C’est une grande première depuis 1945. Le Président de la République Emmanuel Macron a tranché : aucun défilé du 14 juillet cette année à Paris. En lieu et place le chef de l’état décide de mettre en avant les héros du quotidien qui au cours des trois derniers mois ont permis de maintenir la France à flot. Une décision d’ores et déjà très discutée et qui risque de l’être encore dans les semaines à venir.

Bon OK le monde d’après n’est pas censé ressemblé au monde d’avant. Mais là c’est un marqueur de l’année pour des millions de nos concitoyens. À l’instar des rassemblements syndicaux du 1er mai le défilé des troupes françaises (et parfois étrangères) n’aura pas lieu en 2020. Fin du confinement oblige.
Aucune chance donc cette année de voir Paris survolée par les Alpha Jet tricolores de la Patrouille de France, par les A330 MRTT Phénix et les Rafale B de la composante stratégique, par les nouveaux KC-130J Super Hercules de ravitaillement en vol, ou encore par les toujours impressionnants hélicoptères Tigre de l’ALAT.

Les pavés parisiens ne raisonneront pas du pas des aviateurs, marins, et fantassins, des différentes écoles militaires, des formations du ministère de l’intérieur, des engins du génie, des chevaux de la Garde Républicaine, ou encore des célèbres camions rouges des pompiers de Paris. Et ce sera donc une grande première depuis la Libération, en ce 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Si entre 1974 et 1981 le défilé a beaucoup déménagé dans Paris, depuis 1981 et la présidence de François Mitterrand il était revenu chez lui : au-dessus et sur l’avenue des Champs-Élysées.

Cette année donc en lieu et place l’Élysée veut mettre en avant les héros du Covid19. Ces femmes et ces hommes qui ont tenu la «première ligne» durant la crise sanitaire : médecins infirmières et aides-soignants évidemment mais également les employés de la grande distribution, les éboueurs et personnels de voirie, les agriculteurs, et les forces de sécurités et de secours.
Si l’idée en elle-même est séduisante beaucoup (comme moi) se disent qu’on aurait pu mettre en avant ces héros du quotidien sans pour autant oublier nos militaires et forces de sécurité. Mais bon l’histoire retiendra qu’un autre choix a été fait.

Photo © Arnaud Lambert.

Publicité

7 COMMENTAIRES

  1. Oui, je sais que l’on dit que c’est pour le covid, mais la vraie raison et qu’il y a des risques de dérapage et bientôt en France il sera tabou de faire une fête nationale. Cachez tous les symboles français, ils sont détestés par nos propres compatriotes, j’irai voir la patrouille de France dans les meetings.

  2. Je comprends la déception que vous pouvez ressentir en France.
    Le Covid 19 provoque également des modifications majeures aux célébrations entourant la Fête nationale du Québec, le 23 et 24 juin. Habituellement il se tenait le 23 juin un grand spectacle à Québec et un autre le 24 à Montréal et de nombreuses fêtes populaires étaient organisées (comme en France) dans les différents quartiers et municipalités du Québec. A la place se tiendra seul et grand spectacle le 23 juin à Trois-Rivières. Il sera diffusé en direct à la grandeur du Québec par l’entremise des les quatre grands réseaux: TVA, Radio-Canada, V et Télé-Québec. Ce « /$%& de Covid devrait également changer les célébrations entourant la fête du Canada le 1 juillet.

  3. J’ai entendu hier hier aux infos sur France 2 qu’il y aurait bien un défilé aérien. Je ne vois pas trop l’intérêt s’il n’y a personne pour voir les avions et hélico.

    • Pour l’instant c’est le grand flou, il pourrait y avoir un défilé d’avions et d’hélicos de transport ayant servi durant Résilience. Évidemment TF1 et France2 retransmettrons l’évènement, mais il aura l’air assez cheap vis à vis d’un traditionnel défilé. L’Élysée et Balard ont encore le temps de changer leur fusil d’épaule s’ils voient que leur programme n’est pas apprécié des Français.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom