La décision sanitaire prise la semaine dernière par l’état hébreu aura forcément des répercussions fortes sur le trafic aérien commercial. Pour autant depuis ce vendredi 18 septembre 2020 et l’entrée en vigueur du reconfinement généralisé des populations en Israël le niveau d’activité de Heyl Ha’Avir demeure élevé. Les vols non prioritaires sont suspendus pour trois semaines mais pas la défense aérienne et certaines missions de soutien. L’état-major israélien se souvient sans doute du tôlé après l’annonce de l’annulation du défilé aérien de la fête d’indépendance.

Selon les généraux israéliens baisser le niveau d’alerte sur la sécurité aérienne dans le pays reviendrait à un aveu de faiblesse vis à vis de ses deux principaux ennemis dans la région : l’Iran et la Syrie. Or ils ne peuvent pas se le permettre. C’est pourquoi la chasse israélienne maintient le même niveau d’alerte aérienne pendant cette deuxième phase de confinement qu’avant la première. Des avions de combat assurent toujours en permanence une couverture air-air optimale tandis que d’autres sont maintenus en condition pour permettre un décollage en urgence.

Si la dans la plus part des grandes puissances européennes comme la France ou l’Italie il s’agit uniquement d’avions gréés en armement air-air (ou dans certains rares cas en arme nucléaire) ce n’est pas le cas dans l’état hébreu. En effet Heyl Ha’Avir dispose également d’avions de combat d’alertes armés de munitions air-sol de précision, au cas où une riposte à un attentat ou à une attaque étrangère était décidée. Il s’agit d’un processus né après la guerre de 1973.

Actuellement donc des vols sont suspendus au moins pendant trois semaines : les missions d’entraînement des écoles d’aviation militaire. Les jeunes apprentis pilotes israéliens vont donc devoir faire la queue à la porte des simulateurs de vols. Covid19 oblige ils ne peuvent plus embarquer dans leurs avions et hélicoptères de formation.
Il en est de même des missions de transport non essentielles.

Le ciel de l’état hébreu risque donc d’être bien vide durant les trois prochaines semaines. Hormis ça et là des chasseurs General Dynamics F-16C/D Barak et Lockheed-Martin F-35I Adir pour de citer qu’eux on ne risque pas de voir grand chose. Si bien sûr des AWACS, mais eux évoluent vraiment à haute altitude.

Photo © Heyl Ha’Avir

Publicité

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom