C’est un incendie qui marquera sans doute les mémoires aux États-Unis, et forcément au-delà. Le feu qui s’est déclaré à bord du porte-aéronefs USS Bonhomme Richard est désormais maîtrisé à 100% et le navire n’a pas coulé ! Pour la photo de cette semaine nous avons choisi de vous proposer un Sikorsky MH-60S Knighthawk de l’escadron HSC-3 intervenu sur ce sinistre. Ces hélicoptères disposent aujourd’hui d’un capital sympathie très élevé outre-Atlantique.

Knighthawk de lutte anti-feu au-dessus de la baie de San Diego.

Vous aurez forcément reconnu sous ce MH-60S Knighthawk le célèbre dispositif anti-incendie appelé Bambi Bucket. Plus habituellement employé pour la lutte contre les feux il a servi cette fois à un total de 1200 largages au-dessus du porte-aéronefs américain. De l’eau qui a servi autant à refroidir la superstructure du navire qu’à éteindre les flammes par ruissellement.

Photo © US Navy.

Publicité

5 COMMENTAIRES

  1. Il n’a pas coulé mais il a brûlé pendant 4 jours et avec toute l’eau envoyé dedans il commençait à pencher. A voir maintenant si ça vaut le coût de le réparer ou de l’envoyer à la ferraille car c’est un navire pas récent mais pas vieux non plus, il est à mi-vie. Gros dilemme pour la Navy.

  2. Des dizaines de kilomètres de câbles électriques brûlés, des cloisons et des portes étanches à l’intégrité compromises, un système de conditionnement d’air fortement endommagé et j’en passe, le feu est le pire ennemi d’un navire, échappée ét coursives étroites tout ça a quai avec une pleine bordée de permissionaires et des personnels civils peu entraînés à la lutte contre le feu, avenir incertain pour le Bonhomme Richard malheureusement…

  3. Il y a une constante que l’on retrouve souvent concernant les navires de guerre en cale sèche ou en grand entretien par des sociétés civiles chose que l’on retrouve à terre sur de grand bâtiment la multitude des intervenants et des sous traitants révèlent la plupart du temps dés trous dans la raquette au niveau de la sécurité,hors ces mêmes entreprises ont très peu de problèmes lors de construction du neuf,mais des problèmes récurents sur l’entretien de l’ancien,il est certain que les conditions d’action dans les divers pays vont se durcir.

    • Il risque d’y avoir du ménage aussi à Toulon et Brest ? ( ce n’est pas une polémique ) c’est ce que vous voulez dire ? C’est vrai que les russes ont, eux aussi montrés un bon exemple …

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom