Voilà un marché d’armement qui crée localement des remous, jusqu’au plus haut niveau de l’état. Depuis un peu plus de deux ans maintenant la force aérienne bulgare a lancé un programme visant au remplacement de ses vieux Mikoyan MiG-29 acquis durant l’époque soviétique. Après bien des atermoiements si deux avions se sont clairement détachés du lot au final il semble bien que ce soit Lockheed-Martin avec son F-16V Viper qui l’emporte officiellement dans quelques semaines. Il ne faut pas oublier en outre que ce marché était fermé aux avionneurs russes et chinois.

Les deux derniers avions de combat encore en lice étaient donc le Lockheed-Martin F-16 Viper américain et le Saab JAS-39C/D Gripen suédois. Deux machines très modernes parmi les plus petites du marché. En fait très rapidement la Bulgarie avait fermé la porte aux plus onéreux comme le Boeing F/A-18E/F Super Hornet, le Dassault Aviation Rafale, l’Eurofighter EF-2000 Typhoon, ou encore le Lockheed-Martin F-35A Lightning II. Malgré les aides financières de l’OTAN ces quatre modèles étaient hors de portée des cordons de la bourse bulgare.

S’est alors engagée une véritable guerre commerciale entre les deux avionneurs sur fond de tension purement politiciennes. Contrairement à la France en Bulgarie le président de la république n’a qu’un statut consultatif sur les questions de défense et tout revient en fait à son premier ministre. Or les inimitiés entre Roumen Radev, à la tête du pays, et Boïko Borissov qui dirige le gouvernement sont internationalement reconnues. Et se sont fait largement ressentir sur ce dossier.
Fervent européen le président Radev a largement milité pour le JAS-39C/D Gripen qu’il qualifie d’avion d’avenir pour la Bulgarie. Il faut savoir que Roumen Radev fut pilote de chasse avant d’embrasser une carrière politique, ayant notamment volé sur Mikoyan-Gurevitch MiG-23 puis sur MiG-29.
De son côté Borissov est bien plus pragmatique et notablement connu pour ses penchants atlantistes même s’il demeure un Européen convaincu. Et pour lui le F-16V Viper représente un meilleur investissement pour la défense bulgare car compatible avec plus d’aviations militaires de l’OTAN que le Gripen. Un point de vue tout à fait contestable, reconnaissons-le.

Pour autant la constitution bulgare le confirme les questions d’acquisition de matériels militaires relèvent de l’autorité du gouvernement et non du président. Et visiblement le consensus ne sera pas trouvé dans cette affaire. On se doute qu’en coulisses les lobbyistes de Lockheed-Martin et de Saab ont certainement rempli leur mission au maximum. C’est aussi ça le jeu.
Au final l’état-major bulgare devrait annoncer sa décision en faveur du F-16V Viper dans les prochaines semaines.

Illustration © Lockheed-Martin.

Publicité

8 COMMENTAIRES

    • Un article il y a quelques annoncé que Lockheed espérer que la production dans une nouvelle usine durerait jusqu’en 2030 avec cette ultime version du F-16;.

  1. Pourquoi les industriels europeens ne peuvent ils compter que sur leurs propres lobbyistes, ou au mieux sur ceux de leur gouvernement ? N’est il pas temps que Bruxelles et le Sire Juncker mettent en place une force de lobbying solide et aggressive pour defendre nos interets ? Face aux americains, nous ne pesons pas lourd, bravo a Lockheed !

    • Les avionneurs sont avant tout des groupes privés, donc ce sont à eux de procéder à du lobbying lors des appels d’offres de pays souverains qui en font la demande, c’est la dure loi de la concurrence après tout. Mais l’UE, j’entends par là l’Europe politique, ne saurait être à sa place dans la promotion officielle de tel ou tel appareil européen face à la concurrence étrangère (US / Russe / whatever).
      Ne serait-ce parce que sur la plupart des appels d’offres, elle aurait eu 3 avions à promouvoir simultanément, par souci d’équité (Gripen, Rafale, Typhoon). D’ailleurs n’oublions pas que les ministres de la Défense des pays impliqués dans chaque appareil défendent leur bijou national, parfois même au sein de la « team » de promotion. Bref c’est bien plus complexe qu’une simple histoire de « favoriser l’Europe », et une quelconque forme de partialité des instances supérieures de l’UE pour tel ou tel concurrent aurait immanquablement eu des conséquences économiques pour vainqueur et perdants, et donc diplomatiques. Casse-tête intégral, donc à mon sens c’est bien mieux ainsi.

      Même si au final le Viper rafle la mise, Rafale / EF2000 étaient de facto hors course vu leur prix. Et niveau diplomatique / géopolitique, comme l’article le soulignait, l’argument de l’OTAN ne tient pas la route : le Gripen est 100% compatible au même titre que le F16, Tchèques Hongrois et surtout Suédois en font la preuve régulièrement. Bref il s’avère que pour un petit pays comme la Bulgarie, le choix d’un « protecteur partenaire » (je le vois ainsi) a été vite tranché entre l’UE et le géant américain.

  2. l’Europe peut elle propose une défense crédible en cas de guerre avec la Russie ? non ! Les USA oui. Donc même si il y a 80% de chance ils laissent tomber la Bulgarie c’est toujours mieux que ce que peut proposer l’Europe.

  3. La vrai question est; est ce que les avions européen répondaient au cahier des charges de la Bulgarie?
    D’ailleurs la comparaison du F-16, tout viper qu’il est, est-elle justifié? Car n’oublions pas que le système prime sur l’avion lui même.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom