
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Boeing YAL-1A

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Boeing YAL-1A

VIDÉO

Décollage du Boeing YAL-1A