Le torchon brûle entre Berlin et Washington quant à la présence militaire américaine en Allemagne. De récentes déclarations officielles de la Maison Blanche laissent à supposer que l’US Air Force pourrait partiellement quitter ses installations d’outre-Rhin pour rejoindre la Pologne. D’autant que cette dernière a offert depuis plusieurs mois d’accueillir les avions américains de manière permanente. Une situation observée de près par Moscou.

Tout est partie en fait d’une déclaration de Donald Trump sur la participation financière de l’Allemagne au budget de l’OTAN. L’actuel locataire du bureau ovale estime que celle-ci est trop faible et que les Allemands ne font pas les efforts suffisants en matière de dépenses liées à la défense. En fait pour Trump les Allemands n’achètent pas assez d’équipements made-in USA. Et ce malgré la récente commande d’avions de combat auprès de Boeing.
Et pour une fois il n’a pas totalement tort. Mais cela s’explique aussi par un choix politique de la part de la chancelière Angela Merkel qui préfère privilégier la future Europe de défense et donc l’industrie européenne à l’OTAN et au complexe militaro-industriel des États-Unis. Lequel c’est bien connu a largement favorisé l’élection de Donald Trump voici quatre ans.

Chasseurs américains déployés en permanence en Allemagne.

C’est donc bien plus un choix purement politique que stratégique qui pousse les Américains à vouloir déplacer leurs troupes, autant l’US Army que l’US Air Force. Et ça tombe bien car la Pologne est très demandeuse à ce niveau-là. Pour faire simple (certains diront sans doute simpliste) Trump est mauvais perdant et pense ainsi punir les Allemands en faisant partir ses troupes. Là par contre son calcul n’est pas très intelligent ni réfléchi.
Certes on pourrait se dire que des familles de militaires américains en moins c’est une grosse perte de pouvoir d’achat pour les villes de garnisons, mais ce serait une lecture bien franco-française de la situation. Car en Allemagne les bases américaines sont des enclaves américaines en territoire allemand. Les interactions économiques et sociales sont limitées au strict minimum et ce depuis le début de la guerre froide. L’exemple le plus frappant est le Kaiserslautern Military Community. Cet ensemble communautaire rattaché à l’US Air Force et notamment à Ramstein AB dispose de tout ce qu’il faut à une famille américaine pour se sentir chez elle. Du fast-food cuisinant la junk food la plus infâme à la cafétéria servant du mauvais café en passant par un hôpital dernier cri ou encore bien entendu un système scolaire totalement indépendant de celui existant outre-Rhin. Même la bannière étoilée y flotte en maîtresse. C’est l’Amérique… au milieu de l’Allemagne.
Or pour les Allemands la présence américaine commence à ressembler à une occupation militaire. Il faut dire qu’ils sont là depuis 1945 ! Trois quatre de siècle ça commence à faire beaucoup aux yeux de certains.

Alors le Pentagone estime aujourd’hui les possibilités. Et concernant l’US Air Force on parle désormais de la fermeture partielle d’une base aérienne. Deux y existent : Ramstein AB donc à quelques dizaines de kilomètres de la frontière française et Spangdahlem AB située près du Luxembourg. C’est cette dernière qui pourrait voir ses effectifs et ses avions déménager vers la Pologne.
Le 52th Fighter Wing quitterait ainsi la région avec ses monoréacteurs General Dynamics F-16C/D Fighting Falcon, au grand soulagement des populations locales qui n’en peuvent plus des rotations diurnes et nocturnes de la chasse américaine. Les recours légaux s’accumulent sur les bureaux des juges de Mayence contre les avions de Spangdahlem AB, sans résultat.

Le déménagement d’unités basées à Ramstein AB est plus complexe. En effet cette base abrite surtout des avions de transport : le 86th Airlift Wing qui dispose de quatre modèles d’appareils très différents : des Boeing C-40C, Bombardier C-21A, et Gulfstream C-20H d’un côté et des Lockheed-Martin C-130J Super Hercules de l’autre. Or les trois premiers modèles sont liés à la présence à Ramstein de l’état-major de la 3rd Air Force. Les avions-cargos pourraient à la rigueur quitter la région mais là encore serait-ce intéressant pour les positions américaines ? Ce n’est pas gagné !

Sous bien des aspects Ramstein AB ressemble plus à un aéroport qu’à une base militaire.

Et du coup c’est donc la Pologne qui accueillerait toute cette flotte d’avions. Au grand dam de la Russie qui verrait ainsi se rapprocher d’elle des moyens militaires américains encore plus lourds, et surtout plus pérennes.
Dans les faits c’est au cours de cet été que le déménagement aura lieu, Trump espérant que d’ici à fin septembre un tiers des forces américaines ait quitté l’Allemagne. Ce qui représente tout de même 25000 combattants, plus leurs familles éventuelles.
Affaire donc à suivre.

Photos © US Air Force.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom